Parcours MtF

Exprimez vous ici, nos échanges d'expérience peuvent parfois faire avancer les choses...

Modérateur : Contact - Equipe de modération

Avatar de l’utilisateur
hana_fujiwara
Messages : 2
Inscription : 06 déc. 2020 15:15

Parcours MtF

Message par hana_fujiwara »

Hi everyone!

Je suis en plein questionnement de moi meme depuis quelques annees. Il y a 1 an apres avoir vu sur sur un site internet, je me reconnais dans pratiquement tout ce que les gens disent.

Il y a peu j'ai pris un rendez-vous avec le psychologue pour me faire diagnostique pour "Dysphorie de genre".
J'aimerai aussi prendre des hormones, j'en connais les consequences que trop bien.

Est-ce la bonne demarche ? Devrait-je contacter mon medecin generaliste pour accelerer le process afin de faire une prise de sang pour contacter l'endocrinologue ?

Merci pour vos reponses par avance, il est super difficile de trouver des informations claires et precises via les moteurs de recherches.

Avatar de l’utilisateur
Quetzal
Messages : 135
Inscription : 27 avr. 2020 08:38

Re: Parcours MtF

Message par Quetzal »

Salut,

Alors euh, premièrement il n'existe pas de diagnostic de "dysphorie de genre". Être trans n'est pas une maladie mentale, c'est nommé dans la CIM-11 sous l'expression "incongruence de genre" et c'est dans une catégorie non psychiatrique, celle de la santé sexuelle.

Deuxièmement, pour prendre des hormones, tu as plusieurs façons :

1) Passer soit :
- par un médecin généraliste qui accepte de t'en prescrire (c'est rare mais il y en a. Je te conseille de te rapproche de l'asso trans la plus proche pour avoir ces infos).
- le Planning Familial (certains, pas tous, prescrivent des hormones aux personnes trans. C'est le cas à Rennes, Villeurbanne, Saint Etienne...)
- par un-e gynécologue, urologue ou endocrinologue qui accepte d'en prescrire sans attestation psychiatrique (il y en a peu, mais tout dépend aussi de là où tu vis).

2) Passer par un-e psychiatre qui te fera une attestation donnant sa "validation" pour que tu entames des démarches médicales. En gros c'est un diagnostic différentiel pour attester que tu n'as pas de trouble psychiatrique qui pourrait te faire croire que tu es trans alors que tu ne l'es pas.... En vrai c'est une façon de contrôler et nous limiter l'accès aux démarches : il est en effet évidemment possible d'être trans ET d'avoir des troubles psy, les psys qui font ces attests investiguent davantage sur le fait d'être trans que sur des troubles psys possibles, et vu qu'iels n'y connaissent pour la plupart rien au fait d'être trans.... c'est totalement bidon.
Cette attestation n'est par ailleurs aucunement obligatoire légalement, ni justifiée d'aucune façon (vu que, je le rappelle, être trans n'est pas un trouble psychiatrique).
Malheureusement la plupart des endocrinologues exigent cette attestation pour prescrire des hormones. Idem pour les chirurgien-ne-s qui généralement demandent une attestation psychiatrique pour accepter d'opérer...

J'insiste sur le "psychiatrique" : les attestations de psychologues ne sont de toute façon pas acceptées (à part dans de très très rares configurations il me semble).

Donc à toi de voir si tu as envie de passer par un-e psychiatre avant de chercher à obtenir les hormones, ou si tu n'en as pas envie et souhaites t'en faire prescrire autrement.
Pour info, il est tout à fait légal et légitime de se faire prescrire des hormones sans attestation psychiatrique, les médecins généralistes sont tout aussi (in)compétent-e-s que les endocrinologues (oui en vrai les endocs n'y connaissent pour la plupart pas grand chose en ce qui concerne les hormones pour les personnes trans....)

Pour ta dernière question : tu peux toujours te faire prescrire un bilan sanguin avant de voir l'endoc (si tu vas voir un-e endoc) mais dans ce cas là il vaut mieux s'assurer que tu fasses bien doser tout ce que l'endoc voudra doser. Généralement c'est un bilan sanguin complet (cholestérolémie, glycémie, hémato etc) + bilan hormonal. Certain-e-s endocs demandent aussi des examens cardio, angio, parfois même iels demandent un caryotype (pour voir si tu es intersexe au niveau chromosomique, ce qui est totalement absurde aussi... vu que l'intersexuation peut se situer à plein d'autres niveau que les chromosomes -_-)...
Par contre, aucun n'a à t'imposer un examen génital, c'est totalement inutile.

Le mieux reste de se rapprocher des assos : elles connaissent les médecins transfriendly de leur région, et ceux à éviter (oui il y en a à éviter, vraiment).
Et de se renseigner par soi-même (via le très complet wiki-trans par exemple). :)

laeticia
Messages : 80
Inscription : 04 juin 2020 22:47
Localisation : rhône-alpes-auvergne

Re: Parcours MtF

Message par laeticia »

Bonjour Quetzal,

Je prend note de tout ça! car ça me concerne moi aussi😊

Sinon moi je vais voir l'endoc au mois de mai 2021,
quand vous dite que certains n'y connaissent pas grand chose aux hormones c'est pas un
peu dangereux pour le traitement?
Ya t'il un risque de surdosage?

Bon où je vais c'est à Lyon, elle reçoit beaucoup de trans donc je pense que ils devraient pas avoir de problèmes particuliers!
enfin du moins j'espère de ne pas me faire intoxiquée!!!

Merci d'avance.

Laeticia.

Avatar de l’utilisateur
hana_fujiwara
Messages : 2
Inscription : 06 déc. 2020 15:15

Re: Parcours MtF

Message par hana_fujiwara »

Quetzal a écrit :
06 déc. 2020 21:28
Salut,

Alors euh, premièrement il n'existe pas de diagnostic de "dysphorie de genre". Être trans n'est pas une maladie mentale, c'est nommé dans la CIM-11 sous l'expression "incongruence de genre" et c'est dans une catégorie non psychiatrique, celle de la santé sexuelle.

Deuxièmement, pour prendre des hormones, tu as plusieurs façons :

1) Passer soit :
- par un médecin généraliste qui accepte de t'en prescrire (c'est rare mais il y en a. Je te conseille de te rapproche de l'asso trans la plus proche pour avoir ces infos).
- le Planning Familial (certains, pas tous, prescrivent des hormones aux personnes trans. C'est le cas à Rennes, Villeurbanne, Saint Etienne...)
- par un-e gynécologue, urologue ou endocrinologue qui accepte d'en prescrire sans attestation psychiatrique (il y en a peu, mais tout dépend aussi de là où tu vis).

2) Passer par un-e psychiatre qui te fera une attestation donnant sa "validation" pour que tu entames des démarches médicales. En gros c'est un diagnostic différentiel pour attester que tu n'as pas de trouble psychiatrique qui pourrait te faire croire que tu es trans alors que tu ne l'es pas.... En vrai c'est une façon de contrôler et nous limiter l'accès aux démarches : il est en effet évidemment possible d'être trans ET d'avoir des troubles psy, les psys qui font ces attests investiguent davantage sur le fait d'être trans que sur des troubles psys possibles, et vu qu'iels n'y connaissent pour la plupart rien au fait d'être trans.... c'est totalement bidon.
Cette attestation n'est par ailleurs aucunement obligatoire légalement, ni justifiée d'aucune façon (vu que, je le rappelle, être trans n'est pas un trouble psychiatrique).
Malheureusement la plupart des endocrinologues exigent cette attestation pour prescrire des hormones. Idem pour les chirurgien-ne-s qui généralement demandent une attestation psychiatrique pour accepter d'opérer...

J'insiste sur le "psychiatrique" : les attestations de psychologues ne sont de toute façon pas acceptées (à part dans de très très rares configurations il me semble).

Donc à toi de voir si tu as envie de passer par un-e psychiatre avant de chercher à obtenir les hormones, ou si tu n'en as pas envie et souhaites t'en faire prescrire autrement.
Pour info, il est tout à fait légal et légitime de se faire prescrire des hormones sans attestation psychiatrique, les médecins généralistes sont tout aussi (in)compétent-e-s que les endocrinologues (oui en vrai les endocs n'y connaissent pour la plupart pas grand chose en ce qui concerne les hormones pour les personnes trans....)

Pour ta dernière question : tu peux toujours te faire prescrire un bilan sanguin avant de voir l'endoc (si tu vas voir un-e endoc) mais dans ce cas là il vaut mieux s'assurer que tu fasses bien doser tout ce que l'endoc voudra doser. Généralement c'est un bilan sanguin complet (cholestérolémie, glycémie, hémato etc) + bilan hormonal. Certain-e-s endocs demandent aussi des examens cardio, angio, parfois même iels demandent un caryotype (pour voir si tu es intersexe au niveau chromosomique, ce qui est totalement absurde aussi... vu que l'intersexuation peut se situer à plein d'autres niveau que les chromosomes -_-)...
Par contre, aucun n'a à t'imposer un examen génital, c'est totalement inutile.

Le mieux reste de se rapprocher des assos : elles connaissent les médecins transfriendly de leur région, et ceux à éviter (oui il y en a à éviter, vraiment).
Et de se renseigner par soi-même (via le très complet wiki-trans par exemple). :)
Note: Je suis en qwerty, vraiment desole pour le manque d'accents.

Re,

Merci enormement pour toutes ces infos, je n'avais aussi jamais vu le wikitrans apparaitre (La faute au moteur de recherche anglais?). Je suis sur la Vendee, je vais telephoner a l'association pour voir

De se que je comprends, il vaut mieux annuler mon rendez-vous avec le psychologue et en prendre un avec le psychiatre, afin d'etre sur d'etre accepte par l'endocrinologue.

Je vois que tu as des opinions fortes sur toute cette procedure mais je pense qu'il est tres important d'avoir l'avis neutre de personnes exterieures! Pour moi le psychiatre est indispensable: j'hesites beaucoup a continuer et en meme temps je suis a deux doigts de faire mon coming out...

Encore milles merci, je suis super hati(ve?)f pour la suite! :D

sophie59
Messages : 14
Inscription : 29 oct. 2020 11:11

Re: Parcours MtF

Message par sophie59 »

Bonjour,

Si tu recherches un regard extérieur la BDDtrans à une liste de Psy avec des recommandations. En espérant que ça puisse t'aider.
https://bddtrans.fr/psy/

Avatar de l’utilisateur
Quetzal
Messages : 135
Inscription : 27 avr. 2020 08:38

Re: Parcours MtF

Message par Quetzal »

Hello,

Concernant un "avis neutre de personnes extérieures", c'est un mythe en fait : personne n'est neutre. Les personnes non-trans ne sont pas neutres sous prétexte qu'elles seraient cisgenres. Elles ont leur subjectivité de personne cisgenre... Et elle ne savent pas ce que c'est qu'être trans, contrairement aux personnes concernées.

Le milieu médical est par ailleurs largement mal informé (voire pas informé du tout), donc leur "avis" de personne extérieure est rarement pertinent. Il est parfois même particulièrement maltraitant.

Les associations trans ont généralement des informations plus actualisées, correctes, et surtout il n'est pas du tout dans leur objectif de forcer les personnes à faire ceci ou cela. Il y a toujours des exceptions (des personnes connes quoi lol) mais personne n'a quelque intérêt que ce toi de t'empêcher de voir un-e psy si pour toi c'est important dans tes démarches. Par contre c'est important de donner les informations (objectives pour le coup) que ce n'est en rien une obligation, que beaucoup de médecins (dont psychiatres) auront des propos foireux, ou donneront des informations totalement fausses, et surtout surtout : que PERSONNE d'autre que TOI ne pourra déterminer à ta place quel est ton genre, quels sont tes besoins en matière de transition (ou de non transition) et ce qui est mieux pour toi. :)

Si tu es en Vendée, tu peux te rapprocher de l'asso Nantaise Reboo-T qui pourra t'aiguiller vers des psychiatres transfriendly :)

@Laeticia : Le fait que les endocs n'y connaissent pas grand chose n'est pas forcément très "dangereux" à partir du moment où tu surveilles tes taux (lors des bilans sanguins) qui t'indiqueront un éventuel surdosage, mais surtout si tu es à l'écoute de ton corps (ça ça vient avec le temps) : l'idée c'est que si tu as des effets qui te posent vraiment problème, du style que ça impacte ton moral durement, que ça pose des difficultés pour ta libido etc, ça peut nécessiter un ajustement.
Par contre il est à mon avis essentiel de se rapprocher des assos et lieux communautaires pour échanger avec d'autres personnes trans sur leurs prises hormonales (quels produits, quels dosages), histoire que tu aies un max d'infos, pour pouvoir avoir un maximum de contrôle sur ce que tu prends et tout.
En France on est grave à la masse sur les hormones sexuelles :/ donc bien t'informer auprès de la communauté est super important si tu veux mettre toutes les chances de ton côté :)

Après, attention aussi aux injonctions intra-communautaires, ya des personnes pénibles (et/ou dangereuses) partout, y compris dans les communautés trans ! Personne n'a à vous pousser à faire quoi que ce soit. Vous informer oui, mais vous forcer à quoi que ce soit, nop :)

laeticia
Messages : 80
Inscription : 04 juin 2020 22:47
Localisation : rhône-alpes-auvergne

Re: Parcours MtF

Message par laeticia »

@Quetzal

Merci bien pour les infos.
Moi je vais pas dans les assos, pas toujours dispo et puis bon avec la Covid je garde mes distances!
Avec le forum on apprend des choses aussi!
Et je vais donc faire confiance à mon endocrinologue et voir avec des personnes trans qui sont déjà sous
traitement avant de commencer pour choisir la meilleur option!!

Laeticia.

Avatar de l’utilisateur
Quetzal
Messages : 135
Inscription : 27 avr. 2020 08:38

Re: Parcours MtF

Message par Quetzal »

Contacter les assos ne veut pas forcément dire se déplacer^^ Mais elles peuvent apporter des réponses et ressources pour avoir des infos sur les médecins, les hormones et leurs effets, comment peuvent se dérouler les rdv etc :)

Johanne Langlois
Messages : 27
Inscription : 18 déc. 2020 20:04

Re: Parcours MtF

Message par Johanne Langlois »

Bonjour à toutes et tous,

Je vais faire part de mon expérience.

Déja il faut impérativement ne pas être seule. Comme un vieux dicton "apprenez des erreurs des autres, vous ne vivrez pas assez longtemps pour les faire toutes vous même."

Pour les médecins, il faut déja bien se renseigner, afin d'éviter de tomber sur un praticien transphobe, et/ou ascendant curé et/ou encore militant chez les fachos !!!! (cas tous vécus)

Il y en a bien des charlatans, qui non seulement ne vont pas vous aider, mais qui peuvent aussi littéralement vous briser moralement, surtout si vous êtes en grande détresse. J'ai donné ...

Un psy "de mon pays de misère" me conseilla ainsi de m'engager dans les CRS pour ne plus avoir de problème, un autre m'accusa de vouloir détourner le système pour me faire payer de la chirurgie esthétique, et une autre trouva que j'étais juste un homme un peu efféminé, mais pas une femme. Tandis que celui qui me suit maintenant n'a eu aucun doute dès le premier rdv, a su me faire émerger socialement et briller de tous feux. Si je suis là, en vie, en si bonne santé, si heureuse c'est à lui que je le dois.

Il existe des praticiens militants, cependant suivant où tu résides il faudra te déplacer sans hésiter. Pour ma part chaque visite au psy c'est 2h30 de route aller et autant au retour. L'endocrino, 3h, le généraliste 3/4 d'heure ... c'est toute une organisation !

Donc la BDDtrans, trouvable sur le net est une bonne base. Ensuite comme a été dit il y a les associations, qui connaissent les bonnes adresses. Ou via des forum spécialisés.
Il y a des femmes trans réparties un peu partout sur le territoire, chacune a ses praticiens qu'elle connait bien.

Pour ma part, c'est ainsi que j'ai pu trouver d'abord mon généraliste (via la BDDtrans), puis mon psychiatre par le CHU de Montpellier (qui a une équipe dédiée), l'endocrino c'est aussi la BDDtrans, et le chir pour la FFS c'est par le CHU aussi. Et au départ sur le "comment faire" c'est l'aide apportée par les copines d'un autre forum où je suis présente (lemondet.fr) qui m'a été essentielle.

Le passage initial par le généraliste est incontournable, car c'est lui qui va te prescrire le psychiatre (et ainsi c'est pris en charge !) Il peut aussi te faire la demande d'ALD (sinon c'est le psy qui la fera), comme ça tout sera remboursé.

Dans l'ordre "intellectuel" ce qui prime c'est ton ressenti, ton désir. Un bon praticien doit t'aider à le préciser, à le construire, à le mettre en bon ordre de réalisation, pour que cela soit sécuritaire tant psychologiquement que physiologiquement.

Celui qui te juge, qui nie : quitte immédiatement le cabinet, car on ne fait pas boire un âne qui n'a pas soit. Borné il est, borné il restera. Et tu n'a pas de temps à perdre.

Après il y a un autre aspect à creuser c'est l'apparence, le "passing" pour faire anglomane (!) : n'hésite pas à t'entourer de bon pros : une bonne coiffeuse prothésiste capillaire, une maquilleuse ou une très bonne esthéticienne, une conseillère en "relooking" ... là aussi il faut bien les choisir ! Et se déplacer aussi ... ainsi tu pourra être réconciliée avec ton corps ainsi retravaillé, et aborder les changements de ce dernier sereinement.

Fonce et sois heureuse, pour toi, et pas pour faire plaisir aux autres.

Bisous.

Johanne

Répondre