- Questions d'une mère

Exprimez vous ici, nos échanges d'expérience peuvent parfois faire avancer les choses...

Modérateur : Contact - Equipe de modération

bikounet38

Message par bikounet38 » 10 nov. 2007 00:14

Andrée a écrit :Bonsoir Mirica
Je voulais juste faire part de mon appréhension quoique je pense qu'elle soit non fondée.
J'ai peur, si je les vois tous les deux, ensemble, d'un geste, d'une attention tu vois, j'ai du mal à formuler tout celà.
Je ne pense pas que mon fils et son compagnon pourraient avoir une attitude qui puisse me heurter.
Mais j'ai peur, voilà la raison de mon hésitation.
Encore beaucoup de chemin à faire ;)
A bientôt de te lire.
amitiés.
Michèle.
Tu veux dire que tu ne peux pas les voir se tenir par la main, ou s'embrasser pour le moment ?

Andrée
Messages : 201
Inscription : 25 févr. 2007 15:58
Localisation : TOULON

Message par Andrée » 10 nov. 2007 08:46

Bonjour Sébastien,
Juste un petit mot avant de partir au travail.
Oui voilà c'est celà. J'ai longtemps réfléchi, à mes limites.
Et je n'arrive pas à m'imaginer les voir se tenir par la main ou se faire un petit bisous.
J'essaie de m'imaginer, mais je ne peux vraiment pas.
je pense que dans tout on a une limite, on essaie d'aller au-delà, tu sais c'est comme un peu lutter contre une phobie (bien que celà ne soit pas une phobie ;) mais c'est un peu le même système. On se raisonne, on réfléchi, on se dit "y a pas de raison" on se dit plein de chose, et au dernier moment la petite phrase tombe dans ta tête "non c'est impossible je ne peux pas, je n'y arriverais pas". Impossible d'aller plus loin.
Mais suis-je vraiment tenue d'aller plus loin.
Le fait de l'accepter, d'en discuter, et connaître son prénom, de le nommer, et surtout que mon fils puisse en parler librement, ne pourrait-il suffire ?
Je ne sais pas.
Bisous.
Michèle.

Andrée
Messages : 201
Inscription : 25 févr. 2007 15:58
Localisation : TOULON

Message par Andrée » 10 nov. 2007 08:46

Bonjour Sébastien,
Juste un petit mot avant de partir au travail.
Oui voilà c'est celà. J'ai longtemps réfléchi, à mes limites.
Et je n'arrive pas à m'imaginer les voir se tenir par la main ou se faire un petit bisous.
J'essaie de m'imaginer, mais je ne peux vraiment pas.
je pense que dans tout on a une limite, on essaie d'aller au-delà, tu sais c'est comme un peu lutter contre une phobie (bien que celà ne soit pas une phobie ;) mais c'est un peu le même système. On se raisonne, on réfléchi, on se dit "y a pas de raison" on se dit plein de chose, et au dernier moment la petite phrase tombe dans ta tête "non c'est impossible je ne peux pas, je n'y arriverais pas". Impossible d'aller plus loin.
Mais suis-je vraiment tenue d'aller plus loin.
Le fait de l'accepter, d'en discuter, et connaître son prénom, de le nommer, et surtout que mon fils puisse en parler librement, ne pourrait-il suffire ?
Je ne sais pas.
Bisous.
Michèle.

Céline
Messages : 43
Inscription : 09 nov. 2007 23:48
Localisation : Aviré

Message par Céline » 10 nov. 2007 09:29

Bonjour Andrée,

Ils me semblent que nos limites sont définis par nos peurs et nos propres croyances sur nous mêmes. Ce sont avant tout des jugements sur ce que l'on croit être.
Lorsque j'a fait mon coming out, il m'a fallu; d'abord me faire confiance et puis faire confiance à mon entourage.
Devant un obstacle, notre confiance est mise à l'épreuve; la peur de l'échec. Et si on essaye rien ! rien ne se passe.

Tu écris "J'essaie de m'imaginer, mais je ne peux vraiment pas. "
Moi non plus je ne pourrai pas imaginer ce que je ne connais pas. Et j'aurai meme peur de ne pas le vivre bien, alors la culpabilité prendrait le pas !
En tant qu'enfant homo, j'aimerai me sentir libre devant mes parents dans mes élans affectifs . Parce que pour un couple hétéro ce n'est pas déplacé dans notre culture familliale. Il est pesant de faire attention !
En tant que maman, je comprend ta peur et je sais que c'est en la prenant à bras le corps que l'amour qui nous habite grandit. J'ai souvent besoin de me prendre dans mes bras,(comme une mère) de me donner de la compassion, de la compréhension, pour relacher la pression.

Céline

bikounet38

Message par bikounet38 » 10 nov. 2007 10:43

Le fait de l'accepter, d'en discuter, et connaître son prénom, de le nommer, et surtout que mon fils puisse en parler librement, ne pourrait-il suffire ?
Je ne sais pas.
Personne, à par toi et ton fils, ne peut répondre à cette question, je pense.

Par exemple, mes parents m'ont dit que je pouvais leur présenter quelqu'un le jour où j'en aurais envie ; mais ils ne me posent aucune question pour savoir où j'en suis, ni si il y a quelqu'un ou pas...

Donc, tu vois, je pense que chacun a ses propres limites, ses propres peurs.

Zag
Messages : 120
Inscription : 27 sept. 2007 11:22
Localisation : Rhône Alpes
Contact :

Message par Zag » 10 nov. 2007 13:36

Salut céline

Lorsque j'a fait mon coming out, il m'a fallu; d'abord me faire confiance et puis faire confiance à mon entourage.
Je suis d'accord avec toi sur la confiance à développer chez soi et à celle à donner aux autres, je rajouterai que l'entourage doit aussi nous faire confiance, cela fait parti de l'amour que l'on porte à un de ses proches.

Plein d'humanité aussi quand tu parles du besoin de compassion ,cette compassion que l'on doit avoir pour nous,pour soi même et savoir la donner à son entourage, ainsi qu'à toutes les personnes que nous rencontrons dans notre vie...
A+Zag
"si nous demeurons aux deux extrémités, comment pouvons nous en comprendre une ?"
" La moindre chose contient un peu d'inconnu. Trouvons-le."G.M.

Andrée
Messages : 201
Inscription : 25 févr. 2007 15:58
Localisation : TOULON

Message par Andrée » 10 nov. 2007 20:16

Bonsoir Céline et Sébastien,
Je relis tes propos Céline, vaincre sa peur...
Et je repense à l'énorme poids que je ressentais ces dernière années, cet énorme point d'interrogation auquel je m'efforçais de répondre par un NON immense, mais tout doucement se glissait le oui.
"Et s'il était homo ? " mais NON ! quelle idée idiote ... et puis revoilà le "oui" qui s'insinue, et toi tu luttes contre ce petit "oui" qui tient tellement de place, qui est comme une espèce de chappe de plomb, qui te fait dire "mais pourquoi je ne me sens pas bien" ?)
C'est très paradoxal, ce "oui" que je redoutais, qui me faisait trembler, qui m'a fait pleurer, au début, et bien je pense que désormais c'est lui qui fait que je me sens plus légère. Oh bien sûr j'aurais tellement préféré autre chose, mais comment dire je me sens apaisée, désormais, "je sais" je peux mettre une réponse à mes questions. Et même si ce n'est pas la réponse que j'espérais, au moins maintenant je sais, je sais qu'il est heureux. Pour en revenir aux peurs, je n'ai plus peur de la réponse, je la connais. C'est pour celà que je me sens plus légère.
Pour en revenir à ton message Céline, peut-être que comme tu le dis faudrait-il que je prenne à bras le corps cette vilaine peur de les voir ensemble, que je me lance, et peut-être ressentirais-je après la même sérénité, le même soulagement. C'est sans doute celà, très certainement même. La peur de ce que l'on ne connait pas. C'est celà qui nous parasite, nous les parents (enfin dans une certaine mesure)
Allez Michèle, courage on se lance ;)
Je réfléchis à un prochain voyage à PARIS.
En tout cas Merci pour ton message Céline, plein de tolérance.
Sébastien, tu vois j'avance à MON allure, mais pour mon fils, j'aimerai parfois être capable d'aller un peu plus vite
Bisous.
Michèle.

Céline
Messages : 43
Inscription : 09 nov. 2007 23:48
Localisation : Aviré

Message par Céline » 11 nov. 2007 00:21

Bonjour Andrée,

Tu écris :
"mais pour mon fils, j'aimerai parfois être capable d'aller un peu plus vite"

Pour mes fils; j'aimerai bien aussi aller un peu plus vite (pour d'autres raisons) . Et tout comme toi je ne peux aller qu'à mon rythme. :roll: Accepter mes limites :| Ooh Tolèrance !
Et je pense aussi à l'amour que nous nous portons et à tout le chemin que nous avons fait ensemble.
Lorsque mon premier fils est né et que j'ai ressenti tout l'amour qu'il me portait . Je me suis dit que ce présent , ce cadeau de la Vie qui m'était offert, c'etait l'Amour au présent, l'Amour inconditionnel (ni temps,ni espace),l'Amour éternel par définition. Ce petit bout avait une telle confiance en moi, que j'avais sa vie entre mes mains. Et moi je lui ai fait confiance, il m'a appris. J' ai cru ainsi à sa force de Vie, celle d'un petit bout d'homme d'à peine 1 kg qui était né beaucoup, beaucoup trop tot pour ne pas risquer de perdre sa Vie nouvelle, tout en la risquant chaque jour.
N'oublie pas que ton fils a confiance en sa mère. Et que tu es la meilleur mère pour lui qui soit.

Céline

Andrée
Messages : 201
Inscription : 25 févr. 2007 15:58
Localisation : TOULON

Message par Andrée » 11 nov. 2007 10:19

:cry:
Ce sont des larmes d'émotion.
Tu dis exactement ce que j'ai ressenti en devenant mère. C'est un bonheur qui n'a pas de prix, pas de mots, tellement il est fort.
Tu as raison, et c'est ce bonheur qu'il faut défendre, préserver, ou retrouver. Et c'est pour cette raison que je voudrais aller plus vite. Pour lui montrer qu'il a raison d'avoir confiance. J'ai confiance en lui pourtant, mais finalement c'est en moi que je n'ai pas confiance. Peur de ne pas être à la hauteur...
Mais je pense que si je me pose toutes ces questions ;) j'y arriverai, car à partir du moment où l'on se pose des questions c'est que l'on veut des réponses ;) ;) ;) Je l'ai la réponse, mais il faut que je l'admette de l'avoir...
Un peu compliqué pour un dimanche matin, à 10 heures.
Bisous Céline, et merci encore.
A très bientôt.
Michèle.

Mirica
Messages : 368
Inscription : 01 nov. 2006 22:46
Localisation : ESSONNE

Message par Mirica » 13 nov. 2007 08:04

Andrée a écrit :Bonsoir Mirica
Je voulais juste faire part de mon appréhension quoique je pense qu'elle soit non fondée.
J'ai peur, si je les vois tous les deux, ensemble, d'un geste, d'une attention tu vois, j'ai du mal à formuler tout celà.
Je ne pense pas que mon fils et son compagnon pourraient avoir une attitude qui puisse me heurter.
Mais j'ai peur, voilà la raison de mon hésitation.
Encore beaucoup de chemin à faire ;)
A bientôt de te lire.
amitiés.
Michèle.
Bonjour andrée,
oui, je comprends un peu tes appréhensions, je les ai eu, puis à force de les voir ensemble j'y pense meme plus. ils n'ont jamais eu vraiment de geste qui pouvait me mettre mal à l'aise.
Ne se sont jamais embrassé devant nous, certainement par pudeur ou respect.

la seule fois ou je les ai vus se donner la main, c'est lorsqu'on faisait une sortie ensemble, ils étaient à l'arrière de la voiture, ils se donnaient la main discretement, et se sont lachés dès que j'ai regardé vers eux.
Je crois que finalement, c'était eux les plus génés ...

Sinon, aussi, et je sais que ca a agacé mon mari sur le coup, un truc tout bête : le col de son manteau était mal mis, et mon fils l'a remis devant nous, et mon mari a dit : oh mais laisse le, il est assez grand pour le faire tout seul ...

Moi, ca m'a fait sourire ..

et ben, moi ce serait plutot le contraire ...
je me souviens qu'avant de partir en vacances en train, son copain avait insisté pour venir lui dire au revoir (ils n'allaient pas se voir pendant 1 mois 1/2), et là, j'étais "limite triste, frustré" de voir qu'ils ne pouvaient meme pas s'embrasser, je sais c pas grand chose, mais bon, ce n'était pas vis à vis de nous, mais plutot que c'était un lieu public.

J'aimerai qu'ils puissent vivre "comme tout le monde", s'embrasser, et se donner la main comme ils souhaitent
mais ils le savent, les mentalités ne leur permettent pas.

De toute façon, laisse toi avancer à ton rythme...
Ce qui compte, je pense c'est de vouloir avancer
Voilà ....
BONNE JOURNEE

bikounet38

Message par bikounet38 » 13 nov. 2007 17:13

je me souviens qu'avant de partir en vacances en train, son copain avait insisté pour venir lui dire au revoir (ils n'allaient pas se voir pendant 1 mois 1/2), et là, j'étais "limite triste, frustré" de voir qu'ils ne pouvaient meme pas s'embrasser, je sais c pas grand chose, mais bon, ce n'était pas vis à vis de nous, mais plutot que c'était un lieu public.

J'aimerai qu'ils puissent vivre "comme tout le monde", s'embrasser, et se donner la main comme ils souhaitent
mais ils le savent, les mentalités ne leur permettent pas.
Je pense qu'on intégre aussi souvent beaucoup en nous l'homophobie ambiante.
Avant, je me serais senti géné d'embrasser mon copain dans la rue.
Je pensais aussi que la société ne le permettais pas.

Aujourd'hui, ce n'est pas parce que la société le permet plus, c'est juste que je n'ai pas envie de m'interdire de vivre. Si j'ai envie de le tenir par la main, ou de l'embrasser, je le fait.

Je ne vais pas lui rouler une "galoche" devant tout le monde, parce que çà ne me correspondrait pas, et que çà serait choquer les gens, mais, j'ai envie d'être spontané (je me suis assez retenu avant...)

Soyons clair, je ne le ferais pas dans tous les lieux, et en toute occasion, mais quand j'en ai envie, j'aime suivre mon instinct.

Mais, je comprend et je respecte votre crainte de voir vos enfants avoir des gestes tendres devant vous. Finalement, ce n'est pas une question d'homosexualité ; c'est plus une question de pudeur je crois...

Andrée
Messages : 201
Inscription : 25 févr. 2007 15:58
Localisation : TOULON

Message par Andrée » 13 nov. 2007 19:48

Bonsoir Sébastien

A bien y réfléchir je pense aussi que c'est une question de pudeur.
Bisous.
Michèle

Mirica
Messages : 368
Inscription : 01 nov. 2006 22:46
Localisation : ESSONNE

Message par Mirica » 15 nov. 2007 18:43

Andrée a écrit ::cry:
Ce sont des larmes d'émotion.
Tu dis exactement ce que j'ai ressenti en devenant mère. C'est un bonheur qui n'a pas de prix, pas de mots, tellement il est fort.
Tu as raison, et c'est ce bonheur qu'il faut défendre, préserver, ou retrouver. Et c'est pour cette raison que je voudrais aller plus vite. Pour lui montrer qu'il a raison d'avoir confiance. J'ai confiance en lui pourtant, mais finalement c'est en moi que je n'ai pas confiance. Peur de ne pas être à la hauteur...
Mais je pense que si je me pose toutes ces questions ;) j'y arriverai, car à partir du moment où l'on se pose des questions c'est que l'on veut des réponses ;) ;) ;) Je l'ai la réponse, mais il faut que je l'admette de l'avoir...
Un peu compliqué pour un dimanche matin, à 10 heures.
Bisous Céline, et merci encore.
A très bientôt.
Michèle.
bonsoir andrée
oui tout à fait d'accord avec toi, c'est en se posant des questions , qu'on y arrive, car cela veut bien dire qu'on a cette volonté d'avancer.

bonne soirée.

Répondre