- Le dire ou le taire ?

Exprimez vous ici, nos échanges d'expérience peuvent parfois faire avancer les choses...

Modérateur : Contact - Equipe de modération

Mirica
Messages : 368
Inscription : 01 nov. 2006 22:46
Localisation : ESSONNE

Message par Mirica » 25 sept. 2007 07:39

bonjour,

moi je pense que ceux qui n'acceptent pas (ce n'est que mon avis !) très souvent, c'est parce qu'ils ne savent pas déjà que ce n'est pas un choix, certains comparent ca à de la pédophilie, ou autres mauvaises images qu'ils perçoivent.
"ca y est, il va se marginaliser, il est homo pour être différent des autre, pour se faire remarquer ou autres " , je sais pas si vous voyez ce que je veux dire ....

en ce qui concerne mes beaux parents, ma belle mère, je pense qu'au début, elle aura beaucoup de mal mais je pense qu'elle ne coupera pas les ponts ou du moins elle renouera surement les liens mais plus tard, il lui faudra un temps ...

Mon beau père, il aime son petit fils mais comme il est ! je le connais assez bien, il est super gentil mais aucune tolérance, trop de préjugé !!
je pense (car on ne peut jamais etre sur) qu'il le "rayera" de la liste
il l'oubliera, il fera comme si il n'a jamais existé ...
C'est dur ce que je dis, mais c'est ce que je pense

des fois, j'ai l'impression qu'il n'a pas de coeur, il "trie" beaucoup.

Mais de toute façon, ce seront surement les dernières personnes que l'on mettra au courant, j'en ai déjà parlé avec mon fils, pour le moment il ne souhaite pas qu'ils soient mis au courant et m'a dit, pas la peine de leur dire, ils ont pas besoin de savoir.
la seule chose, c'est s'ils l'apprenaient ....

Bisous et merci

M
Messages : 5
Inscription : 20 sept. 2007 18:11

Message par M » 25 sept. 2007 08:51

Un petit mot pour dire aux mamans, que comme dit Sylvain, ça ne se passe pas forcement mal. Bon, les gens ne sont pas enchantés, c’est sur, mais, pour moi en tout cas, c’était vraiment au-delà de mes espérances. Je n’ai pas eu de réactions vraiment négatives (sauf mes parents mais c’est une autre histoire). Pourtant je viens d’une famille d’agriculteurs bien catholique et conservatrice.

Je me souviens de la tête d’une vielle tante, le jour où elle l’a appris ; elle était carrément en état de choc, blême. Un an après elle me dit, « qu’est ce qu’elle est gentille ton amie, et mignonne aussi » :mrgreen: . Pour les grands-parents, du coté de mon amie, autant que du mien, rien n’a changé. Je ne sais pas s’ils ont eu ou ont du mal à s’y faire, mais ils le cachent bien si c’est le cas.

Quand Andrée parle de se blessure, je pense qu’elle ne restera pas ; ma belle-mère a parait t’il eu beaucoup de mal au début. Maintenant, une dizaine d’année plus tard, la situation ne lui cause plus aucun problème. On forme une petite famille très sympa!

Les gens aurait t’ils moins de problèmes avec l’homosexualité féminine que masculine? Enfin, tout ça pour dire que tout n’est pas si noir. Sans pour autant minimiser le témoignage de ceux pour qui ça ne se passe pas bien.

Et puis chapeau les mamans, pour être si honnêtes avec vous-même, et pour accompagner vos enfants de la sorte !

Mirica
Messages : 368
Inscription : 01 nov. 2006 22:46
Localisation : ESSONNE

Message par Mirica » 25 sept. 2007 10:09

Tu vois, dans ce que tu dis, ca me fait plaisir,
Parce qu’effectivement, ce n’est pas parce qu’on est « choqué » voir « triste » quand on l’apprend que cela veut dire « mal accepté ». et puis, il faut accepter que les parents prennent du temps, pour se faire à l’idée, comprendre et accepter.

Ensuite, concernant si l’homosexualité des femmes est mieux acceptée, c’est aussi l’impression que j’ai.
Et je n’arrive pas à comprendre pourquoi.
Et je me souviens en avoir parlé avec mon mari, qui m’a dit oui mais entre filles c’est différent.
Je lui ai demandé pourquoi et m’a répondu, « je ne sais pas, peut être parce qu’on a l’impression que c’est moins basé sur le sexe »
Et moi je me suis dis qui pensait cela peut être parce qu’il est un homme et donc accepte plus facilement venant d’une femme car c’est le sexe opposé.

Ceci dit, je ne sais pas si c’est la raison.

Sylvain
Messages : 65
Inscription : 14 juil. 2007 20:26

Message par Sylvain » 25 sept. 2007 12:13

Parce qu’effectivement, ce n’est pas parce qu’on est « choqué » voir « triste » quand on l’apprend que cela veut dire « mal accepté ». et puis, il faut accepter que les parents prennent du temps, pour se faire à l’idée, comprendre et accepter.
Il nous en faut du temps à nous pour accepter en général, on peut comprendre que ce soit pareil pour nos proches même si ce n'est pas facile à vivre...
Et moi je me suis dis qui pensait cela peut être parce qu’il est un homme et donc accepte plus facilement venant d’une femme car c’est le sexe opposé.
Je pense qu'il y a de ça, puis l'homosexualité féminine est quand même un fantasme pour les hommes en général... Puis ils ont tous peur de se faire violer, va savoir pourquoi ! C'est peut-être qu'ils ne savent pas se controler et ont peut que ce soit pareil pour les homos ^^
On a beau être aveugle au fond d’une grotte et mort ou quoi on sent le jour se lever chaque matin, toutes les 25 heures.

bikounet38

Message par bikounet38 » 25 sept. 2007 18:12

Perso, j'ai parlé à mes parents, fin juin 2007 : depuis, ils n'en reparlent pas ; sauf à mon initiative, et tout en étant très génés...

Je ne pense pas qu'ils le rejettent, mais c'est dur pour eux de parler de çà ; sans doute parce que çà concerne ma sexualité.

J'avoue que çà fait mal qu'ils ne m'en parlent jamais, mais la relation était déjà un peu fade avant, alors rien n'a vraiment changé.
Ils savent et ne m'ont pas rejeté ; c'est déjà pas si mal.

Et qui sait avec du temps...

Mirica
Messages : 368
Inscription : 01 nov. 2006 22:46
Localisation : ESSONNE

Message par Mirica » 26 sept. 2007 11:24

bikounet38 a écrit :Perso, j'ai parlé à mes parents, fin juin 2007 : depuis, ils n'en reparlent pas ; sauf à mon initiative, et tout en étant très génés...

Je ne pense pas qu'ils le rejettent, mais c'est dur pour eux de parler de çà ; sans doute parce que çà concerne ma sexualité.

J'avoue que çà fait mal qu'ils ne m'en parlent jamais, mais la relation était déjà un peu fade avant, alors rien n'a vraiment changé.
Ils savent et ne m'ont pas rejeté ; c'est déjà pas si mal.

Et qui sait avec du temps...
c'est normal que c'est difficile de parler sexualité, surtout avec ses proches.
Parler de sexualité et de la tienne, c'est effectivement différent.
mais on peut toujours parler de sexualité sans aborder la sienne, ca c'est vraiment très personnel et les parents n'ont pas à intervenir, enfin c'est que je pense .....

BON COURAGE

Sylave
Messages : 75
Inscription : 30 juil. 2006 21:50
Localisation : La Rochelle (Charente-Maritime)

Message par Sylave » 26 sept. 2007 13:32

Bikounet,

Pour parler de ton homosexualité avec tes parents, il faudrait qu'ils arrivent a dissocier ta sexualité de ton homosexualité.
Ce qui compte, c'est de voir son enfant heureux, avec une personne qu'il aime. Mais pour beaucoup de personnes le coté sexe, prend souvent le dessus et c'est celà qui véhicule tous ces préjugés.

Dans beaucoup d'ouvrages, il est dit que les personnes qui ont du mal avec ça, c'est qu'elles ne sont pas claires avec leur propre sexualité.
Tu disais dans un de tes messages que 40% des gens avaient déjà eu un fantasme avec une personne du même sexe et pourtant c'est ces mêmes personnes qui souvent vont rejeter l'homosexualité.

Qu'on soit hétéro ou homo, la sexualité de chacun fait partie du domaine privé.

Chez nous on parle de l'homosexualité très librement, mon fils me raconte des anecdotes, et puis le fait d'être dans une association ,difficile de ne pas en parler.

Par contre, comme je suis très preoccupée par la prévention, je lui rabache souvent de ne pas oublier de se protéger au cas ou. Et ça, ça le gêne terriblement, parce que pour lui j'empiète sur un terrain privé.
Mais celà aurait été la même chose s'il avait été hétéro.

C'est pour ça que le mot "homosexuel" est mal adapté. A choisir je préfère le mot GAY, ça c'est mon point de vue.

Le SEXE est une affaire privée, qu'on soit homo, hétéro, bi, et l'important c'est de trouver un equilibre et s'épanouir dans une vie à deux, et peu importe avec qui.

Petite anecdote:
Mon fils à un copain homo qui vient de louer une chambre chez une petite mamie pour ses études.
La mamie lui dit:
"Ici, tu n'es pas autorisé à inviter des filles, mais par contre tu peux inviter
des garçons pour travailler"
Et le copain de mon fils dans sa tête :
"Ben, justement, ça tombe bien!!!" :roll:

Voilà, amitiés à tous
Sylvie

bikounet38

Message par bikounet38 » 26 sept. 2007 18:09

Chez nous on parle de l'homosexualité très librement, mon fils me raconte des anecdotes, et puis le fait d'être dans une association ,difficile de ne pas en parler.
Ce n'est pas le cas de ma famille : ma mère ne m'a jamais parlé de la reproduction, alors encore moi de sexualité et de prévention ;-)

Une fois, elle a essayé de me parler de sa sexualité, mais elle a été un peu loin à mon gout, un peu maladroit ; c'est moi qui étais géné, voire choqué de cette intrusion dans son intimité...

Mais, en fait, je ne sais pas si c'est vraiment çà qui la gène...
Elle ne m'a encore jamais vu avec un garçon, alors...

Merci pour ton anecdote...

Sylvain
Messages : 65
Inscription : 14 juil. 2007 20:26

Message par Sylvain » 26 sept. 2007 20:28

Ma mère aussi m'a mis plus d'une fois mal à l'aise en parlant de sa sexualité... lol

Elle nous a pas mal parlé de prévention contre les MST quand on était jeunes, le SIDA est pas une maladie de pédés !

En effet, on peut parler de ses problèmes de célibats ou de couples quand on est homo sans forcément parler de sexe, j'en parle pas avec mes parents car ils ne savent pas mais avec mes amis souvent, on peut en faire autant avec sa famille non ?

Géniale l'anecdote de la mamie Sylave ! looooooooooool
On a beau être aveugle au fond d’une grotte et mort ou quoi on sent le jour se lever chaque matin, toutes les 25 heures.

Sylave
Messages : 75
Inscription : 30 juil. 2006 21:50
Localisation : La Rochelle (Charente-Maritime)

Message par Sylave » 26 sept. 2007 21:02

Ben je vous comprend les garçons, si je parlais de ma sexualité à mon fils, il serait hyper gêné.
Et pourtant, on parle de beaucoup de choses.
Mais l'intimité c'est PERSO.

Sylave
Messages : 75
Inscription : 30 juil. 2006 21:50
Localisation : La Rochelle (Charente-Maritime)

Message par Sylave » 26 sept. 2007 21:13

Bien sûr Sylvain que l'on peut parler avec ses parents de ses petits copains, de ce qui va ou ne va pas, sans parler de sexe.
En tout cas c'est comme ça chez nous.
Bien sûr que le SIDA n'est pas une maladie de pédés, j'ai fait de la prévention avec ma fille, maintenant c'est avec mon fils.

Amitiés
Sylvie

Zag
Messages : 120
Inscription : 27 sept. 2007 11:22
Localisation : Rhône Alpes
Contact :

Message par Zag » 28 sept. 2007 17:25

Salut

Je pense que la difficulté à accepter est que l'entourage le vit comme étant eux concernés, fautifs de ce qui se passe pour un des membres de leur famille.Ils se sentent agressés par un comportement qui peut nuire à leurs image de parent, en fait cela bouscule leur vie sociale basée quelque part sur du normatif. Les individus ont du mal à accepter la marginalisation car cela les met hypothétiquement dans une situation de risque, isolement, agressivité passive et jugement touchant à l'estime de soi de la part des autres.

La sexualité est un des tabous le plus important même dans notre societé dite moderne, elle est souvent structurée autour du mariage de façon implicite.Les notions de procréations sont de toute façon le but ultime de ce type de relation.Quand quelqu'un sort de ce cadre il est automatiquement considéré comme particulier, hors norme, pour ne pas dire perturbé, ceci est implicite et non toujours explicitement dit par notre societé moderne.

La sexualité est basée avec ou sans pénis, qui reçoit, qui donne, quand cela semble s'inverser, quand il y a confusion ou similarité, cela est considéré comme anormal, sale, avilissant.

C'est à ce niveau parfois que la famille rejette l'individu, qui perd son statut d'être à part entière, mais devient comme il utilise son sexe. Une façon d'identifier une personnalité "sexe propre ou sale" si l'on peut dire....


Je pense que la famille réagit en fonction de sa façon d'aborder chacun sa propre sexuallité et comme il accepte la différence de façon globale envers l'humanité.
Zag
"si nous demeurons aux deux extrémités, comment pouvons nous en comprendre une ?"
" La moindre chose contient un peu d'inconnu. Trouvons-le."G.M.

Mirica
Messages : 368
Inscription : 01 nov. 2006 22:46
Localisation : ESSONNE

Re: LE DIRE OU LE TAIRE

Message par Mirica » 03 oct. 2007 10:21

Andrée a écrit :Bonsoir mirica
tu envisages de te passer d'eux (je n'ai pas repris tes mots exacts pardon)
mais es-tu sûre que l'amour qu'ils ont pour leur petit-fils ne sera pas assez grand pour l'accepter tel qu'il est ? Ils ont l'air de l'aimer beaucoup, et tu vois lorsque l'on commence par cette phrase ... "Ils l'aiment beaucoup, mais ..." Je ne pense pas que le "Mais" resiste longtemps à l'amour que l'on peut avoir pour un enfant ou un petit-enfant.
Je suis issue d'une famille méridionale, ou tout paraîssait "insurmontable" et sans être ni très croyante, ni très pratiquante (je respecte tout à fait ceux et celles qui le sont, je pense même qu'ils ont de la chance d'avoir la foi") je suis de plus en plus persuadée que l'amour est la solution à tout. Un peu plus vite pour certains, un peu moins pour d'autres (mon mari est un exemple parfait, il chemine à son rytme) mais je me rends compte que l'amour pour son fils est et sera le plus fort) Il faut lui (leur) laisser le temps. Notre blessure à nous, (les mamans) n'est pas tout à fait refermée, se refermera-t-elle un jour ? Mais hors de question de rejeter NOTRE enfant.
Courage. Et gros bisous.
ANDREE.
PS : Tu seras surprise par la compréhension, l'écoute de certaines personnes de ton entourage, tu verras ... courage.
bonjour andrée, désolée de répondre un peu tardivement

oui, cela me peinerait mais je pourrai me passer de ceux qui n'acceptent pas mon fils, parce que je pense que nous parents, quoi que votre enfant fasse, on doit etre la pour les soutenir,
et puis j'essaierai de leur expliquer mais si ils sont tétus et ne veulent pas ben tampis pour eux !!
effectivement, je pense en ce qui concerne sa grand mère, il lui faudra dutemps et sa première réaction, sera surement de le rejeter

et comme tu dis l'amour fait des miracles ...

Etpourtant, il y a encore des parents qui rejetent leurs enfants ??
J'ai du mal aussi à comprendre,
Alors, ils n'aimeraient pas leur enfants ??

qu'on accepte pas tout de suite, oui au début, le temps de comprendre mais après ???

juste les dernières news
Je l'ai dit a mon amie d'enfance, par mail, je sais pas très courageux ! lol
mais bon, je l'ai eu sur msn après et on a discuté
par contre, je remarque une chose, c'est à chaque fois (cela fait 2 fois !) que je le dis à quelqu'un, on me dit tout de suite, merci de la confiance que tu m'accordes !!
je crois que c'est ce qu'il faut retenir
parce que quelque part, c'est aussi ce que j'ai retenu quand mon fils me l'a dit, il m'a fait confiance et ca ca fait plaisir !!

bonne journée

Sylvain
Messages : 65
Inscription : 14 juil. 2007 20:26

Message par Sylvain » 03 oct. 2007 13:29

C'est joli ce que tu dis sur le confiance, c'est vrai que quelque part, faire cadeau d'un secret est une preuve de sentiments.

Je ne sais pas ce que veut vraiment dire aimer, c'est ce qui me fait peur sur les enfants que j'aurais peut-être un jour, la peur de ne pas les aimer quoiqu'ils fassent... L'homosexualité est une déception pour des parents, pour d'autres c'est l'échec scolaire ou social... C'est pas facile pour un parent de voir son enfant vivre une vie différente de celle qu'il imagine et qu'il considère acceptable... Je sais pas si j'en serai capable moi meme
On a beau être aveugle au fond d’une grotte et mort ou quoi on sent le jour se lever chaque matin, toutes les 25 heures.

Mirica
Messages : 368
Inscription : 01 nov. 2006 22:46
Localisation : ESSONNE

Message par Mirica » 03 oct. 2007 15:53

Je ne sais pas ce que veut vraiment dire aimer, c'est ce qui me fait peur sur les enfants que j'aurais peut-être un jour, la peur de ne pas les aimer quoiqu'ils fassent
je ne crois pas que ca s'apprend d'aimer ou pas
on aime et ca ne se commande pas
tu sais mon fils quand il a fait son Coming out, on croyait que c'était "volontaire", précisant qu'il disait etre bi,

alors pour nous le faire comprendre déjà, il n'a pas essayé de nous dire je suis bi et c'est comme ca !!
il nous l'a dit, parce qu'il aimait quelqu'un très fort, et il a dit, les sentiments ca ne se commandent pas !! aujourd'hui, je l'aime et je ne peux pas aller contre !!

voilà, maintenant il nous dit bien, qu'il est homo et non bi !

alors aimer, pas aimer ses enfants, je pense que c'est naturel.

MERCI

Répondre