Vers la vie

Exprimez vous ici, nos échanges d'expérience peuvent parfois faire avancer les choses...

Modérateur : Contact - Equipe de modération

Elisegar
Messages : 3
Inscription : 18 nov. 2019 19:35

Vers la vie

Message par Elisegar » 18 nov. 2019 20:47

Bonjour,

Je rassemble le courage que j’ai pour écrire ce message.

Je n’arrive pas à accepter qui je suis pour cause à l’âge de 8 ans, la maman d’une fille de ma classe nous a surpris moi et sa fille en train de nous embrasser.

Pour cette fille, il s’agissait je crois d’un jeu, d’une découverte , pour moi il s’avère qu’il s’agissait de la découverte de ma préférence, voire même peut être la découverte de qui j’étais.

Cette maman a signalé à ma mère qu’il s’agissait d’un comportement anormal , qu’il fallait qu’elle contrôle sa fille.

En parallèle, j’ai été attirée par plusieurs autres filles de mon âge à cette époque dont l’une d’entre elle qui avait fait part à sa mère de mon attirance pour elle. Cette même mère m’avait alors qualifié « d’obsédé sexuel » auprès de sa fille.

J’ai pensé de 8 à 9 ans que j’allais être emprisonnée pour ce que j’avais fait.

Ma mère mise au courant m’a alors pris plus tard dans ma chambre entre quatre yeux , elle debout , moi assise pour me signaler que j’aurais dû lui en parler. J’ai alors ressentie une tension , une peur de sa part que je n’oublierais jamais. Enfin si je l’avais oublié car ce souvenir ne m’est revenu qu’une dizaine d’années plus tard.

Depuis je n’ai jamais pu créer de relations amoureuses ni accepter qui je suis.

De peur d être rejeté à nouveau je n’ai jamais plus osé.

Je vis mais je sens que quelque chose me manque , j’aimerais m’aimer mais avant tout me pardonner.

Élise

benjamin49
Bénévole écoutant
Bénévole écoutant
Messages : 58
Inscription : 16 mars 2019 15:13
Localisation : Maine et Loire
Contact :

Re: Vers la vie

Message par benjamin49 » 18 nov. 2019 22:48

Bonjour Elise,

Bravo pour ce pas franchi et merci de nous accorder cette confiance.

Si je comprends bien votre message, ce que vous avez pu entendre étant enfant, vous amène aujourd'hui à vous sentir coupable de votre attirance pour les filles. C'est bien ça ?

Benjamin

Elisegar
Messages : 3
Inscription : 18 nov. 2019 19:35

Re: Vers la vie

Message par Elisegar » 20 nov. 2019 14:41

Bonjour,

Oui suite à ces événements je n’ai plus jamais osé ressentir quelque chose pour des filles, il y a peu de temps je me suis rapproché d’un garçon qui semblait intéressé par moi et pour lequel j’ai pensé ressentir quelque chose (étonnamment ) j’ai été prise d’une attaque de panique quelques semaines seulement après me confortant dans l’idée que mon attirance concerne et est bien très certainement uniquement envers les filles.

Aujourd’hui je me sens bloquée je viens d’avoir 30 ans, je sens bien que je ne suis pas destiné à être avec un garçon cependant je ne parviens pas à accepter l’idée de pouvoir être avec une fille dû d’après moi à mon enfance.

Je me sens très malheureuse de ne pouvoir dépasser « cet interdit » des années après , de me sentir confuse par ce fait dans la définition de mon orientation et par dessus tout de ne plus pouvoir accéder librement à mes émotions / ressentis.

Que conseilleriez vous pour parvenir à dépasser ce blocage ?

Merci pour votre intérêt et pour toutnce que vous faites

Élise

angie2305
Messages : 3
Inscription : 19 nov. 2019 11:23

Re: Vers la vie

Message par angie2305 » 20 nov. 2019 15:31

Bonjour Elise,

Selon moi , tu n'arrives pas à sortir de ce blocage, parce que étant petite , on t'a dirigé vers une soi-disant "normalité" et maintenant tu culpabilises de vivre ce que tu es simplement au fond de toi et ta conscience le refoule. Mon mari connait aussi cette situation, je l'ai découvert bien malgré moi, j'aurai cru simple d'en discuter après ma découverte, mais non aucune discussion , il le refoule , nous en souffrons tous les deux , nous sommes deux victimes.
Ne cherche pas à désirer un garçon si tu sais que tu n'en as pas, tu souffriras.

Margot
Messages : 25
Inscription : 12 mai 2019 16:19
Localisation : 26

Re: Vers la vie

Message par Margot » 20 nov. 2019 17:29

Bonjour Elise,

Je comprends que tu as eu des expériences plutôt traumatisantes puisque les mères de tes petites copines se sont comportées d'une manière inquiétante comme si ton comportement méritait des sanctions. Ces mères ont certes eu elles aussi une éducation qui explique leur réaction mais ça ne signifie en aucune manière qu'elles avaient raison. Beaucoup de parents ont un raisonnement qui est faux et ils ne le savent pas.
L'homosexualité est difficile à vivre à cause de l'ignorance de la société mais ça ne signifie pas que ça soit quelque chose qu'il faille condamner. Si en plus les parents condamnent, c'est sûr que l'homosexualité est mal acceptée par la personne concernée. Ce n'est pas vraiment que tu ne t'acceptes pas mais c'est plutôt que tu sais que la société condamne souvent.
Tu parles de te pardonner alors que tu n’as rien fait de mal. Tu es normale, je te l’assure mais tu as été victime de l’ignorance des mères de tes copines qui ont été très dures.
Ton blocage vient effectivement du comportement des adultes immatures quand tu étais petite. Le cerveau de l'enfant est malléable et tu as donc cru que la réaction de ces mères étaient normales. Elles ont réussi à te persuader que tu étais perverse ce qui n'est absolument pas vrai !
Aujourd’hui, on sait parfaitement que personne n’a choisi d’être homosexuel ou lesbienne. On le découvre tôt ou tard. Mais ce n’est pas un choix. La société essaie en vain de ranger dans une soit disant norme. Ceux qui jugent ça signifie simplement qu’ils ne comprennent pas. Ceux qui comprennent ne jugent pas.
Je te souhaite une bonne journée. :)

Margot
Dernière modification par Margot le 22 nov. 2019 18:58, modifié 1 fois.

Elisegar
Messages : 3
Inscription : 18 nov. 2019 19:35

Re: Vers la vie

Message par Elisegar » 22 nov. 2019 14:30

Merci pour ta réponse Margot.

Aujourd’hui j’aimerais développer mon propre esprit critique mais je me sens condamné à penser comme ceux qui à l’âge que j’avais détenais LA vérité sur moi et sur la vie.

J’ai dû mal à exprimer l’état d’esprit dans lequel je suis mais je sens bien que je ne me suis pas construite en me basant sur qui j’etais mais plutôt en agissant selon les attentes de mes parents évitant ainsi le rejet et le desamour.

Aujourd’hui, je constate très difficilement que ce n’étais pas la bonne manière d’agir pour mon bien être. Malheureusement à cet âge je crois que je n’avais absolument pas la capacité de discerner ce qui été bon ou pas pour moi et que j’ai réagis de la seule manière qui me permettait de garder une certaine sécurité affective.

Je me sens bloquée, prise dans un piège dont je ne parviens pas à sortir et qui me rends malheureuse et pourtant j’aimerais profondément dépasser ce blocage. Je ne veux surtout pas devenir un être factice crée en réponse aux attentes des autres.

Merci pour votre lecture.

Élise

Margot
Messages : 25
Inscription : 12 mai 2019 16:19
Localisation : 26

Re: Vers la vie

Message par Margot » 22 nov. 2019 17:09

Bonjour Elise,

Évidemment que lorsqu'on est enfant, on a pas les mêmes facultés de discernement qu'à l'âge adulte. C'est la raison pour laquelle nos parents nous semblaient tous puissants. Moi aussi, je croyais que ce que j'avais vécu dans mon enfance était normal. Mes frères et moi, on nous avait toujours appelés "les petits de l'assistance qui sont pas chez eux" et tu peux me croire, j'ai toujours cru que c'était normal. J'ai toujours cru que mes frères et moi étions la cause des problèmes dans la famille et encore à l'âge adulte. Ce n'est qu'en mettant des mots sur la situation que ça finit par devenir conscient et là ça produit un changement. Ce sont les prises de conscience qui nous permettent d'avancer. Comme le disait Françoise Dolto : mettre des mots sur la situation, vraiment ça aide ! Et on est souvent loin d'imaginer ce qu'on va découvrir en mettant des mots sur ce qu'on a vécu.
Maintenant que tu sais que des adultes t'on fait du mal (bien malgré eux) quand tu étais petite, je pense que tu finiras par arriver à te débarrasser de ce faux jugement qui t'empêche d'être toi-même.
Tu dois comprendre que tu n'étais pas le problème. Entoure toi de personnes qui te comprendront et pourquoi pas, parle avec un professionnel. Moi, mon psychanalyste le savait depuis le début mais ça m'arrangeait de me dire qu'il s'était cogné la tête car j'ai beaucoup refoulé. Un jour les refoulements ont cessé et j'ai compris où se trouvait le problème dans ma famille. Quand on le comprend ça change et on a confiance en soi-même pas aux autres.
C'est sûr que lorsqu'on est enfant, la parole des adultes a du poids (c'est d'ailleurs pour cette raison qu'on a cru au Père Noël) mais quand on est devenu un adulte soi-même on arrive à comprendre qu'on a eu affaire à des adultes ignorants et on arrive à voir les choses autrement.

Je te souhaite de pouvoir te libérer et d'être enfin heureuse. Tu as droit au bonheur, chacun est né pour vivre sa vie et non pour marcher dans une voie qui n'est pas la sienne.

Je te souhaite un bon weekend et beaucoup de bonheur ! Si si, tu y as droit, je t'assure ! :)

Margot

benjamin49
Bénévole écoutant
Bénévole écoutant
Messages : 58
Inscription : 16 mars 2019 15:13
Localisation : Maine et Loire
Contact :

Re: Vers la vie

Message par benjamin49 » 28 nov. 2019 22:50

Bonjour Elise, bonjour Margot,

Margot,
tu évoques ton expérience de mettre des mots sur les situations compliquées de l'enfance. Accepterais-tu de nous expliquer comment toi tu as fait pour mettre des mots, à qui tu les as dit et toutes les choses qui pourraient aider Elise à trouver sa propre solution ?

Elise,
penses tu que tu serais capable d'évoquer ta situation lors d'un groupe de paroles de l'association ? Penses tu que cela pourrait t'aider ?

En ce qui me concerne, j'ai pris conscience récemment que j'avais l'impression d'être dans un carcan, de ne pas pouvoir "déployer mes ailes". Aussi, j'ai essayé d'écouter mon corps et de lui faire confiance : annuler des engagements quand j'étais fatigué, prendre du temps pour faire des choses dont j'avais envie voire besoin, mettre des distances avec certaines personnes. J'ai décidé d'être égoiste car si je ne prends pas le temps de m'occuper de moi, je n'ai pas la possibilité de faire quoique ce soit pour les autres. Finalement j'essaie surtout d'être bienveillant avec moi même et de me laisser le temps pour arriver à ce que je veux.
Aujourd'hui, je suis encore loin du but mais je ne me sens plus coincé :)
J'espère que tu arriveras à te sentir libre aussi très bientôt !

Benjamin

Margot
Messages : 25
Inscription : 12 mai 2019 16:19
Localisation : 26

Re: Vers la vie

Message par Margot » 29 nov. 2019 16:43

Bonjour Benjamin, bonjour Elise,

Mettre des mots sur la situation ça signifie parler de notre vécu. En parlant ça finit par se décrypter. Des choses, dont on n’avait pas conscience, finissent pas devenir conscientes. J’expliquais à mon médecin traitant et à ma psy ce que je vivais dans ma famille. Il y avait une certaine zizanie. Celui qui n’était pas satisfait de sa place croyait pouvoir prendre celle des autres par exemple. Et le mensonge a beaucoup aidé pour y parvenir. J’ai connu ça depuis que je suis bébé. C’était même la raison pour laquelle quand cette mère me menait chez le psychiatre, il fallait absolument qu’elle y soit et mon psychanalyste l’avait deviné dès les premières séances. Mais moi de là où je me trouvais, ça m’arrangeait de me dire qu’il s’était cogné la tête car c’est très difficile de remettre en question ses parents qu’on veut aimer. Cette mère m’adorait et je voulais donc uniquement l’aimer, je ne voulais pas éprouver de la haine contre elle. Cependant cette haine existait bel et bien en moi, c’était simplement refoulé. On ne le découvre que lorsque ça devient conscient.
En parlant, les traits d’union entre les situations finissent par devenir visibles et on comprend le "pourquoi" du "comment"…
J’ai enfin compris quelque chose que j’avais toujours entendu en bas âge dans mon enfance mais vu mon âge je ne pouvais pas le comprendre car lorsqu’on est enfant on a mis en place des mécanismes de refoulement pour se protéger car éprouver de la haine contre un parent c’est déstabilisant pour l’enfant. Je voyais bien que cette mère mentait beaucoup mais je ne comprenais pas ce que ça signifiait car elle était ma mère. Je pensais que c’était normal. Et un jour je l’ai découvert parce que ça s’était reproduit avec le mari de l’une de mes nièces. J’ai compris que ma nièce n’avait pas trouvé cet homme par hasard, elle ne l’avait pas gagné au tirage au sort à la tombola. La haine qu’il ma témoignée parce que je sais faire ce qu’il ne sait pas faire, là ça a basculé dans le conscient. Si personne n’avait rien vu venir, c’était simplement parce que ce comportement n’était pas nouveau dans la famille. On avait fait croire que c’était normal ! Quand on est enfant on veut croire que les adultes ont raison… Et un jour on découvre qu’on est entourés d’individus d’âge mental différent. Quand on a compris on ne se laisse plus faire.
Elise, je comprends que les adultes qui t'ont entourée dans ton enfance t'ont fait beaucoup de mal en te parlant comme si tu avais fait quelque chose de honteux. L’enfant est fragile mais à l’âge adulte tu dois comprendre que ces adultes avaient un problème. Ce n’est pas toi le problème, c’est ce qui t'a été transmis par des adultes ignorants qui n’ont pas pensé au mal qu’ils te faisaient.

Bonne après midi à tous. :)

Répondre