Souffrance infinie

Exprimez vous ici, nos échanges d'expérience peuvent parfois faire avancer les choses...

Modérateur : Contact - Equipe de modération

Avatar de l’utilisateur
gillian
Messages : 145
Inscription : 03 oct. 2017 11:54
Localisation : 49
Contact :

Re: Souffrance infinie

Message par gillian » 03 oct. 2017 21:24

Vous aviez une relation très très proche avec lui. Et dans beaucoup de cas, homosexualité ou pas, il y a un moment ou une rupture parents/enfants est nécessaire... Je crois que c'est ce que vous êtes en train de réalisé. Il commence sa vie d'adulte, il grandit, il vole en partie de ses propres ailes, il fait ses propres choix... et je comprends que cela soit effrayant pour vous.
Il faudra du temps, mais vous allez construire une toute autre relation avec lui...
Appréciez le verre de vin (avec modération) il se peut que dans quelques mois ou quelques années vous le partagiez avec lui !

bonne soirée
gillian

Elsa
Messages : 9
Inscription : 18 sept. 2017 23:23

Re: Souffrance infinie

Message par Elsa » 03 oct. 2017 21:55

Bonsoir, tout le monde !

Il y a eu beaucoup de messages depuis la veille... (désolée, je vais me limiter à un message par jour, par manque de temps.)
Gillian, Heideweg, David, j'ai lu tous vos messages avec passion !
Et je suis tout à fait d'accord avec vous ! En particulier lorsque Gillian a parlé de "l'échelle de 0 à 10", je pense la même chose : On n'est peut-êtrepas 100% homo ou 100% hétéro, nous sommes entre les deux, plus au moins d'un côté ou de l'autre...
C'est ce que j'ai tenté d'expliquer (maladroitement) avec la bisexualité, pansexualité... tout ça !
Mais voilà mieux vaut un message clair que 10 brouillons. =)

Chère Emme,
Je constate quand même une amélioration depuis le début ! Petite ou pas, il y en a quand même une...
Gillian et David vous ont très bien répondu aujourd'hui, je n'ai quasiment rien à ajouter car leurs propos sont très justes.

En ce qui concerne votre maman, le fait que vous lui en avez parlé... Je comprends que votre souffrance vous ai poussé à chercher un refuge dans les bras de votre mère, donc au final c'est pas si mal !
Comme vous le voyez, chacun a besoin de soutien... Vos parents, votre mari, votre fils et vous même.
En tout cas on voit très bien que vous êtes une famille soudée ! Et ça, c'est VRAIMENT super important...

N'ayez pas honte de votre fils... Il n'y a pas de raison à avoir honte de ce qu'il est, surtout qu'il n'est pas défini uniquement par sa sexualité !
Il a certainement plein de qualités qu'il ne faut vraiment pas mettre à part =)

En ce qui concerne le face à face "grand père/petit fils".... De mon point de vue, je pense que c'est encore un peu frais... Laissez murir le fruit, avant de le cueillir ! Comme vous avez dit plus haut qu'il l'avait très mal pris... J'ai peur que ça dégénère en phrases blessantes... (C'est du vécu, je me permets de mettre en garde, même si j'ai pour habitude de privilégier le dialogue)

Bref, en tout cas je suis certaine qu'au fil du temps, votre relation évoluera... Vous venez de réaliser que votre fils est devenu un homme, c'est une dure réalité pour toute mère, mais c'est quand même aussi un but de vie accompli... n'est ce pas ? ;)
Laissez le temps agir, vos liens sont extrêmement solides, jamais ils ne se briseront !

Je vous souhaite une bonne nuit, en présence de votre merveilleux fils...
A bientôt !

Elsa

Emme
Messages : 37
Inscription : 19 sept. 2017 12:51

Re: Souffrance infinie

Message par Emme » 04 oct. 2017 08:58

C'est un mauvais jour qui commence. Je me suis endormie et réveillée en pleurant... J'entendais mon fils parler au tel des heures avec son copain et j'aurais voulu être sourde... Ce matin il m'a annoncé commencer à organiser son Erasmus pour l'année prochaine, en précisant bien que son copain et lui allaient faire en sorte de choisir la même destination au bout du monde... Depuis, l'angoisse est revenue, très forte. Et j'ai si mal... Désolée de vous plomber la journée si tôt le matin...

Avatar de l’utilisateur
gillian
Messages : 145
Inscription : 03 oct. 2017 11:54
Localisation : 49
Contact :

Re: Souffrance infinie

Message par gillian » 04 oct. 2017 09:18

Bonjour Emme,

il semblerait que votre fils ait un grand besoin d'indépendance, de se détacher un peu de vous...
Il le fait, certes assez maladroitement, avec des mots et des attitudes qui vous blessent, mais peut-être a-t-il tout simplement besoin de cela, de cette séparation un peu violente, pour se construire en tant qu'adulte, en tant qu'homme et ensuite développer une nouvelle relation mère-fils avec vous...

Cela ne vous empêche pas de maintenir le dialogue avec lui.
Essayer de lui exprimer vos ressentis de manière non violente. Par étape. Par exemple :
Tu veux partir à l'étranger avec ton copain l'année prochaine (FAIT), cela me rend triste (VOTRE ÉMOTION) car nous serons éloigné et que j'ai besoin de te voir régulièrement (VOTRE BESOIN). Serais-tu d'accord pour me donner des nouvelles régulièrement (EXPRIMER VOTRE DEMANDE) ?
Cela peut paraître stupide, mais en parlant de vous, de vos émotions, de vos besoins et en exprimant ce que vous voulez (sans forcément attendre de réponse positive), vous éviter le "tu" accusateur qui blesse et vous poser les bases d'un dialogue plus serein...

Après je comprends tout à fait que cette étape soit difficile pour vous, laissez vous le temps... pour vous c'est un choc car vous ne pensiez pas que cela se passerait comme ça... il vous faut du temps pour le digérer et l'accepter... et si vous avez besoin d'un temps pour pleurer et bien faites le ! Vous y arriverez petit à petit...

gillian

Emme
Messages : 37
Inscription : 19 sept. 2017 12:51

Re: Souffrance infinie

Message par Emme » 04 oct. 2017 11:29

Gillian, Elsa, David, j'ai besoin de vos avis. J'ai essayé d'écrire à mon fils. Dites-moi s'il pourra entendre ce que je lui dis. Merci d'avance.

Mon Amour de fils,

Aujourd’hui va être un mauvais jour, parce que je vois que tu deviens un homme... Je te vois t’éloigner de moi un peu plus chaque jour et ça me rend triste parce que j’ai besoin de te voir, de te parler, j’ai encore tant de choses à te dire... Mon esprit n’est plus capable de réfléchir en ce moment, j’ai besoin de temps, beaucoup de temps, pour comprendre ce qui nous arrive parce que je ne pensais pas que les choses se passeraient de cette façon.

J’ai toujours redouté le moment où tu ressentirais le besoin de prendre ton indépendance. Ce moment est arrivé et c’est un peu plus violent que ce à quoi je m’attendais... Chaque minute qui passe est un peu plus douloureuse que la précédente parce qu’elle t’emmène loin de moi, loin de ton enfance, loin quoi...

Je ne sais pas par quel chemin tu es passé pour arriver là où tu es arrivé, y a-t-il eu un chemin, a-t-il été long, douloureux, as-tu pleuré, as-tu souffert... ? J'ai tellement de questions, tellement de doutes et j'aurais tellement aimé être là pour t'aider. J'ai toujours voulu t'aider, sans doute un peu trop parfois, mais c'était ma façon à moi de te montrer à quel point je t'aimais. J'ai dû me tromper de méthode puisque finalement nous n'arrivons pas à nous parler et puisque tu n'as jamais eu besoin de me parler de tes doutes...

As-tu des interrogations, as-tu peur, sais-tu où tout cela te mène, sais-tu ce que tu veux vraiment ? J'ai tellement d'angoisses et pourtant je veux garder un peu d'espoir... Je sais que ça tu ne le supportes pas mais c'est plus fort que moi...

Quand tu étais petit, je t'ai dit un jour que si tu étais en danger ou si tu te sentais seul ou perdu, tu pourrais tout nous dire, nous pourrions tout entendre... A l'époque je le pensais sincèrement. Dans nos dîners entre amis, on se disait "Et si ton fils te disait qu'il était homo, comment réagirais-tu ?"... Je répondais invariablement que ce qui comptait c'était le bonheur de mes fils, et que même si ça ne ferait pas plaisir, j'accepterais... Je le pensais sincèrement.

Et puis quand ça t'arrive vraiment, on se dit que toutes ces années à en avoir "peur" n'ont pas évité le danger. Dire que la terre s'est ouverte sous mes pieds et que je me suis sentie aspirée très profondément est une image, mais elle se rapproche de ce que je ressens. Depuis ce fameux soir, je chute et j'attends de toucher le fond.

Je ne veux pas te mentir. Bien sûr que je t'en veux, un peu, même si je sais bien que tu ne le fais pas "exprès"... Bien sûr que je voudrais plus que tout au monde que rien ne soit arrivé, même si je sais que c'est impossible. Bien sûr que j'ai peur pour toi, peur que tu fasses faute route, peur que tu sois malheureux, peur que tu te construises une vie difficile... Bien sûr que j'ai des milliers de questions à te poser mais je ne pourrai pas te les poser de peur d'entendre les réponses... Mais paradoxalement, je veux ton bonheur, plus que tout au monde. Comme dit Papa, c'est ce qui te rend le plus heureux au monde qui nous rend les plus malheureux, la vie est mal faite.

Je pense que tu partages avec Nathan et avec tes ami(e)s intimes nos réactions. Je suppose que tu me juges très sévèrement et que je suis la méchante de l'histoire. Essaye de garder nos échanges pour toi, parce que les choses que je te dis, je ne les ai jamais dites à personne. Je ne me suis jamais dévoilée autant puisqu'on m'a appris à être forte en toutes circonstances. Là c'est une circonstance de taille et je ne peux pas être forte. J'ai juste besoin de ton amour mon Ange, parce que je me sens perdue et triste. Il doit être difficile pour toi de comprendre mon attitude, je fais des efforts pour me dire que tout ça n'est pas si grave, que tu es en vie, en bonne santé, heureux, beau, débrouillard, équilibré... bref, que tout va bien. Je dois faire maintenant mon propre chemin pour comprendre pourquoi je suis si triste... triste au point de ne plus pouvoir sortir de la maison...

Tes grands-parents sont aussi très tristes, ils t'aiment tellement, ils ont peur de t'avoir "mal" aimé, trop aimé, je ne sais pas trop quoi leur dire pour les réconforter, Grand-Père voudrait te voir mais pour l'instant il est cloué au lit. Je ne sais pas si tu en auras envie, c'est toi qui décideras de toute façon.

Je t'aime mon Ninou, plus que ma vie. J'aime ton frère aussi, tellement. Tu dois trouver que je vous aime trop, que je n'ai que vous dans ma vie et que je vais droit dans le mur. Oui, je vous aime trop et je n'ai que vous dans ma vie. Mais c'est la vie que j'ai choisi d'avoir, entièrement vouée à votre bonheur, parce que je vous ai désiré plus que tout, parce que vous êtes sortis de mon ventre, parce que vous êtes mes enfants pour toujours.

Maman

Avatar de l’utilisateur
gillian
Messages : 145
Inscription : 03 oct. 2017 11:54
Localisation : 49
Contact :

Re: Souffrance infinie

Message par gillian » 04 oct. 2017 11:44

Bonjour Emme,

C'est vraiment une très jolie lettre. Pleine d'amour et d'émotions... Je pense qu'il peut tout entendre car vous parler avec votre cœur et vous ne dites rien d’inapproprié.

Je pense que c'est important qu'a la fin vous rajoutiez que vous aller prendre soin de vous, que ce n'est pas sa responsabilité à lui, que vous allez prendre du temps pour soigner votre souffrance et votre tristesse. Que c'est votre problème à vous de gérer vos émotions et qu'il n'a pas à culpabiliser.
Et bien sûr que vous espérez dans le futur garder un lien fort avec lui, surement différent de celui qui était établit maintenant, mais puissant. Que vous continuerez à échanger, dialoguer, vous voir...

Et j'ajouterai que rien ne vous oblige à lui donner.
Rien que de l'écrire ça fait du bien non ?
Vous pourrez la relire, la changer au cours du temps et peut-être un jour lui donner quand vous serez prête.
Ça fait un peu truc de psy mais ça marche bien.

Bonne journée
gillian

heideweg
Messages : 108
Inscription : 22 févr. 2016 10:36
Localisation : 49

Re: Souffrance infinie

Message par heideweg » 04 oct. 2017 11:56

Bonjour Emme!!

Vous devriez savoir que nous sommes des gens sensibles .....
C'est magnifique ...!!!

Et merci de votre confiance.....

En fait, je crois que nous n'avons pas de jugement à porter, vous avez exprimé ce que vous ressentez, c'est bien d'avoir posé les choses de cette façon.
Il n'y a que de l'amour la dedans et quelques maux que vous devez soigner, des maux qui vous appartiennent....(les doutes, la culpabilité, et peut être une forme de solitude ....) je m'égare de votre question..... :oops: :oops:

C'est bien une lettre !!! il peut la lire, ne pas la lire ....en partie ...relire certains passages , bref il pourra gérer cette communication comme il le souhaite ...de mon point de vue ce n' est que du positif ....

Attendez peut être les avis d'Elsa et Gillian qui seront sans doute très intéressants.

Vous êtes courageuse et pugnace ..vous allez y arriver ;)

David,

Emme
Messages : 37
Inscription : 19 sept. 2017 12:51

Re: Souffrance infinie

Message par Emme » 04 oct. 2017 12:44

Merci pour vos avis, si précieux.

Je lui donnerai cette lettre, mais je vais encore y réfléchir. J'ai encore des milliards de choses à lui dire...

Je l'attends d'une minute à l'autre...

heideweg
Messages : 108
Inscription : 22 févr. 2016 10:36
Localisation : 49

Re: Souffrance infinie

Message par heideweg » 04 oct. 2017 12:50

.....ne réfléchissez pas trop !!!
elle est très bien cette lettre !!! ;)

bon après midi Emme

Emme
Messages : 37
Inscription : 19 sept. 2017 12:51

Re: Souffrance infinie

Message par Emme » 04 oct. 2017 12:56

C'est vrai que je m'en fais des noeuds dans le cerveau !!

heideweg
Messages : 108
Inscription : 22 févr. 2016 10:36
Localisation : 49

Re: Souffrance infinie

Message par heideweg » 04 oct. 2017 13:00

:mrgreen: :mrgreen: :mrgreen:

;)

Elsa
Messages : 9
Inscription : 18 sept. 2017 23:23

Re: Souffrance infinie

Message par Elsa » 04 oct. 2017 21:12

Bonsoir Emme !

Puis-je être honnête ?
Votre lettre m'a arraché quelques larmes d'émotions !!

C'est magnifique, on ne peut pas corriger ce que votre cœur dit.
Vous avez vraiment un très beau style d'écriture !....
Vous avez fait des études littéraires ? c'est un don ? =)

Je suis certaine que votre fils pourra lire votre lettre avec la plus grande des tendresses....
L'amour et les liens qui vous unissent sont indestructibles, cela se voit et se ressent vraiment à travers vos écrits !
Je ne doute à aucun moment que votre lien finira par briser la tristesse et la souffrance, et une fois cette épreuve surmontée, ils se renforceront encore plus.... C'est si beau à lire....

Gillian, merci pour les conseils apportés ! Vous aussi, vous avez été d'une grande aide, j'adore l'exemple que vous avez donné plus haut....

En tout cas n'hésitez plus Emme ! Vous êtes sur la bonne voie.... Et c'est la première fois que je rencontre une maman aussi engagée et déterminée à aider son fils, l'aimer et l'accepter malgré votre difficulté et votre souffrance... Je vous trouve formidable ! <3

Je vous embrasse bien fort et vous encourage de tout mon cœur.
Bonne nuit à tout le monde !!

Elsa

Emme
Messages : 37
Inscription : 19 sept. 2017 12:51

Re: Souffrance infinie

Message par Emme » 04 oct. 2017 22:51

Bonne nuit à tous, je suis épuisée.

Elsa, j’ai eu 17 à l’ecrit de mon bac français il y a 36 ans :D ...

Je n’ai pas encore donné la lettre à mon fils... mais je vais le faire. J’attends le moment où ça le « perturbera » le moins... ce week-end peut-être...

J’ai bcp parlé à mon mari ce soir. Il m’a avoué que le premier sentiment qu’il ressentait avant la tristesse était la honte... comment lutter contre ça ? Je crois que moi aussi parfois ce sentiment me prend de plein fouet sans que je m’y attende...

J’ai pris ma petite pilule magique pour dormir d’une traite, sans cauchemar.

Merci...

Emme
Messages : 37
Inscription : 19 sept. 2017 12:51

Re: Souffrance infinie

Message par Emme » 04 oct. 2017 22:54

Gillian, oui, merci de vos conseils, j’ai fait quelques ajustements... bonne soirée !

heideweg
Messages : 108
Inscription : 22 févr. 2016 10:36
Localisation : 49

Re: Souffrance infinie

Message par heideweg » 05 oct. 2017 10:31

Bonjour Emme,

.....la Honte .... la tristesse , ce sont les deux sentiments quasi obligatoires dans votre situation...!!
Encore une fois, vous n'avez pas à culpabiliser car rien d'anormal dans tout ça !!

L'image de l'homosexualité aux yeux des hétérosexuels est tellement laide voire répugnante qu'il est normal que vous éprouviez au moins de la honte car vous allez en plus de "devoir" accepter votre fils, accepter l'homosexualité qui va avec!! tout ça aux yeux des autres qui jugent si facilement
Vous avez peur de ce jugement et ça aussi, c'est normal !!!
La clé est le temps, temps de digérer et vous "blinder" inutile de vous dire que ça ne se fait pas du jour au lendemain.... des mois seront nécessaires ....pour vous, votre mari et le reste de votre famille ....d'ailleurs, qu'en est t'il de votre deuxième fils car j'imagine qu'il doit bien voir que quelque ne tourne pas rond .....

Concernant la lettre, je pense que vous ne devriez pas trop attendre car pendant ce temps, c'est vous qui cogitez.....
Cette lettre l’émouvra sans doute mais ne le perturbera sans doute pas autant que l'annonce brutale de sa situation ....

Pensez à vous ;)

David,

Répondre