Souffrance infinie

Exprimez vous ici, nos échanges d'expérience peuvent parfois faire avancer les choses...

Modérateur : Contact - Equipe de modération

heideweg
Messages : 108
Inscription : 22 févr. 2016 10:36
Localisation : 49

Re: Souffrance infinie

Message par heideweg » 26 sept. 2017 13:13

Bonjour Emme !!!

Là Emme, je pense qu'il ne serait pas idiot de vous rapprocher de votre médecin ......
Il n'est pas impossible que vous ne soyez pas en mesure de digérer tous ces derniers événements seule.
Il peut vous prescrire des choses qui vont vous aider dans un premiers temps à faire face à tout ça.......
Il ne faudrait pas que vous sombriez vers une dépression .
Il ne faut pas prendre les choses à la légère, il vaut mieux intervenir maintenant en douceur plutôt que d'attendre, ce sera pire !!!

C'est maintenant que vous devez absolument prendre soin de vous et vous faire un peu violence justement pour que vous deveniez votre propre priorité.....

Bon courage

David,

Emme
Messages : 37
Inscription : 19 sept. 2017 12:51

Re: Souffrance infinie

Message par Emme » 26 sept. 2017 13:37

C'est fait David, je prends des cachets pour dormir et dans la journée des "relaxants" qui ne me relaxent pas du tout ! Je ne sais pas pourquoi aujourd'hui est moins bien qu'hier... sans doute parce que j'ai eu mon mari au tél ce matin qui est en voyage et qui m'a dit prendre conscience de son propre mal être... Le fait de le savoir aussi triste que moi a été la goutte qui a fait déborder le vase. Nous en avons aussi parlé aux grands-parents de mon fils, de mon côté, mon père s'est effondré... je ne l'avais jamais vu pleurer... ça + ça + ça + ça + mon fils qui reste debout malgré tout... je me dis que si je pouvais me mettre sous ma couette et me réveiller dans quelques mois, ce serait si bien... bon, je vais passer l'aspirateur partout, ça va m'occuper... Merci ! Je vais arrêter de venir sur ce forum, je me rends bien compte que vous n'êtes pas un service sos amitié... :?

heideweg
Messages : 108
Inscription : 22 févr. 2016 10:36
Localisation : 49

Re: Souffrance infinie

Message par heideweg » 26 sept. 2017 14:12

SOS amitié..... :mrgreen: :mrgreen: :mrgreen: :mrgreen:

Emmé, vous arrivez à me faire rire :oops: !!!!

Ne soyez pas gênée ....!!! quelque soit votre choix, je le respecterai bien sur mais sachez que personne ne m'oblige à venir ici et encore moins a participer ...donc pas de soucis!!!

Néanmoins une petite pause peut aussi vous être nécessaire .......encore une fois, pensez qu'a vous ;)

Je me permets néanmoins d'insister un peu concernant le groupe de parole dont je vous avais parlé .....
en effet en fonction de votre lieu de résidence, il peut y avoir via contact un lieu où parler de tout ça, vous mais aussi votre mari .....ça peut vous faire du bien même si encore une fois il faudra vous faire violence ........

Il faut effectivement mieux échanger avec des parents d'homosexuels plutôt que des personnes homosexuelles .......

Courage à vous et votre famille

A bientôt

David

manu.G
Messages : 79
Inscription : 06 nov. 2016 10:24
Localisation : GRENOBLE
Contact :

Re: Souffrance infinie

Message par manu.G » 28 sept. 2017 07:46

Emme a écrit :
26 sept. 2017 13:37
Merci ! Je vais arrêter de venir sur ce forum, je me rends bien compte que vous n'êtes pas un service sos amitié... :?

Je comprends que les échanges sur ce forum ne suffisent pas à vous apaiser car, comme le dit très justement David, cette souffrance relève des compétences de votre médecin et, surtout, d'un psychologue.
J'espère tout de même que votre fils peut compter sur un solide réseau d'amis(es) car savoir que tous les membres de sa famille s'effondrent les uns après les autres pour un fait dont il n'est aucunement responsable, qui ne me met pas en péril sa santé et qui n'a, au départ, aucune raison de le rendre malheureux est tout de même inquiétant.

J'ai vu cette semaine l'émission "dans les yeux d'Olivier" où des parents font face à la disparition inexpliquée de leur fils collégien... Ils continuent de se battre au cas où leur fils soit vivant quelque part. Ils se disent prêts à ce qu'on leur apprenne sa mort mais ne souhaitent pas qu'il puisse penser qu'ils aient pu baissé les bras dans l'hypothèse où il serait vivant et peut-être séquestré quelque part...

Je vous souhaite bon courage à mon tour et aussi beaucoup de courage à votre fils.
Manu (le "G", c'est pour "Grenoble") Ancien pseudo : Steph

Elsa
Messages : 9
Inscription : 18 sept. 2017 23:23

Re: Souffrance infinie

Message par Elsa » 28 sept. 2017 23:28

Bonjour Emme !

J'ai lu avec attention les messages de ce forum. Et l'évolution de vos émotions....
Je peux comprendre votre souffrance, votre mal être, vos questions... Car ma mère vit les mêmes choses que vous.
J'ai vu à quel point les parents peuvent se fabriquer dans leur tête le futur de leurs enfants, imaginer un scénario de vie, qui correspond à leur "idéal personnel"...
Certes, je ne suis pas maman. J'aimerais bien l'être un jour ceci dit...
Mais malgré tout laissez moi vous apporter quelques idées :
-Parlez à votre fils. Malgré vos disputes, je peux vous dire, car j'en suis certaine, il vous aime du plus profond de son cœur, comme vous l'aimez vous aussi... Posez lui toutes vos questions, celles qui vous encombrent, celles qui vous traquent, celles qui vous taraudent l'esprit... Cela sera un grand soulagement pour vous, et pour votre fils.
-Ne gardez pas cela pour vous. Parlez en à un ami/une amie proche, qui saura vous dire les bons mots. D'ailleurs, c'est vraiment bien que vous soyez allée sur ce forum, c'est un grand pas ! Et peu de parents font celui ci... Je pense que cela peut énormément vous aider.
-Prenez votre temps. Aujourd'hui, vous avez l'impression que tout s'écroule... Mais en regardant bien, ce n'est pas un monde qui s'écroule, c'est un nouveau monde qui se construit.
-Soyez honnête avec votre fils, votre entourage, et SURTOUT avec vous même. Vous ne devez pas vous mentir. Ceci est la pire des choses, et cela ne fera qu'aggraver votre douleur...
-La vie est belle. Il y a tellement de malheurs en ce monde... Tellement de gens qui souffrent, meurent de faim, de maladie.... C'est triste à dire mais en pensant à cela on se rend compte que finalement la vie n'est pas si mauvaise que ça... et bien au contraire, nous sommes chanceux !!!
-L'amour, c'est l'amour. Quelle est la différence ? Votre fils aimera une personne, vivra avec cette personne, aura une maison, un chien... et même quelques canaris si cela lui chante ! Comme vous, il s'épanouira et trouvera sa voie... Je ne vois aucune différence !

En tout cas je tenais à ce que vous sachiez que vous êtes une maman formidable, et qu'ensembles, vous surmonterez avec succès cette épreuve !
Nous serons là pour vous soutenir en cas de besoin. n'hésitez pas !
Les choses s'arrangeront. L'amour n'engendre que de l'amour. =)

Amicalement,
Elsa.

Emme
Messages : 37
Inscription : 19 sept. 2017 12:51

Re: Souffrance infinie

Message par Emme » 29 sept. 2017 09:45

Merci Elsa...
Les jours passent et se ressemblent... J'ai encore longuement parlé avec mon fils. Il me dit être heureux et tellement désolé pour nous. Il comprend que nous puissions être "choqués", mais se dit impuissant devant notre souffrance. Je comprends. J'ai passé hier la journée avec ma maman qui est en colère contre lui, elle m'a dit un truc bizarre quand nous nous sommes dit au revoir : elle m'a dit "tu es courageuse" !!! Sur le moment je lui ai répondu que de toute façon je n'avais pas le choix... Ce matin, j'ai compris que ce n'était pas du courage, c'était de l'amour... Tellement d'amour que j'ai pour mon fils. Je ne suis pas encore dans l'acceptation, loin de là... Je me pose tellement de question. Je me rends compte que je ne suis pas prête à renoncer à l'enfant imaginaire que je m'étais construit. Ça viendra peut-être...
C'est vrai qu'on voit tellement de gens malheureux que mon petit cas personnel est bien insignifiant. Autour de moi, j'ai connu beaucoup de morts très brutales qui ont bouleversé ma vie et celle de mes proches, alors l'homosexualité de mon fils... peanuts !
Il m'a expliqué être très bien, mais ne pas du tout vouloir se projeter, ni dans un un an, ni dans 5 ans, ni dans 10 ans... Il m'explique vouloir vivre juste l'instant présent, sans se poser de questions, et me dit que c'est tombé sur un garçon mais que ça aurait pu aussi bien tomber sur une fille (du coup je maudis l'autre garçon...) ... Je ne comprends pas très bien ce que ça veut dire... il ne veut pas être "catégorisé" gay car il ne se sent pas gay, il veut juste vivre 100 % l'instant présent...
Vous y comprenez quelque chose vous ?
A midi, mon mari et moi allons voir une psychologue juste pour essayer de mettre les choses à plat car nous avons une vie bizarre depuis que nous "savons". Mon mari s'inquiète beaucoup pour moi et il a peur que je mette ma vie de côté. C'est vrai que pour l'instant je n'ai plus envie de rien, si ce n'est de me "recroqueviller" avec lui et notre autre fils et rester serrés les uns contre les autres...

Manu G., j'ai vu l'émission, j'ai beaucoup pleuré devant la détresse et la souffrance des parents de Lucas et je me dis que j'ai de la chance...

oliv
Messages : 5
Inscription : 29 sept. 2017 15:33

Re: Souffrance infinie

Message par oliv » 29 sept. 2017 15:52

Bonjour Emme
Je me permets de vous répondre car je ressens quelques similarités avec ce que je vis avec ma mère mêmes si les situations ne sont pas comparables.
Ce que vous vivez est très simple… c’est un deuil !
Un deuil de vos mythes culturels et familiaux
Certes les mythes sont importants et structure notre imaginaire mais ils sont toujours voués à mourir un jour face à la réalité… c’est comme pour le père Noël ! Ce qu’il y a de bien dans la mort d’un mythe c’est qu’il nous fait grandir et nous ramène à l’important… (l’acte d’offrir dans le cas de Noël)
Ce que je vois c’est la fin de deux mythes
1. L’hétérosexualité est la norme dans votre famille
2. L’âge adulte est un éloignement paisible du foyer familial

Dans le premier cas, ben non, l’hétérosexualité ne se transmet pas, ne se construit pas !
Mais lorsque l’on parle de transmission et de construction vous seriez étonné de vous rendre compte à quel point votre fils partage vos valeurs et vos goûts et c’est cela l’important !

Dans le second cas, que dire…, les ruptures font partie de la vie ! et elles sont mêmes essentielles pour l’autonomisation de l’individu mais comme le petit prince retourne à sa rose après avoir compris l’essentiel, le génie de l’humain est de digérer ces changements.

Enfin, je pense à votre fils, à cette homosexualité que l’on découvre souvent assez jeune, que l’on porte en soi comme un secret (un blessure) pendant des années bien avant d’en parler à ses parents…par ce que l’on espère changer, par ce que l’on veut croire au mythe de l’hétérosexualité familiale… mais rien ne change… au contraire… les émois adolescents confirment chaque jour l’inéluctable…

Maintenant je vais être un peu dur mais c’est par ce que je crois qu’il est temps pour vous de vous révolter plutôt que de vous « recroqueviller » car vous êtes peut-être en face du combat de votre vie (vous n’aviez rien demandé mais votre fils non plus).

L’hétérosexualité comme norme familiale est une abomination car elle est un mensonge… c’est une part d’ombre de bons nombres de familles de tradition chrétiennes qui porte son lot de malheurs et de secrets dans le seul but de sauver la vision mystique d’Adam & Ève aux dépens de pauvres hères qui n’avaient rien fait de mal au même titre que les filles mères… votre fils n’est pas le premier homosexuel de votre famille. Votre défi en tant que mère éclairée et aimante est de tuer ce mythe !

Vous avez le choix… sois vous rejetez votre fils et il vous rejettera (il aura bien raison) avec l’eau du bain (c’est-à-dire tout le reste de vos valeurs…) et bon courage pour vous regarder dans un miroir après ça… sois vous l’accueillez comme il est et il vous faudra combattre à ses coté cette monstruosité familiale dont vous sortirez vainqueur car vous avez la vérité avec vous !
Bon courage
Olivier

Elsa
Messages : 9
Inscription : 18 sept. 2017 23:23

Re: Souffrance infinie

Message par Elsa » 29 sept. 2017 17:13

Re bonjour, Emme !

C'est vraiment bien que vous alliez voir des professionnels aptes à vous aider.... Si seulement mes parents pouvaient faire ça aussi !
Vous faites preuve d'un réel amour pour votre fils, je n'en doute pas, car vous cherchez à comprendre ce qu'il se passe dans sa petite tête.
En fait je crois que vous avez peur, car vous ne connaissez pas l'origine, l'explication scientifique de l'homosexualité, de plus, l'image renvoyée par la société est assez péjorative.... Voire dégradante.
Cela fait des années et des années que je cherche l'explication... Et aujourd'hui j'ai démêlé le nœud qui s'était instauré dans ma poitrine.
Je vous conseille de regarder cette vidéo :

https://www.youtube.com/watch?v=Ad5Lxf_kKRU

Cette dernière m'a VRAIMENT aidé à y voir plus clair.
En ce qui concerne votre fils, je le comprends parfaitement : Il n'a rien demandé, depuis le début, son orientation était décidée dès sa naissance. C'est un phénomène totalement naturel, aucune culture, aucune éducation, aucun facteur n'a influencé votre fils pour le "rendre homosexuel".
Votre fils a TOUJOURS été comme cela, vous l'avez aimé comme il était avant, mais regardez bien... Il n'a pas changé ! Il est resté le même.
Votre fils vous dit qu'il va bien pour vous montrer qu'il est heureux ainsi, qu'il veut profiter de la vie, et il espère que son bonheur fera le votre...
Car c'est le vœu de toute mère, n'est ce pas ?...
Mais en vérité il souffre lui aussi.... Il vous aime, et ne supporte pas vous voir souffrir. Il se sent impuissant face à cette situation, car c'est comme si on lui reprochait de chausser du 46, ou de mesurer 1m72... C'est une partie de lui, et il n'a pas choisi ces caractéristiques de lui même.

Lorsqu'il vous dit qu'il aimera peut être une fille dans le futur, il veut vous faire comprendre qu'il n'existe pas de "sexe" à aimer. On aime une personne, pas un sexe. C'est d'ailleurs le concept de "pansexuel" ou "bisexuel" (pour un nom plus commun...).
Par ailleurs, je trouve ça complètement absurde de ranger les personnes dans des cases comme "homo, bi, hétéro, trans....", chaque personne est libre d'aimer et de devenir ce qu'elle souhaite devenir. C'est ça, la liberté de vivre. On ne vit pas pour mourir, on vit pour s'accomplir.
Nous ne sommes pas "homo, bi, hétéro, trans.... " nous sommes tous des Humains. Rien de plus.

Et pour finir, une autre vidéo optimiste, qui redonne le sourire : (à mettre avec des sous titres français) :

https://www.youtube.com/watch?v=z3ECU6xtp68

J'espère avoir pu vous éclairer d'avantage sur vos questions sur l'homosexualité...
Et je suis à votre disposition ;)
J'espère également que votre psychologue vous aidera également !!
Bon courage Emme !
L'amour vaincra la peine. =)

Elsa

heideweg
Messages : 108
Inscription : 22 févr. 2016 10:36
Localisation : 49

Re: Souffrance infinie

Message par heideweg » 29 sept. 2017 17:33

Bonjour à tous,

Bonjour Olivier,

Je me permets de réagir à vos propos (même si je ne suis en rien concerné :oops: ) mais je vous trouve très tranché et peu compréhensif sur la question ....
En effet vous avez 100% raison dans ce que vous dites mais les choses ne sont pas forcement blanches ou noires !!! en tout cas, pas dans l’immédiat...
Je ne suis pas sûr qu' Emme soit dans une phase de rejet de sont fils ni même d'acceptation ......
Elle submergée par l'annonce de l'homosexualité de son fils ......sa question est je pense "comment vais je faire" pas "je jette ou je garde" ....il lui faudra du temps pour renoncer à l'image qu'elle s'était faite de son fils et surtout de sa vie ....."normale"
Je pense qu'elle a besoin de temps et d'aide.

Nous, homosexuels (les) comme vous l'avez très justement dit, nous le savons depuis très longtemps et même si c'est compliqué on a pu prévoir et anticiper certaines choses mais pour les parents, ça leur tombe dessus du jour au lendemain et on peut, on doit comprendre que ça les mette KO quelques temps....

Pour conclure, je crois vraiment qu'Emma est dans une démarche positive, en tout cas, il me semble qu'elle met tout en oeuvre pour cela ....

Bonne soirée,

David

Emme
Messages : 37
Inscription : 19 sept. 2017 12:51

Re: Souffrance infinie

Message par Emme » 30 sept. 2017 18:44

Léa,

j'ai pris le temps de bien relire vos messages et d'essayer d'y répondre sans "langue de bois"... pas facile...

Parlez à votre fils. Malgré vos disputes, je peux vous dire, car j'en suis certaine, il vous aime du plus profond de son cœur, comme vous l'aimez vous aussi... Posez lui toutes vos questions, celles qui vous encombrent, celles qui vous traquent, celles qui vous taraudent l'esprit... Cela sera un grand soulagement pour vous, et pour votre fils.

J'ai encore beaucoup de mal à lui parler. Même de tout et de rien, nous qui étions si proches... sans forcément nous confier, mais nous étions complices sur pas mal de choses. J'avoue que là, ça n'a plus rien à voir, j'ai l'impression d'avoir été "trahie"... d'autant plus qu'il continue à nous raconter des bobards en nous disant qu'il ne voit pas son copain alors que c'est faux et je crois que ça, ça me blesse terriblement... Oui il m'aime, sans doute autant que je l'aime mais pour l'instant la communication est difficile... Oui, j'ai des milliers de questions, mais peur qu'il s'énerve et peur d'être maladroite...

Ne gardez pas cela pour vous. Parlez en à un ami/une amie proche, qui saura vous dire les bons mots. D'ailleurs, c'est vraiment bien que vous soyez allée sur ce forum, c'est un grand pas ! Et peu de parents font celui ci... Je pense que cela peut énormément vous aider.

Je n'ai pas envie d'en parler pour l'instant. Ma meilleure amie doit d'ailleurs me trouver bien bizarre c'est temps-ci mais c'est le cadet de mes soucis. la psy que nous avons vue est peut-être bien, nous allons y retourner...

Prenez votre temps. Aujourd'hui, vous avez l'impression que tout s'écroule... Mais en regardant bien, ce n'est pas un monde qui s'écroule, c'est un nouveau monde qui se construit.

C'est tellement vrai. Mais le nouveau monde qui se construit, pour l'instant, ne me plaît pas. Il ressemble à un gros merdier plein de non dits, de peurs, d'inconnu terrifiant et de pleurs.

Soyez honnête avec votre fils, votre entourage, et SURTOUT avec vous même. Vous ne devez pas vous mentir. Ceci est la pire des choses, et cela ne fera qu'aggraver votre douleur...

C'est là que c'est compliqué, car je continue de me dire que ça ne PEUT PAS ETRE DEFINITIF !!!!!!! Alors oui, je me mens certainement à moi-même mais c'est la seule façon que j'ai trouvée pour le moment pour ne pas sombrer encore plus bas...

La vie est belle. Il y a tellement de malheurs en ce monde... Tellement de gens qui souffrent, meurent de faim, de maladie.... C'est triste à dire mais en pensant à cela on se rend compte que finalement la vie n'est pas si mauvaise que ça... et bien au contraire, nous sommes chanceux !!!
L'amour, c'est l'amour. Quelle est la différence ? Votre fils aimera une personne, vivra avec cette personne, aura une maison, un chien... et même quelques canaris si cela lui chante ! Comme vous, il s'épanouira et trouvera sa voie... Je ne vois aucune différence !


C'est magnifique Léa de lire ça... Merci de vouloir me mettre du baume au coeur...
Je vais aller regarder vos vidéos quand j'aurai un peu de temps devant moi et de tranquillité... Merci.

Olivier,

Je n'ai pas tout compris... Il est hors de question pour moi de rejeter mon fils. Bien au contraire... Mais le chemin vers l'acceptation va être long. Ce n'est pour autant que je ne l'aime plus, bien au contraire.

David,

Je crois que vous avez raison quand vous dites que vous faites le chemin avant et sur plusieurs mois ou années... Moi, maman, j'ai pris un coup sur la tête, mon coeur s'est arrêté de battre... La violence de l'annonce est immense, c'est vrai. Je suis contente d'être venue sur le forum, ça m'apaise quand je suis au plus bas...

Bonne soirée à tous.

Emme
Messages : 37
Inscription : 19 sept. 2017 12:51

Re: Souffrance infinie

Message par Emme » 01 oct. 2017 16:42

Dure journée que ce dimanche.
Mon fils me déteste en ce moment... il refuse de comprendre mon désarroi et me considère comme la plus homophobe des homophobes...
J'essaye de lui parler, je m'y prends sans doute mal...

David, Léa, je lui dis de se préserver au maximum, d'éviter qu'on lui "colle" une étiquette, j'essaye de lui dire que ce n'est pas si facile que ça d'être "homo", qu'il est au début d'une belle histoire d'amour tout feu tout flamme mais que son orientation sexuelle n'est pas anodine... Je me trompe ? Je dis mal les choses ?

Je lui ai dit que l'on avait été voir une psy avec son papa et qu'elle nous avait dit que les "jeunes" de 2017, surtout les urbains, "testaient" plein de choses... Vrai ou pas vrai ? ... Peu importe. Il m'a rétorqué très agressivement que c'était une psy rétrograde et m'a "jeté" à la figure le recours au Refuge... Je me suis sentie tellement... incomprise. Le Refuge... quel cliché... Je lui ai dit intervenir sur ce forum, il n'en a jamais entendu parler, alors forcément c'est nul...

Notre complicité me manque chaque jour un peu plus. Plus je suis loin de lui, mieux il se porte et ça me fait mal. Il est complètement différent avec son père qui accepte mieux la situation. Cet aprèm, il voyait son meilleur copain du lycée, on lui a demandé s'il allait lui en parler. Il nous a dit qu'il en était hors de question puisque ce copain en question était "homophobe", il met ce mot à toutes les sauces, c'est ridicule.... Aurait-il un peu honte ? Serait-il un peu perdu ? Serait-il dans la provocation ? Serait-il embringué dans une situation qu'il ne maîtrise pas vraiment ? Je suis sûre des sentiments qu'il éprouve pour ce garçon... mais comprend-il vraiment ce que cela engendre ? Je n'arrive pas à le savoir étant donné qu'il refuse de me parler...

Bref, mauvaise journée, j'espère que la votre est meilleure...

Avatar de l’utilisateur
Sebastien-Grenoble
Bénévole écoutant
Bénévole écoutant
Messages : 99
Inscription : 23 avr. 2015 23:20
Localisation : Grenoble
Contact :

Re: Souffrance infinie

Message par Sebastien-Grenoble » 01 oct. 2017 22:19

Bonsoir.

Je vais vous raconter ce que m'a dit une maman de l'association :
A l'annonce de l'homosexualité de son fils, elle a eu besoin d'un accueil spirituel ; elle a cherché un curé qui pourrait l'aider.
On lui a indiqué les coordonnées d'un prête qui oeuvrait dans une association LGBT DAVID ET JONATHAN

Il l'a longuement reçu et elle a pu posé toutes les questions.
Elle m'a souvent raconté qu'une phrase l'avait bien aidé : n'imaginez pas qu'il va changer !
Vous n'avez pas d'autres choix pour l'instant.

C'est difficile ? Ca se comprend tout à fait : personne ne rêve d'avoir un enfant homo dans une société encore assez homophobe !
Mais malgré tout, dites vous qu'il est possible de vivre aujourd'hui son homoexualité de façon apaisée.
D'avoir des relations durables si c'est ce qu'il souhaite et que çà ne constituera pas un frein à sa réussite professionnelle, si déjà lui le vit bien !

Ne vous inquiétez pas : vous avez la bonne attitude ; c'est dur mais vous cherchez des solutions,
Vous ne restez dans vos a prioris.

Une fois le cas difficile un peu passé, vous pourrez peut être venir discuter avec nos bénévoles, homos ou parents ; ce qui j'en suis certain, vous fera avancer : vous pourrez leur poser des questions !

Nos brochures :
http://www.asso-contact.org/38/document ... exuel.html
Image

Notre ligne d'écoute : http://www.asso-contact.org/38/ligne-ecoute.html
Image
Yo soy así y así seguiré !
Nunca cambiaré !

heideweg
Messages : 108
Inscription : 22 févr. 2016 10:36
Localisation : 49

Re: Souffrance infinie

Message par heideweg » 02 oct. 2017 05:46

...Bonjour Emme,

Je suis matinal aujourd'hui !!! et je viens de lire votre message ..... :? c'est pas des bonnes nouvelles tout ça!!

David, Léa, je lui dis de se préserver au maximum, d'éviter qu'on lui "colle" une étiquette, j'essaye de lui dire que ce n'est pas si facile que ça d'être "homo", qu'il est au début d'une belle histoire d'amour tout feu tout flamme mais que son orientation sexuelle n'est pas anodine... Je me trompe ? Je dis mal les choses ?

Alors, vous avez raison en partie mais pas complètement car je pense que lui a déjà cheminé sur tout ça et il sait sans doute qu’on lui collera une étiquette, homo, ptit gros, ptit chauve ou plein d'autres, on colle toujours des étiquettes aux gens ......
Vous le mettez en garde de quelque chose qu'il sait déjà et que donc il n'a pas envie d'entendre forcement.....le problème habituel parents/ ado...

Je lui ai dit que l'on avait été voir une psy avec son papa et qu'elle nous avait dit que les "jeunes" de 2017, surtout les urbains, "testaient" plein de choses... Vrai ou pas vrai ? ... Peu importe. Il m'a rétorqué très agressivement que c'était une psy rétrograde et m'a "jeté" à la figure le recours au Refuge... Je me suis sentie tellement... incomprise. Le Refuge... quel cliché... Je lui ai dit intervenir sur ce forum, il n'en a jamais entendu parler, alors forcément c'est nul...


Alors là, je dois dire que je suis effectivement surpris par le réponse de votre psy ...du genre, c'est rien ça va passer !!!
autant je trouve formidable d'aller voir un psy pour poser les choses et avancer autant je pense qu'il ne mérite pas l'argent que vous lui avez donné !!
bien sur, je ne connais pas l’intégralité de votre échange mais si ça se résume à ça, changez de psy...... ;)

il met ce mot à toutes les sauces, c'est ridicule.... Aurait-il un peu honte ? Serait-il un peu perdu ? Serait-il dans la provocation ? Serait-il embringué dans une situation qu'il ne maîtrise pas vraiment ? Je suis sûre des sentiments qu'il éprouve pour ce garçon... mais comprend-il vraiment ce que cela engendre ? Je n'arrive pas à le savoir étant donné qu'il refuse de me parler...

Il vit une situation nouvelle et il à donc lui aussi besoin de caler les choses, trouver de nouveaux repères .....
c'est vrai que les gens ont souvent des propos homophobes, c'est une réalité, cela ne veut d'ailleurs pas forcement dire qu'ils le sont mais ça, il faut un peu de temps pour le savoir ........
avoir, honte, sans doute pas mais la encore c'est pas facile, pour ma part,je n'ai honte de rien pas même le fait d’être homosexuel mais je ne le dis pas facilement

Par contre, je pense qu'il devrait faire preuve de plus de diplomatie et surtout de pédagogie envers vous....ça me parait essentiel .....

Mais encore une fois, laissez vous un peu de temps .....je pense que vous vous posez encore trop de questions et des fois, il faut du temps pour réaliser qu'une réponse n'est pas forcement nécessaire ...
vivre et laisser vivre.... c'est, de mon point de vue ce vers quoi vous devez aller ....

j'espère que ce lundi sera meilleur que votre dimanche...

A bientôt Emme.

Et si votre fils venait à passer ici qu'il soit le bienvenu....et j'espère qu'il ne trouvera pas ce forum nul ;)

Emme
Messages : 37
Inscription : 19 sept. 2017 12:51

Re: Souffrance infinie

Message par Emme » 02 oct. 2017 08:04

Vivre et laisser vivre... David, c’est comme ça que mon fils se « définit » d’apres un test psycho dont il raffole ces jours-ci... MTBI ou un truc comme ça...
Oui je me pose trop de questions, c’est dans ma nature, je veux tout contrôler et là c’est la berezina... les réponses qu’il me donne ne me vont pas, je ne comprends rien à ce qu’il me dit, d’abord parce qu’il n’articule pas, ensuite parce ce qui nous arrive me bouleverse trop, j’ai l’impression d’avoir été invitée chez des gens que je connais pas...

La psy répondait juste au fait qu’on lui disait que notre fils dit qu’il a déjà été attiré par des filles, il en a même embrassées, il les trouve souvent belles... il a toujours dit vouloir attendre d’avoir des sentiments pour se mettre en couple. C’est tombé sur un mec... mais il a l’air de dire, si on a bien compris, que ça aurait pu être une fille... et que ça pourrait l’être dans l’avenir... pas très clair tout ça... dit-il ça pour me rassurer ? Et puis après il me dit ne pas vouloir se mettre dans une case... être curieux... je trouve que tout ça ressemble quand même à une recherche de lui-même un peu brouillonne... il est influençable et immature par moment, alors je me pose d’autant plus de questions...

Ce soir il dort chez son copain et je suis déjà mal en pensant à lui dans les bras d’un homme, ce genre d’images me perturbe beaucoup même si je sais qu’il ne faut rien « imaginer » au sens 1er du terme.

En tout cas merci David, notre dialogue me permet d’avancer de quelques centimètres à chaque fois...

Elsa
Messages : 9
Inscription : 18 sept. 2017 23:23

Re: Souffrance infinie

Message par Elsa » 02 oct. 2017 23:40

Bonsoir Emme,

Désolée pour cette petite absence. En ce qui concerne votre dimanche, je rejoins votre malheur, il ne s'est pas très bien passé non plus...
Donc ! En ce qui concerne votre fils, lorsqu'il vous "traite" d'homophobe, je trouve que le terme est mal approprié... Si vous étiez réellement homophobe, déjà, vous ne seriez pas ici à chercher à comprendre la situation : Vous refouleriez toute idée nouvelle, et ne chercheriez même pas à vous renseigner....
Donc s'il vous dit ça, c'est qu'il ressent justement une "attaque" de votre part. Mais pour vous, ce n'est pas une attaque; c'est juste une multitudes de questionnements....
Dimanche, j'ai crié à mon père que je le considérais comme un homophobe... Mais en y réfléchissant bien, lui aussi, est perdu.... Je regrette souvent les paroles prononcées dans la colère. Je suppose qu'il en est de même pour votre fils...

Lorsque vous le prévenez sur le fait que plus tard, on peut lui "coller" une étiquette, que "c'est pas facile d'être homo".... etc, je rejoins l'idée d'heideweg, en effet, votre fils le sait déjà, depuis bien plus longtemps que vous... Et il doit mal le prendre qu'on tente de lui "faire la morale" sur un sujet qu'il maitrise plus que vous, car il en a déjà eu l'expérience...
A votre place, je dirais plutôt des phrases comme "Je sais à quel point cela t'a fait souffrir de te rechercher... Tu as peut être été confronté à des propos homophobes, et je n'en savais rien... Si tu as besoin d'en parler, je serai là, quoi qu'il arrive..." (c'est une proposition très subjective, peut être suis-je moi aussi maladroite... Mais étant homosexuelle, ce genre de phrases ne me blesseraient absolument pas, bien au contraire....)

En ce qui concerne votre psy... Mais c'est quoi ça ??? Je ne suis absolument pas d'accord.... Enfin, certes, pour certains jeunes, il ne peut s'agir que "d'expériences" mais bon... C'est vraiment une phrase bateau pour vous rassurer... Je ne suis pas psy, je ne sais pas quels sont les bons mots à employer... Mais enfin, pas ceux là... car ils ne veulent pas dire grand chose.
De mon point de vue, l'homosexualité n'est pas une MODE, ni un CHOIX, c'est une ORIENTATION décidée dès la naissance... Donc oubliez cet "effet de mode de 2017" que je trouve complètement absurde....

Votre fils n'a jamais entendu parler de ce forum ? Moi non plus... Jusqu'à ce que je tombe sur une broche de mon DUT... =)
Bon je trouve que sa réaction est vraiment exagérée, je ne comprends pas pourquoi il vous en veut de vous renseigner dans le but de le comprendre... Cela doit être la colère qui a parlé à sa place... Alors n'y prêtez pas plus attention...

Au plus le temps passera, au plus les tensions s'apaiseront...
Montrez lui votre soutien, non votre incompréhension, et je pense qu'il reviendra naturellement vers vous....

Evitez de le "fliquer" en lui demandant toutes les personnes à qui il l'a dit, ou pas dit... Il peut trouver cela indiscret voire agaçant, car après tout, cela ne regarde que lui... Son coming out, c'est à lui et non à vous de le faire.
Surtout j'insiste sur cette dernière partie, attendez qu'il le fasse à ses autres proches... Ne le devancez pas, cela peut engendrer une énorme colère... (Personnellement; je serais vraiment en colère si mes parents faisaient mon boulot.)

Votre fils préfère en ce moment dormir chez son copain, laissez lui un peu de temps à lui aussi, je peux vous garantir qu'il souffre beaucoup tout comme vous.... Il a besoin d'un bol d'air pour se sentir mieux, comme tout être humain ! =)

Bon voilà ! J'espère que tout ça vous aura aidé à y voir un peu plus clair...
Je suis certaine que la vie fera son travail et que vos relations s'adouciront au fil du temps...
Car après tout, depuis le début, votre fils ne fais qu'aimer. Et demande juste à être aimé en retour....
La haine n'a pas sa place entre vous !

Bonne soirée, Emme !

Elsa

Répondre