Souffrance infinie

Exprimez vous ici, nos échanges d'expérience peuvent parfois faire avancer les choses...

Modérateur : Contact - Equipe de modération

Répondre
Emme
Messages : 37
Inscription : 19 sept. 2017 12:51

Souffrance infinie

Message par Emme » 19 sept. 2017 13:01

Mon fils de 20 ans nous a avoué hier être en couple depuis peu avec un garçon mais ne pas se sentir "totalement" gay, peut-être bi, un peu perdu. Nous le savions depuis 3-4 jours car nous avions surpris des conversations. Il nous a dit avoir déjà été attiré par des femmes sans concrétiser, et se poser des questions sur sa sexualité depuis un moment. Ce garçon est sa première expérience, filles et garçons confondus. Même si dans un tout petit coin de ma tête je savais que ça pouvait arriver, j'espérais que mon fils serait "comme tout le monde", amoureux d'une fille, heureux et épanoui. Alors, là il l'est, mais avec un garçon. Et depuis que c'est arrivé, je pleure. Je pleure sur moi, je pleure sur son avenir, je pleure sur mon schéma de vie qui s'est écroulé d'un coup, je pleure sur tout ce qu'il ne connaîtra pas, je pleure sur l'espoir qu'il m'a laissé d'être bisexuel, je pleure sur le sentiment de perte et de déchirement que je ressens car je suis très fusionnelle, il était mon bébé, sorti de mon ventre et je me sens abandonnée. Je pleure parce que je ressens un peu de honte, honte de ne pas réussir à me réjouir pour lui, honte de sa sexualité, honte de devoir le dire un jour à d'autres, honte parce que je sais que ça va anéantir ses grands-parents, honte parce que je suis triste à en mourir... Je ne sais plus quoi faire pour arrêter de pleurer. Je n'ai pas cessé de l'aimer, bien au contraire, mais je lui en veux de me faire autant pleurer et de ne pas être tel que je l'avais imaginé...

heideweg
Messages : 108
Inscription : 22 févr. 2016 10:36
Localisation : 49

Re: Souffrance infinie

Message par heideweg » 21 sept. 2017 14:54

Bonjour Emme...

J'ai lu et relu votre sujet et malgré cela j'avoue ne pas trop savoir par ou commencer.....

Je suis en effet partagé entre compréhension et incompréhension....oui, le spectre est large !!

Le titre, "souffrance infinie" ......j'ai envie de vous dire non, votre fils (votre bébé comme vous l'avez écrit) est vivant, en bonne santé, peut être un peu perdu mais pas désespéré...... d'ailleurs aujourd'hui c'est toujours votre "bébé" il le sera toujours ;)
Vous l'aimez et il vous aime....sa sexualité ne doit pas changer cela ....votre sexualité vous est propre et donc, la sienne aussi......

Je dois vous avouer feindre une certaine incompréhension mais je comprends votre tristesse et désarroi......
Vous avez imaginé une vie pour votre enfant et vous découvrez d'un seul coup que tout est a revoir avec des éléments qui vont compliquer les choses ....et vous avez raison ce sera plus compliqué !!
C'est aussi tout cela qui va rendre votre histoire singulièrement intéressante, différente, jolie.... des liens plus forts peuvent se créer ....une nouvelle vision des choses ....il faut du temps mais vous verrez (mes parents sont complètements différents aujourd'hui mais deux fois plus géniaux )

Aujourd'hui ce n'est plus vous qui écrivez l'avenir de votre fils, c'est lui qui "prend" les ficelles de sa vie mais il aura besoin de vous et c'est votre rôle de maman d’être à ses cotés. vous ne pouvez pas renoncer sous prétexte que les choses ne se passent pas comme prévues....

Sachez d'ailleurs et ça, c'est important que la situation lui est tombée sur la tête comme elle vous tombe dessus aujourd'hui ....il n'a rien demandé!!!

Vous devez vous poser deux minutes et vous poser les bonnes questions de façon hyper basiques:

est ce que j'aime mon enfant.
L'avis des gens est il plus important que mon enfant.
Le bonheur de mon fils est il une priorité.
Malgré l'homosexualité de mon fils, mérite t il d’être respecté (sachant qu'il doit avoir de belles qualités humaines et ça, c'est important pour ne pas dire essentiel)
Est ce que sa situation personnelle est elle préjudiciable pour qui que ce soit ...etc

Oui, vous devrez faire face au regard et à la bêtise de certaines personnes....mais vous allez aussi pouvoir identifier avec du coup beaucoup plus de certitude quels sont les cons et les autres ...c'est bien aussi ça !!!

Je dois vous dire que concernant mes parents il leur a fallu un peu de temps pour dire naturellement que leur fils vivait avec un garçon....
Il faudra aussi que vous fassiez attention à vous en allant à votre rythme.... que vous soyez dans une dynamique d’acceptation mais en y allant par étape et surtout parlez à votre fils

J'espère que tout ira bien

Emme
Messages : 37
Inscription : 19 sept. 2017 12:51

Re: Souffrance infinie

Message par Emme » 23 sept. 2017 18:05

Merci Heideweg de m'avoir répondu.

Sur l'instant, vos mots m'ont fait du bien, j'ai moi aussi lu et relu votre message, et je le relis quand je sens que mes émotions deviennent ingérables...
Mais les jours passent et la tristesse est toujours là. Nous ne nous sommes pas beaucoup vu avec mon fils. Il me dit qu'il est heureux, que c'est comme ça, qu'il faut que j'accepte car tant que je n'aurais pas "accepté", rien ne pourra plus être comme avant. Il s'inquiète pour moi car il me voit pleurer, il sens bien que sa "révélation" a modifié nos rapports, je m'en veux d'ailleurs mais c'est plus fort que moi pour l'instant.

Il me traite d'homophobe, évidemment je pousse les hauts cris car je ne le suis pas mais c'est vrai que c'est l'impression que je donne... J'ai des amis homo, je les aime beaucoup, je n'ai jamais considéré que c'était un problème, alors pourquoi est-ce que je réagis comme ça ? Je ne me comprends pas moi-même...

Nous avons beaucoup pleuré dans les bras l'un de l'autre, dans ces moments-là je l'aime tellement. A tout ceci s'ajoute la nostalgie de l'époque où je l'avais tout à moi... Bref.

Je prends des somnifères pour dormir, dans la journée je fais le ménage sans arrêt comme si je voulais nettoyer mon esprit encombré... Mais je suis omnibulée, chaque image de la télé, chaque petit couple croisé dans la rue, chaque anecdote, chaque dîner ente amis à refaire le monde et celui de nos enfants... tout me renvoie la réalité de l'homosexualité de mon petit homme... Est-ce qu'un jour je vais pouvoir vivre avec cette idée ?

En tout cas merci encore...

manu.G
Messages : 79
Inscription : 06 nov. 2016 10:24
Localisation : GRENOBLE
Contact :

Re: Souffrance infinie

Message par manu.G » 24 sept. 2017 14:45

Bonjour Emme,

J'ai pris le temps de lire vos messages sur le forum.

Je pense que ce serait bien si vous acceptiez d'énumérer ce qui vous fait souffrir suite à la révélation de l'homosexualité
de votre fils, en commençant par ce qui vous fait souffrir le plus, puis en déclinant les autres raisons de votre
souffrance.
N'ayez pas peur d'évoquer des "clichés" ou de paraitre "homophobe". Les homos sont aussi capables d'homophobie
entre eux.

Le fait de lister toutes ces souffrances vous fera du bien et vous permettra (avec notre aide, si nécessaire) de reprendre les
choses point par point.

Vous n'êtes pas obligée, bien sur :-)

Manu
Manu (le "G", c'est pour "Grenoble") Ancien pseudo : Steph

Emme
Messages : 37
Inscription : 19 sept. 2017 12:51

Re: Souffrance infinie

Message par Emme » 24 sept. 2017 18:20

Bonjour Manu et merci aussi pour votre message, je suis tellement avide de conseils et de paroles ces jours-ci... Je me parle toute seule toute la journée pour essayer de faire le ménage dans mes pensées...
Enumérer ce qui me fait le plus mal dans l'annonce de l'homosexualité de mon fils... en fait c'est compliqué car c'est une énorme boule emmêlée et je n'en vois ni le début ni la fin... Mais je peux essayer :

1 - L'homosexualité c'est pour les autres, chez les autres. Je suis contente de voir mes amis heureux ensemble, tellement épanouis, mais je ne veux pas que mon fils soit heureux avec un homme.

2 - L'imaginer faire l'amour, embrasser et tenir la main d'un autre homme. Pour moi mon fils était "asexué"...

3 - Le regard des autres, surtout celui de mes parents qui aiment tellement leur petit-fils et qui sont anti-mariage pour tous et qui ne comprennent pas du tout les relations homosexuelles. Le regarde de mes amies qui étalent les prouesses amoureuses hétérosexuelles de leurs enfants...
Savoir, redouter, que son orientation sexuelle sera sa principale caractéristique aux yeux du monde.

4 - Perdre mon tout petit homme pour un homme. Déjà l'imaginer se mettre en couple avec une femme m'était "difficile" car cela voulait dire un peu le perdre, là j'ai l'impression de le perdre totalement...

5 - Savoir qu'il aime quelqu'un (sous entendu d'autre que moi) et que ce quelqu'un d'autre est un garçon.

6 - Faire le deuil de l'image que je projette depuis sa naissance : un mariage, une gentille belle-fille et les plus beaux petits-enfants du monde. Aura-t-il seulement envie d'avoir des enfants ?

7 - M'inquiéter pour lui, pour toujours, avoir peur qu'il se fasse agresser, avoir peur qu'il soit catalogué.

8 - C'est trop dur, les idées se bousculent et je ne sais plus où j'en suis.

Merci, je vais quand même essayer de travailler là-dessus... Merci encore, ça fait du bien de faire le tri.

manu.G
Messages : 79
Inscription : 06 nov. 2016 10:24
Localisation : GRENOBLE
Contact :

Re: Souffrance infinie

Message par manu.G » 24 sept. 2017 19:44

1 - L'homosexualité c'est pour les autres, chez les autres. Je suis contente de voir mes amis heureux ensemble, tellement épanouis, mais je ne veux pas que mon fils soit heureux avec un homme.
2 - L'imaginer faire l'amour, embrasser et tenir la main d'un autre homme. Pour moi mon fils était "asexué"...


Ces deux "souffrances" renvoient au fait que l'homosexualité n'est effectivement pas une sexualité dans "la norme".


3 - Le regard des autres, surtout celui de mes parents qui aiment tellement leur petit-fils et qui sont anti-mariage pour tous et qui ne comprennent pas du tout les relations homosexuelles. Le regarde de mes amies qui étalent les prouesses amoureuses hétérosexuelles de leurs enfants...
Savoir, redouter, que son orientation sexuelle sera sa principale caractéristique aux yeux du monde.


Cette souffrance là renvoie au regard des proches et de la société.


4 - Perdre mon tout petit homme pour un homme. Déjà l'imaginer se mettre en couple avec une femme m'était "difficile" car cela voulait dire un peu le perdre, là j'ai l'impression de le perdre totalement...
5 - Savoir qu'il aime quelqu'un (sous entendu d'autre que moi) et que ce quelqu'un d'autre est un garçon.

Cette souffrance est celle de beaucoup de parents qui voient leurs enfants nouer des relations affectives avec d'autres personnes qu'eux.

6 - Faire le deuil de l'image que je projette depuis sa naissance : un mariage, une gentille belle-fille et les plus beaux petits-enfants du monde. Aura-t-il seulement envie d'avoir des enfants ?

Beaucoup de parents projettent pour leurs enfants une vie qui n'est pas forcément celle qui sera la leur.

7 - M'inquiéter pour lui, pour toujours, avoir peur qu'il se fasse agresser, avoir peur qu'il soit catalogué.

Cette inquiétude est tout à fait légitime mais votre fils saura très bien se protéger de ces risques là car il y a déjà réfléchi bien avant vous.

8 - C'est trop dur, les idées se bousculent et je ne sais plus où j'en suis.

Il est tout à fait normal que les idées se bousculent dans votre tête mais je vous remercie d'avoir pris la peine de lister vos inquiétudes.

En réalité :

- un enfant devenu adulte a toujours besoin de l'amour de ses parents quelle que soient ses préférences sexuelles.
- vos parents auront besoin d'un peu de temps aussi mais jamais rien ne les empêchera d'aimer leur petit fils.
- vos amies vous parleront un jour du divorce de leurs enfants ou de leurs problèmes de couple.
- la plupart des homosexuels ont aujourd'hui envie et la possibilité d'avoir des enfants ( j'ai deux amies qui ont eu une petite fille et viennent
d'avoir un petit garçon : tous les deux sont adorables et les grands-parents sont ravis ! Marc-Olivier FOGIEL a adopté des petites filles qu'il adore...)
- enfin, je n'invite aucun enfant, qu'il soit mineur ou majeur, à imaginer ses parents dans le cadre de leurs ébats sexuels. La sexualité des parents appartient à leur vie privée et ce qu'ils peuvent faire sexuellement, les enfants n'ont pas du tout envie de l'imaginer.
Je pense que les parents sont dans la même situation.


Sinon, je suis assistant social depuis 25 ans et j'ai vu des parents afrontrer d'autres épreuves : petits enfants qu'ils ne voient plus suite à une séparation, enfants décédés prématurément suite à une maladie ou à un accident, etc.

J'ai tendance à dire que les problèmes des uns n'annulent pas ceux des autres mais je pense qu'il faut savoir aussi faire la part des choses.

J'ajouterai que les jeunes homosexuels se suicident plus que les autres et je pense donc que votre fils aura particulièrement besoin de vous et de ses proches à l'avenir.

Par ailleurs, nous ne sommes, vous et moi, à l'abri de rien et il me parait important :

- que votre fils ne doute pas de l'amour que vous lui portez s'il vous arrivait quelque chose ou s'il lui arrivait quelque chose à lui ?

Toutes vos inquiétudes témoignent de l'amour que vous portez à votre fils : peur de vous séparer de lui et peur qu'il soit malheureux.

Vous êtes donc une maman formidable et votre fils a bien de la chance ;-)
Manu (le "G", c'est pour "Grenoble") Ancien pseudo : Steph

heideweg
Messages : 108
Inscription : 22 févr. 2016 10:36
Localisation : 49

Re: Souffrance infinie

Message par heideweg » 25 sept. 2017 06:56

Bonjour Emme,

J'espère que vous allez un peu mieux aujourd'hui.....je vais moi aussi répondre à ce que vous avez soigneusement énuméré point par point

1 - L'homosexualité c'est pour les autres, chez les autres. Je suis contente de voir mes amis heureux ensemble, tellement épanouis, mais je ne veux pas que mon fils soit heureux avec un homme.
2 - L'imaginer faire l'amour, embrasser et tenir la main d'un autre homme. Pour moi mon fils était "asexué"...

Non l'homosexualité n'est pas forcement chez les autres et non, votre fils n'est pas asexué.....
Et comme l'a dit Manu.G il ne vaut mieux pas imaginer ses proches en train de RRMMMM.....c'est toujours degeu :oops: :oops: :oops:
Plus sérieusement, c'est vrai que lorsqu'on évoque l'homosexualité des images assez crues, dégradantes peuvent apparaître mais il y a aussi bcp de douceur, de tendresse et de respect entre deux hommes ou deux femmes ...je vous assure !!

3 - Le regard des autres, surtout celui de mes parents qui aiment tellement leur petit-fils et qui sont anti-mariage pour tous et qui ne comprennent pas du tout les relations homosexuelles. Le regarde de mes amies qui étalent les prouesses amoureuses hétérosexuelles de leurs enfants...
Savoir, redouter, que son orientation sexuelle sera sa principale caractéristique aux yeux du monde.

Il y a plusieurs catégories de personnes .....ceux qui trouvent toujours quelque chose pour critiquer et dire du mal .....au moins là, ils trouverons facilement ....ils tomberons bêtement dans la facilité et tant pis pour eux ...et il y a les autres qui pense qu’être heureux c'est bien et qu'il faut laisser les gens faire leur vie .....bref, des gens bien!!!
Quant aux grands parents, il faut savoir que malgré des propos homophobes ils peuvent changer d'attitude, ça, on ne peut pas savoir ...(vous auriez entendu mes parents avant vous ne le croiriez pas par rapport à aujourd'hui...rien à voir)


4 - Perdre mon tout petit homme pour un homme. Déjà l'imaginer se mettre en couple avec une femme m'était "difficile" car cela voulait dire un peu le perdre, là j'ai l'impression de le perdre totalement...
5 - Savoir qu'il aime quelqu'un (sous entendu d'autre que moi) et que ce quelqu'un d'autre est un garçon.


La, nous sommes hors sujet ......avec un garçon ou une fille, vous ne le perdrez jamais, ouf un pb de moins !!!vous allez voir, on va y arriver ;)

6 - Faire le deuil de l'image que je projette depuis sa naissance : un mariage, une gentille belle-fille et les plus beaux petits-enfants du monde. Aura-t-il seulement envie d'avoir des enfants ?


La, vous avez raison et je crois que la difficulté est là !!! le deuil c'est violant mais le renoncement oui !!
je crois que vous allez devoir travailler la dessus ...renoncer à ce que vous aviez imaginé, planifié
il n'est d’ailleurs pas impossible que vous ayez besoin d’être aidée ici, association, ou autre

7 - M'inquiéter pour lui, pour toujours, avoir peur qu'il se fasse agresser, avoir peur qu'il soit catalogué.



Je suis pas papa mais je pense qu'on s'inquiète toute sa vie pour ses enfants .....sport, voiture, moto (accidents) les maladies, le boulot etc
bref mille et un sujets anxiogènes......
on peut se faire agresser pour ça mais aussi pour plein d'autres choses tellement futiles :roll:

8 - C'est trop dur, les idées se bousculent et je ne sais plus où j'en suis.

Je comprends que ce soit difficile mais vous allez y arriver....je regrette cependant que des parents qui ont pu vivre et avancer sur le sujet ne se manifestent pas ....


Je voulais aussi vous dire avant de terminer que contrairement à ce que votre fils vous a laissé entendre, vous n’êtes pas homophobe!!!!
perdue, déstabilisée sans doute mais pas homophobe ... ;)


Je rejoins aussi Manu.g ...si vous êtes ici c'est que vous êtes une super maman !!!!

laissez vous un peu de temps et rapprochez vous d'une assos avec groupe de parole ça peu être bénéfique


....et nous, nous sommes là!!

bien à vous

David

Emme
Messages : 37
Inscription : 19 sept. 2017 12:51

Re: Souffrance infinie

Message par Emme » 25 sept. 2017 09:23

Merci David et Manu G.

Grâce à ce que vous me répondez, je me sens moins mal. Pas mieux malheureusement mais moins mal... La nuance est ténue mais essentielle.
J'ai dans la tête désormais une priorité : le bonheur de mon fils. En fait c'est ma priorité depuis que lui et son frère sont nés, mais là ça prend une résonance toute particulière. Ma tristesse est toujours là, mes entrailles sont déchirées, mais je sais désormais que ma seule façon de faire le bonheur de mon fils est d'accepter son orientation sexuelle.

Le fait qu'il m'ait dit avoir déjà été attiré par des filles reste dans un coin de ma tête et même s'il m'a dit être en couple avec un garçon, il m'a aussi dit ne pas savoir de quoi l'avenir sera fait, il refuse de se projeter. J'essaye de me dire qu'il ne faut pas que je passe ma vie à attendre qu'il rentre un jour en me disant "ça y est maman, je suis hétéro..." mais bon, pas facile de se dire que c'est pour la vie. Peut-on être homo et hétéro à la fois ?...
J'ai toujours détesté les choses définitives... les choix et les décisions sont pour moi une souffrance. Bref.

Dans la liste des choses qui me font souffrir, ça va en faire bondir plus d'un, c'est une image de mon fils un peu souillée qui me vient sans cesse en tête. Je la repousse parce qu'il reste mon bébé, mon enfant, mais je ne peux pas m'empêcher d'y penser de temps en temps.

Et l'idée de ne pas être grand-mère me ronge, j'ai dû faire le deuil d'un enfant arrivé par hasard vu mon âge trop avancé pour mener à bien une grossesse et je me consolais en me disant que je n'allais pas tarder à être grand mère... Du coup, je me remets à pleurer sur cet enfant que je n'ai pas eu... Et du coup j'en veux à mon fils... Tout se mélange.

Le soir, après avoir pris mon somnifère, je me love dans l'oubli et au matin, la réalité me revient en pleine face. Mais j'essaye de plus en plus de relativiser... J'ai perdu très brutalement un neveu de 20 ans il y a 1 an et demi et je me dis que j'ai beaucoup de chance comparativement à ses parents...

Il faut dire que je suis une maman plus que poule, je suis un poulailler à moi toute seule, et comme me dit mon mari, j'ai façonné mes fils comme un diamantaire taille ses pierres et là... il y a un défaut dans la pierre et je n'y peux rien... Mais est-ce vraiment un défaut...

Quand à mon deuxième fils, nous ne voulons pas lui en parler pour le moment, il est très fragile, omnibulé par la perfection chez lui et chez les autres, comment va-t-il réagir ?... ça me fait très peur également.

J'aurais moi aussi bien aimé que d'autres parents me répondent mais vos points de vue sont déjà d'un grand secours. Je ne me sens pas encore prête à aller à un groupe de paroles, je suis pour l'instant incapable d'aligner 2 mots sans me mettre à pleurer, j'ai annulé tous mes projets pour le moment, mon père doit venir déjeuner avec moi, que vais-je lui dire... Je ne peux plus faire comme si de rien n'était... ça va être très dur pour lui.

Merci en tout cas pour votre soutien.
Emme.

manu.G
Messages : 79
Inscription : 06 nov. 2016 10:24
Localisation : GRENOBLE
Contact :

Re: Souffrance infinie

Message par manu.G » 25 sept. 2017 09:48

Vous trouverez beaucoup de témoignages de parents sur ce forum mais c'est vrai qu'il a été déserté pendant quelques temps car il n'y avait plus vraiment de modérateur et il était envahi de spams.
Le forum vient d'être "relooker" et grâce à Sébastien, il n'y a plus de spams.

Comme David, je pense que cela peut être bien de vous rapprocher d'un groupe de parole s'il en existe un près de chez vous.

Je pense que c'est bien aussi de lire les brochures de l'association car elles sont très bien faites.

En attendant, vous pouvez déjà lire ce témoignage là (si vous ne l'avez pas déjà lu) :

https://www.asso-contact.org/forum/view ... =41&t=4713
Manu (le "G", c'est pour "Grenoble") Ancien pseudo : Steph

manu.G
Messages : 79
Inscription : 06 nov. 2016 10:24
Localisation : GRENOBLE
Contact :

Re: Souffrance infinie

Message par manu.G » 25 sept. 2017 09:51

Lien avec les brochures que vous pouvez télécharger au format PDF (la première notamment) :

http://asso-contact.org/brochures.html
Manu (le "G", c'est pour "Grenoble") Ancien pseudo : Steph

heideweg
Messages : 108
Inscription : 22 févr. 2016 10:36
Localisation : 49

Re: Souffrance infinie

Message par heideweg » 25 sept. 2017 13:04

RE Bonjour Emme!!

Vous pouvez aussi trouver des Emissions, des reportages sur le net .....
autre sujet,
Comment réagit le papa ?.....vous aide t'il ?

.....il faut aussi vous ménager !! faites ce que vous aimez, laissez vous un peu de temps

Ps, j'ai beaucoup aimé lorsque vous vous décriviez comme un poulailler à vous toute seule !!! comme ma maman :mrgreen: !!!

bonne journée

David,

Emme
Messages : 37
Inscription : 19 sept. 2017 12:51

Re: Souffrance infinie

Message par Emme » 25 sept. 2017 13:40

Cher David,

curieusement mon mari réagit plutôt "bien". Dévasté sur le moment, il se dit qu'il faut que la vie continue et que ça pourrait être pire... Il est assez... terre à terre ! Ce qui ne l'empêche pas d'être très triste et nostalgique de l'enfance des garçons, encore plus maintenant. Il ne sait pas comment m'aider, alors il se contente d'être là, c'est déjà pas mal.

Je suis devenue curieusement hyperactive ces derniers jours, je n'ai jamais eu un appartement aussi propre, une vraie fée du logis pour occuper mon esprit et mon corps, ça m'évite de tourner en rond comme un lion en cage.

Le problème, c'est que je n'aime pas faire grand chose, vu que toute ma vie était tournée vers mes fils... J'ai "refait" toute ma scolarité avec eux, je suis en 3ème année d'études avec mon fils aîné et en 1ère avec le second... bref, il va vraiment falloir que je m'occupe de moi, c'est vrai. Mais ma vie, c'est eux... ça a l'air vraiment con à dire comme ça...

Parfois je me dis que tout ça n'est pas si grave et qu'il y a tellement pire dans certaines familles... Mais la seconde d'après, je me dis "pourquoi moi..." ? Je sais que ce n'est pas une punition mais je le ressens un peu comme ça par moments...

Merci David...

heideweg
Messages : 108
Inscription : 22 févr. 2016 10:36
Localisation : 49

Re: Souffrance infinie

Message par heideweg » 25 sept. 2017 14:13

.....Emmé, c'est comme ma maman, toujours à se soucier du bien être des uns et des autres (enfants...)

je lui dis tellement souvent !! "pense à toi, sois égoïste " j'utilise aussi parfois un terme plus trivial :oops: :oops: :oops:

Je vous conseille la même chose ;)

Plus tard, bien plus tard vous trouverez j'en suis sûr un autre équilibre et ce sera bien !!
j'espère que vous viendrez ici me dire ...."David, tu avais raison"

J'espère aussi que votre fils sera là pour vous et qu'il trouvera l'équilibre que vous permettra aussi d'être rassurée....

Me concernant, ça fait 20 ans que je vis avec David (aussi) et mes parents (les deux l'aime bcp) ils prennent plaisir à nous recevoir

J'adore entendre mon papa ou ma maman dire "les garçons à table" ce sont des ptits détails comme ceux là qui me rendent vraiment heureux ....
des ptites choses insignifiantes, je me sens bien et je sais qu'ils se sentent bien aussi ...


je vous souhaite tout ça aussi .....vous sentir bien

David

Emme
Messages : 37
Inscription : 19 sept. 2017 12:51

Re: Souffrance infinie

Message par Emme » 25 sept. 2017 18:13

J'aimerais tellement que vous ayiez raison David... Mais je n'ose vous avouer que quand vous me dites être en couple depuis vingt ans, ça m'effraie. Non pas pour vous, je trouve ça fantastique et me conforte dans l'idée que j'avais déjà que les couples homo peuvent être solides et tant mieux... j'aime votre façon de décrire un simple déjeuner familial... mais pour moi, parce que dans vingt ans... je me rends compte que j'espère au fond de moi que la situation sera différente et que oui, mon fils sera en couple, mais un couple hétéro... J'ai beaucoup de chemin à faire, je m'en rends compte. Je n'ai pas encore séché mes larmes, parce qu'en fait je n'y comprends rien... Sans arrêt je me demande, pourquoi, pourquoi, pourquoi ??? Où est le grain de sable ? Il faut que je le trouve, que je l'aspire et que tout redevienne comme avant... Bonne soirée, David.

Emme
Messages : 37
Inscription : 19 sept. 2017 12:51

Re: Souffrance infinie

Message par Emme » 26 sept. 2017 12:30

Aujourd'hui je ne fais que pleurer. J'ai besoin que mon tout petit homme me dise que tout ça n'existe pas... Je le supplie intérieurement. Je t'en supplie mon amour, je t'en supplie mon amour, je t'en supplie mon tout petit... J'allais mieux hier et avant-hier, aujourd'hui je m'écroule...

Répondre