Mon fils est très mal. Se cherche-t-il?

Exprimez vous ici, nos échanges d'expérience peuvent parfois faire avancer les choses...

Modérateur : Contact - Equipe de modération

cleober
Messages : 12
Inscription : 31 mai 2017 09:28
Localisation : Aix en Provence

Mon fils est très mal. Se cherche-t-il?

Message par cleober » 31 mai 2017 10:20

bonjour à tous
Je viens de m'inscrire en espérant trouver des pistes sur ce site car je pense que ce que nous vivons en ce moment l'a été par d'autres..
Notre fils de 14 ans est très mal depuis deux mois: mutisme, refus de toute aide ou discussion, plus de travail scolaire (c'est un très bon élève!).
Nous avons associé son état à un problème d'échanges de photos "pas nettes"( perso ou autres?) sur réseau social avec un camarade de sa classe puis un gros sentiment de culpabilité suite à cette "bêtise", somme toute anodine (..pour nous) et ce qu'ils ont pu se dire, en ajoutant une "menace" de publication suite à capture d'écran (alors que les photos ne sont pas identifiables);
Cela le tourmentait; j'ai donc vu avec l'autre ado (menace de plainte pour harcèlement..) qui m'a assuré qu'il s'était débarrassé de tout.
Malgré cela, mon fils , qui était plutôt extraverti et "moteur" dans sa classe et son groupe de copains ( copines, plutôt), s'est renfermé de plus en plus, s'est carrément éteint..au profit de ce camarade qui prend de l'ascendance dans le groupe..
Mon fils guette chaque remarque, allusion, les prenant pour lui..et rejette de plus en plus son collège, à tel point que ses profs nous ont contacté. Il refuse toute rencontre "thérapeutique" (psy, sophro..) et nous avons dû annuler plusieurs rv!
J'en viens à notre questionnement et à la raison de ma présence sur ce forum: Cela n'aurait-il pas, en lui, fait jaillir une évidence qu'il rejette..cette attirance pour ce jeune, les échanges qu'ils ont eus (il lui avait demandé: "est-ce que tu m'aimes"..mon fils nous en avait parlé et était très mal à l'aise, lui ayant répondu qu'il " l'aimait bien, mais c'est tout"-sic). Nous explorons cette "piste" et réunissons quelques indices le concernant, peut-être des clichés un peu faciles: plutôt extraverti (excellent chanteur...a fait quelques scènes avant sa mue....qui le fait taire depuis 10 mois, hélas) ,très sensible à l'apparence, aux vêtements, même pour sa maman pour qui il les choisit souvent; adorait se déguiser (en femme) et se maquiller "pour rire" quand il était tout petit; attiré par la danse classique très tôt (il en fait de 8 à 11 ans, puis a cessé à cause du regard des autres, alors qu'il y excellait), beaucoup de copines et peu de copains, horreur des sports collectifs et de contact (lutte, etc.)
Sa prostration actuelle , déclenchée par l'évènement mentionné plus haut, ne viendrait-elle pas d'un refus , d'un rejet d'une orientation homo possible, surtout que cette première "expérience" est tout sauf sereine et rassurante?
Il connait notre bienveillance vis à vis de toute forme d'orientation sexuelle; nous en avons parlé en général et lui aussi, avons des amis homo, hommes et femmes, en couple ou seuls...
Voilà, c'est tout, désolé pour le longueur, mais vous avez la plupart des éléments pour comprendre et peut-être nous conseiller.
Comment le sortir de là? nous craignons une aggravation (mutisme + scarifications récentes au poignet!). Même si cela devrait se calmer avec la fin de l'année scolaire, ça ne règle rien si c'est ce que nous pensons. Merci d'avance de vos conseils ou de toute piste possible...

heideweg
Messages : 108
Inscription : 22 févr. 2016 10:36
Localisation : 49

Message par heideweg » 01 juin 2017 10:51

Bonjour,

Il y a pas mal de choses dans ce que vous indiquez ......
Je ne suis pas certain de pouvoir vous aider car je ne suis pas père en revanche je suis homosexuel et ai été ado .....
Il est vrai que je me retrouve assez (en termes de personnalité) dans la description que vous faites de votre fils....à quelques détails près.....
Il est donc possible qu'il soit homo mais visiblement vous êtes ouvert et il le sait, peut être devriez vous évoquer cela directement avec lui, non pas en lui posant la question mais en lui indiquant que si tel était le cas, vous seriez là pour lui et que votre rôle de parents est de le protéger (ce que d'ailleurs, vous semblez faire de toutes vos forces)...
Il y a aussi la dureté de la vie scolaire qui peut à elle seule expliquer une telle situation ....
Bref, je pense qu'il faut le mettre en grande confiance, lui laisser un peu de temps et faire un état des lieux avec lui , pourquoi pas vous faire aider.....lui faire comprendre qu'il y a des étapes difficiles à passer et qu'encore une fois, c'est votre rôle de papa, de parents de l'accompagner sans le juger .....
Sachez aussi, qu'il y a plusieurs identités sexuelles possibles ça peut être plus compliqué .

En tout cas, bravo à vous, votre démarche est belle et courageuse.
J'espère que vous trouverez une solution qui permettra à votre fils de retrouver une joie de vivre car quelque soit les difficultés, il y a des petits bonheurs à prendre ....

Bien à vous

David

cleober
Messages : 12
Inscription : 31 mai 2017 09:28
Localisation : Aix en Provence

Message par cleober » 01 juin 2017 13:21

Merci, Heideweg, de votre réponse. ça fait du bien d'avoir un premier retour de quelqu'un qui est passé par là et sait de quoi il parle...ce qui n'est pas mon cas! Merci aux autres membres de ne pas hésiter à s'en mêler, même si vous n'êtes pas d'accord sur tout.
J'imagine bien qu'il faut une approche délicate bien que directe car tourner autour du pot ne doit pas aider.
Pensez-vous qu'il réussisse à se confier à un psy (non "spécialiste" de la question au demeurant) sur le sujet et qu'un psy aura les mots et la compétence pour l'entendre et l'aider? Le fait que ce soit un "étranger" et un pro peut-il aider dans cette situation, ou bien préfère-t-on , dans ce cas, le "réserver" aux parents ou aux amis proches? Mon fils a une très bonne amie et confidente de son âge qui "ne sait rien", ou bien ne veut pas le "trahir".. Puis-je la questionner directement sur le sujet, à votre avis? C'est délicat car si je le fais , elle risque de lui en parler, et lui de mal le prendre, etc.
Dites-moi votre ressenti. Merci d'avance
:)

heideweg
Messages : 108
Inscription : 22 févr. 2016 10:36
Localisation : 49

Message par heideweg » 02 juin 2017 08:43

Bonjour Cleober,

De mon point de vue, je dirais qu'un psy même s'il n'est pas expert sur le sujet peut être utile......et pour plusieurs raisons, la première, c'est que votre fils pourra s'exprimer sans être juger,le psy pourra le diriger et lui apporter quelques éléments de réponse qui pourrons l'aider.
La deuxième chose qui peut être intéressante, c'est que ce psy pourra en accord avec votre fils vous impliquer dans le processus et servir de filtre ou de "passerelle" d'informations car même si vous êtes son papa, vous ne devez pas forcement tout savoir....malgré tout, l'intimité des uns et des autres doit être préservée....la question de l'identité sexuelle est vraiment complexe d'autant qu'elle intervient à un age délicat!!

Suite à cela vous imaginez que votre idée de questionner la meilleure amie de votre fils me semble pas bonne du tout (je n'ose pas dire très mauvaise)car le climat de confiance et de respect doit être une règle absolue.

Encore une fois, vous devez l'accompagner, de plus, il me semble que vous n'aurez pas tout de suite toutes les réponses à vos questions ....
les choses viendrons au fils du temps, sachez aussi que votre fils n'a rien choisi, il subit quelque chose qui lui tombe sur la tête sans forcement le comprendre....à 14 ans, c'est très déstabilisant...

Courage à vous (parents et enfant)

David

cleober
Messages : 12
Inscription : 31 mai 2017 09:28
Localisation : Aix en Provence

Message par cleober » 02 juin 2017 19:12

Voilà, une première étape est franchie: séance chez un psy hier, prise de contact, "problème" non abordé, juste entretien de connaissance pour se rendre compte (ils ne m'ont pas tout dit, bien sûr!) et sentir qu'il y a bien un "blocage" se traduisant par peu de paroles en réponse aux questions, une répétition de "ça sert à rien" et "c'est bon" (ça, c'est l'ado).
J'ai appris par des camarades que son amie/ confidente connaissait un "secret" sur lui qu'elle ne pouvait dévoiler...approcherait-on? je ne vois pas d'autre mystère, à part celui pour lequel je me trouve sur ce forum; Que faire? attendre? nouvelles scarifications au poignet hier...mettre les pieds dans le plat une fois pour toute, même si ça fait réagir, ou attendre qu'il vienne à nous? Pensez-vous que je puisse imprimer les brochures du site...et les mettre sur son bureau, par exemple? ça fait un peu "forçage de main", non? il risque de mal le prendre..
Merci, David, vous semblez être le seul que cela "inspire" un peu...pour l'instant :o)

heideweg
Messages : 108
Inscription : 22 févr. 2016 10:36
Localisation : 49

Message par heideweg » 02 juin 2017 19:35

..... je pense que vous devriez être plus large dans votre approche.....
Car il n'y a encore pas de certitude sur les raisons de ce mal-être !!
Lui dire que vous êtes là pour lui quel que soit son problème....
Lui dire que vous êtes prêt à tout entendre.... lui dire aussi que vous êtes inquiet sans chercher à le culpabiliser etc
Lui dire que l'on ne choisit pas tout dans la vie.... qu'une épreuve difficile rend aussi plus fort .... même si on s'en rend compte plus tard et que le bonheur existe....
J'espère que les choses vont avancer....

cleober
Messages : 12
Inscription : 31 mai 2017 09:28
Localisation : Aix en Provence

Message par cleober » 04 juin 2017 11:41

...Voilà, son "orientation" est quasi avérée, suite à discussions avec les parents de son amie qui déclare qu' "il gère depuis longtemps le fait d'être gay et que c'est pas ça son problème" (sic).
Le problème est donc, à notre avis, l'angoisse du "coming out" et son statut auprès des autres ados de sa classe et de son collège car , en fait, il a été "piégé" par ce camarade de classe qui lui a en qque sorte tendu un piège sur le net, le poussant à se révéler à ses yeux, sous prétexte de jeu..mais je pense qu'il y a aussi une forme de méchanceté là-dessous et que les jeunes "soupçonnaient" quelque chose, et ont voulu le tester...assez infect, si c'est ça.
Il se sent maintenant comme "démasqué" et le vit donc très mal, sûrement victime de remarques et plaisanteries voilées ou non.
Je pense que le "coming out "est indispensable pour stopper le processus et que nous, en tant que parents, allons mettre les pieds dans le plat. Je voudrais qu'il lise la 2ème brochure de Contact pour en parler librement ensuite...qu'en pensez-vous?
J'ai commandé les trois brochures mais je crains que cela prenne du temps.
Si quelqu'un du forum pouvait nous envoyer au moins la deuxième rapidement? je peux donner mes coordonnées en mp et vous dédommager.
Merci d'avance

cleober
Messages : 12
Inscription : 31 mai 2017 09:28
Localisation : Aix en Provence

Message par cleober » 04 juin 2017 11:43

Sinon, merci David ...nous lui avons dit et fait comprendre ce que vous conseillez...il le sait bien mais nous dit: "arrêtez de vous faire un film, c'est pas ce que vous croyez!". il a donc toujours honte (?) d'en parler..

Tomjumeau
Messages : 13
Inscription : 12 mars 2017 12:57
Localisation : Lille

Mon témoignage.

Message par Tomjumeau » 04 juin 2017 11:57

Bonjour Cleober et Heideweg.
Je suis passé aussi par ce que traverse votre fils au mois de septembre. J'ai 16 ans. J'ai rencontré Martin lors de mon cours de théâtre en septembre dernier. Comme le dit Heidewerg il y a plusieurs identités sexuelles. Je suis sorti avec plusieurs filles et j'étais en couple depuis quelques mois avec une fille. La première fois que j'ai vu Martin, j'ai eu l'impression que le monde ne tournait plus, que tout ce qui se passait autour de moi était en monde pause et j'ai regardé Martin s'installer. J'étais très déstabilisé par ce garçon. Je le trouvais tellement beau, et son regard tellement beau.... A la fin du cours, j'ai pu faire un peu plus connaissance avec lui autour d'un verre (on termine toujours les cours de théâtre autour d'un moment convivial).
Bref, je suis rentré chez moi mais j'étais tellement perdu (comme l'ai votre fils je pense). Les jours passaient et je pensais de plus en plus à lui. Même mes ex copines ne prenaient pas une place aussi importante. Est-ce que j'étais gay?? Comment allez réagir mon frère jumeau, ma famille mes amis??? Pendant quelques jours, je me suis aussi enfermé. Je l'ai d'abord dit à mon frère jumeau; On a l'habitude de se confier tout, et il voyait bien qu'il y avait quelque chose qui clochait en moi? Il a été surpris mais était très content. On connait quelques couples d'homos alors on connait le sujet. Nos parents n'étaient pas fermés sur le sujet. Alors un dimanche, je me suis lancé. Je ne pouvais pas garder ça pour moi et mon frère jumeau avait marre de garder ce secret pour lui. J'ai eu beaucoup de chance que mes parents m'acceptent même si ils ont été surpris.
On aura le temps de rediscuter si vous voulez avoir plus de détails.
a

cleober
Messages : 12
Inscription : 31 mai 2017 09:28
Localisation : Aix en Provence

Message par cleober » 04 juin 2017 12:11

Merci, Tomjumeau , de votre témoignage; On voit que ce n'est pas évident, mais que le mieux c'est de laisser parler son coeur...et d'avoir un entourage qui accepte! Toutes les interventions sur le forum nous aident bien et nous permettent d'avance dans l'aide que nous essayons d'apporter à notre fils.
Comment gérez-vous votre "orientation" dans votre lycée? les remarques des autres ados? des moqueries? vous arrivez à assumer, à vous en moquer ou en rire...ou pas encore?

manu.G
Messages : 77
Inscription : 06 nov. 2016 10:24
Localisation : GRENOBLE
Contact :

Message par manu.G » 04 juin 2017 14:18

Bonjour,

J'ai lu attentivement vos différents messages et je partage tout à fait l'avis de David (Heideweg).

Pour ma part, je suis gay, j'ai 50 ans, je ne suis pas papa mais travailleur social habitué à soutenir des parents au niveau de leur relations avec leurs ados, le plus souvent en lien avec l'établissement scolaire.

Pour reprendre un peu plus clairement ce qu'essayait de vous dire David avec beaucoup de tact, l'identité sexuelle, c'est la question de savoir si on se sent plus fille ou garçon et l'orientation sexuelle, c'est la question de savoir si on est attiré par les garçons ou les filles.
En réalité, on peut tous avoir des côtés féminins ou masculins et cela n'a pas forcément de rapports avec l'orientation sexuelle.

Concernant l'identité ou l'orientation sexuelle, je pense que les adolescents ne sont pas plus au clair avec ce sujet à 14 ans qu'ils ne le sont concernant leur orientation scolaire (je prend volontairement cette image car vous pouvez la reprendre avec votre fils).

Il y a des ados qui savent tout de suite quel métier ils veulent faire plus tard et ils n'en dévient pas, d'autres qui changent, évoluent et ils sont, je pense, majoritaires.

Il est tout à fait possible que votre fils ne sache tout à fait où il en est et même si c'était le cas différentes évolutions restent possibles. L'adolescence, comme nous le savons tous, est souvent une période où l'on se cherche mais il y a une part consciente et une part inconsciente dans cette quête d'identité.

Votre fils sait que vous l'aimez, que vous le soutenez, que vous êtes des parents ouverts et que vous l'aimerez quoi qu'il en soit tel qu'il sera plus tard. C'est le plus important.

Je pense que ce qu'il a besoin de savoir c'est que les choses ne sont pas si tranchées et surtout rien n'est forcément "fixé" à son âge.

On n'est pas gay ou hétéro, on peut être bi et s'il fallait prendre une image, il y a autant de nuances possibles qu'entre le noir et le blanc (gris clair, gris foncé, etc...).
Il en est exactement de même concernant l'identité masculine et l'identité féminine et concernant ce sujet là il y a de quoi débattre sur ce qui est réellement masculin ou féminin dans la vie ?


Concernant le suivi psychologique, il pose souvent un problème aux ados mais aussi à beaucoup d'adultes. Il y a toujours cette idée que si on nous demande d'aller voir un psy, c'est qu'on n'est pas normal ou pas à la hauteur de la situation, etc. Il est donc important de bien rappeler qu'il s'agit avant tout d'un espace de parole, neutre (etc...) et qu'un psy peut aider à surmonter des moments difficiles (agressions, attentats, etc.)

De mon point de vue, s'il est important que votre fils voit un psychothérapeute, ce n'est pas parce qu'il est urgent qu'il sache et/ou que vous sachiez "qui il est" mais parce qu'il a vécu des choses violentes au collège.
Ce qu'il a vécu sur les réseaux sociaux, d'autres ados le vivent régulièrement. Ils peuvent se faire piéger, faire face des rumeurs diverses, etc.
Il arrive qu'un changement d'établissement scolaire soit souhaitable, voire la seule solution.

Pour résumer, je pense que votre fils a avant tout besoin d'être protégé des violences dont il est victime au collège et que vous lui laissiez le temps de savoir où il en est.

Pour cela, les séances avec le psy doivent continuer de lui être présentées comme "un espace de parole" dans "un contexte difficile pour lui" (cf. collège).

Concernant la question de l'identité et de l'orientation sexuelle, je pense qu'il faut en rester au stade de l'information en sachant que cela ne résume pas un individu
:)

Pour ce qui est des brochures de Contact, elles sont téléchargeables au format PDF et il n'est donc pas utile d'attendre de les recevoir ?

http://www.asso-contact.org/brochures.html

C'est compliqué d'échanger par mails sur de tels sujets, je reste donc à votre disposition si vous en avez besoin, sachant que ce je vous dis n'est que mon avis. Il peut y en avoir d'autres ;)
Manu (le "G", c'est pour "Grenoble") Ancien pseudo : Steph

manu.G
Messages : 77
Inscription : 06 nov. 2016 10:24
Localisation : GRENOBLE
Contact :

Message par manu.G » 04 juin 2017 14:50

NB

Je viens de trouver cette vidéo en tapant "identité et orientation sexuelle" sur Google :

https://www.youtube.com/watch?v=oKyrkO3_ISY

Si on l'écoute de bout en bout, je pense que c'est plutôt pas mal.

Le point négatif, c'est qu'il y a énormément de termes et que cela fait penser un peu à un "étiquetage".
Le point positif, c'est malgré tout d'essayer de mettre des mots qui permettent de s'y retrouver un peu.

Au final, je trouve que cela montre bien que les choses ne sont pas si simples, au sens de "binaires".

J'ai bien aimé le concept de "Queer" /"Questionning" ;)

Page du site internet avec le texte :

http://onsexpliqueca.com/identite-orien ... /#more-339
Manu (le "G", c'est pour "Grenoble") Ancien pseudo : Steph

Tomjumeau
Messages : 13
Inscription : 12 mars 2017 12:57
Localisation : Lille

Situation avec mes amis.

Message par Tomjumeau » 04 juin 2017 15:20

Ma situation est très différente de la votre.
Mais, si j'ai bien compris; le départ de ses "problèmes" est la publication d'une photo avec un garçon, c'est bien ça??
Je trouve ça très bien que vous avez pu déjà parler de l'homosexualité avec lui, qu'il connait des personnes qui ressentent le même désir.
C'est très compliqué de pouvoir s'assumer pleinement. Je pense qu'un entourage proche (familiale, meilleurs amis...) aide à mieux s'accepter.
J'ai eu de la chance d'avoir Lucas, mon frère jumeau. C'est grâce à lui que j'ai pu faire mon coming out auprès de mes parents et de mes autres frère et soeur.
Au lycée, c'est différent. On est dans un lycée professionnel où les insultes verbales comme PD, sale PD, tafiole,... sont dites tous les jours ou presque. Pour moi qui découvre que je suis attiré par des hommes, c'est compliqué. On a eu l'intervention de SOS Homophobie dans notre classe comme Contact d'ailleurs fait aussi il me semble. Mais par exemple, un élève de ma classe a lancé: "Je n'ai pas envie d'aller voir ces tafioles et de devenir comme eux." Ma prof de français a trouvé là l'opportunité de lancer un débat avant l'intervention. Elle a bien stipulé que l'homosexualité n'est pas un choix qu'on tombe amoureux d'une personne quelle soit un homme et une femme quelle différence? Et ce garçon lui a dit:" Je trouve pas ça naturel qu'un garçon couche avec un autre garçon, encore deux filles ça me choque moins mais deux suces bites alors là non??"
Cela m'a beaucoup blessé, moi qui me lançait avec Martin. Alors, au lycée à part quelques profs personne n'est au courant. J'ai de bons amis au lycée mais je n'ai pas encore l'envie et le courage que ça se sache vu l'ambiance homophobe de la classe.
C'est surtout des moqueries. Par exemple, quand un garçon est plus efféminé il est mis dans la casse Homo de suite. C'est très dur de s'assumer encore au lycée en tout cas pour moi. Vu le regard des autres, la peur de ce qui va se passer par la suite? On est toujours sur le qui-vive dans un couloir, quand on arrive dans une classe...
Je ne suis peut être pas assez clair, alors n'hésitez pas si vous avez le moindre doute ou la moindre question.
Bon courage en tout cas,
Thomas

heideweg
Messages : 108
Inscription : 22 févr. 2016 10:36
Localisation : 49

Message par heideweg » 05 juin 2017 07:10

.....
Malheureusement, le fils de Cleober sera comme nous exposé à la bêtise humaine, il devra comme nous faire avec .....
C'est pas facile, mais il faut aussi dire que le fait d’être comme nous (différents) apporte beaucoup ....
serions nous si ouverts et tolérants si nous étions dans la norme ...
Moi aussi, j'entends des horreurs .....notamment dans le cadre de mon travail ......les gens ne savent pas mais il m'arrive de remettre gentiment les gens à leur place en leur indiquant que leur propos sont choquants ....souvent ils me regardent surpris et "rectifient" l'air de rien ...

il lui faudra du courage mais tout ira bien ...

manu.G
Messages : 77
Inscription : 06 nov. 2016 10:24
Localisation : GRENOBLE
Contact :

Message par manu.G » 05 juin 2017 08:57

heideweg a écrit :.....
Malheureusement, le fils de Cleober sera comme nous exposé à la bêtise humaine, il devra comme nous faire avec .....
C'est pas facile, mais il faut aussi dire que le fait d’être comme nous (différents) apporte beaucoup ....
serions nous si ouverts et tolérants si nous étions dans la norme ...
Moi aussi, j'entends des horreurs .....notamment dans le cadre de mon travail ......les gens ne savent pas mais il m'arrive de remettre gentiment les gens à leur place en leur indiquant que leur propos sont choquants ....souvent ils me regardent surpris et "rectifient" l'air de rien ...

il lui faudra du courage mais tout ira bien ...
Je pense exactement la même chose sachant que la bêtise humaine prend diverses formes et que nous y sommes tous confrontés, d'autant que l'on peut nous aussi être "bête" à certains moments.
Je suis convaincu aussi qu'être différent apporte beaucoup
et peut faciliter l'ouverture d'esprit même s'il existe aussi beaucoup de discriminations entre gays malheureusement.

Je n'ai pas fait de coming-out au travail car j'ai entendu moi-aussi pas mal de propos homophobes venant de personnes soi -disant "ouvertes" et "tolérantes".

A ce propos, en faisant des recherches sur Internet, j'ai trouvé cette vidéo qui est pas mal du tout :

https://www.youtube.com/watch?v=GSMzDKztXMI

:-)
Manu (le "G", c'est pour "Grenoble") Ancien pseudo : Steph

Répondre