Faire mon coming out : parents, besoin que vous me rassuriez

Exprimez vous ici, nos échanges d'expérience peuvent parfois faire avancer les choses...

Modérateur : Contact - Equipe de modération

schandmaul
Messages : 35
Inscription : 18 janv. 2011 01:35

Faire mon coming out : parents, besoin que vous me rassuriez

Message par schandmaul » 18 janv. 2011 02:30

Bonsoir à toutes et à tous,

Tout d'abord, je m'aperçois que le message est long et je m'en excuse.

J'ai 21 ans et je suis en couple depuis 5 mois avec un autre homme. Je sais que je suis gay depuis environ 2 ans et je l'ai très vite accepté, mais je le cache encore à mes parents qui habitent à 600 km de chez moi et que je vois donc rarement. Seulement, j'ai pris une décision : je me suis promis de le leur dire pendant les vacances de février. En effet, ce mensonge me pèse de plus en plus, je redoute chaque passage chez eux, et février est le moins mauvais moment d'ici à l'été prochain.

Seulement voilà, je ne sais pas comment m'y prendre... Je fais confiance à mes parents, je ne pense pas que ça leur pose trop de problèmes. De plus, je pense qu'ils doivent s'en douter. En effet, mon copain habite en Bretagne (moi à Paris), du coup il vient toutes les deux semaines, j'ai passé Nouvel An chez lui, et il m'a offert un chat pour Noël ; bref ça devient dur de cacher ça ! Mais j'ai peur qu'ils refusent de voir, qu'ils se voilent la face malgré les indices que je laisse plus ou moins volontairement derrière moi par manque de courage pour prendre le taureau par les cornes.

Par ailleurs, mon copain a 8 ans de plus que moi (il a donc 29 ans) et j'ai peur que ça fasse peur à mes parents. Je crains de ne pas trouver les mots pour les rassurer, je ne sais pas comment faire, je ne sais pas quoi dire pour ne pas que ça les inquiète. Si des parents me lisent, qu'aimeriez vous entendre pour être rassurés sur ce sujet ? C'est une amie en qui j'ai entièrement confiance qui me l'a présenté, je suis donc sûr de sa bonne foi.

J'aimerais le leur dire directement, pas par mail ni par téléphone, mais j'ai peur de ne pas y arriver. Et surtout, je me demande quand le faire : en début de séjour pour qu'ils puissent "digérer" la nouvelle et me poser des questions avant que je reparte, ou à la fin pour qu'ils y réfléchissent jusqu'à ma prochaine venue, en avril ? J'ai très peur de leur réaction, de voir de la peine ou pire, de la culpabilité, dans leurs yeux. Peur qu'ils s'en veuillent, qu'ils se demandent "ce qu'ils on raté dans mon éducation". Mais je ne peux pas m'imaginer le leur dire à distance, j'ai besoin de voir leur réaction, d'être sûr qu'ils l'entendent et pouvoir répondre à leurs questions.

Bref, vous l'aurez compris, je ne suis pas tranquille. J'ai reçu le soutien de mon homme dans cette démarche. Il ne me pousse pas à le faire ("prends ton temps, je ne t'oblige à rien") et m'a assuré que sa porte était ouverte si ça devait mal tourner. Mon ex (avec qui j'ai gardé des liens amicaux) ainsi que les amis à qui j'ai parlé de cette démarche m'en ont dit autant, donc ça me rassure quelque part. D'autant que, connaissant mes parents, ils pensent aussi que ça devrait bien se passer.

Le dernier problème, que peu de mes amis savent, c'est que mon grand frère est gay, lui aussi. Il ne l'a pas encore dit à nos parents et m'a "autorisé" à le faire en premier puisque j'ai quelqu'un et pas lui. Mais j'ai peur que ce soit un coup très dur pour mes parents, qui n'ont que nous deux comme enfants.

Finalement, je ne sais pas trop en quoi vous pouvez m'aider. Peut-être seulement à trouver les mots, à trouver quoi dire. Que se passe-t-il dans la tête d'un parent quand il apprend ça ? Que dire pour les rassurer ? J'aurais beaucoup de mal à digérer le fait de leur faire de la peine... mais en même temps, je sais que c'est presque inévitable...
Quand dois-je le dire, y a-t-il un "meilleur" moment dans la journée ? Vaut-il mieux le dire aux deux parents ensemble ou d'abord à celui en lequel on a le plus confiance ou avec lequel on est le plus "complice" (à savoir ma maman) ? Beaucoup de questions auxquelles je ne trouve pas de réponse. J'ai très peur de faire quelque chose de travers, peur de ne pas trouver les mots pour leur répondre, pour les rassurer et pour les aider à me comprendre, à comprendre qu'ils n'y sont pour rien et que je suis heureux comme ça. Mais en même temps, j'ai besoin qu'ils sachent, besoin de partager avec eux mon bonheur comme je le feras si j'étais hétéro, besoin de partager avec eux les nouvelles que je rédige et qui tournent beaucoup autour de ce sujet en ce moment. Besoin qu'ils sachent, tout simplement, car je ne supporte plus et n'ai jamais supporté l'idée de leur cacher quelque chose, à eux qui m'ont toujours enseigner la sincérité.

Désolé pour la longueur de ce message, mais il m'a semblé important de détailler ma situation.
Je vous remercie beaucoup pour votre réponse, que vous soyez un parent qui a vécu ça, un/e homo/bi/trans/etc. qui a vécu cette situation ou qui que ce soit d'autre qui se sent concerné par mon appel.

Schandmaul

Fitz
Messages : 15
Inscription : 23 nov. 2010 23:23
Localisation : Val d'oise

Message par Fitz » 18 janv. 2011 21:11

Un remake de Mine Vaganti xD Désolé pour cet humour vaseux. Je pourrais pas t'aider pour grand chose si ce n'est juste que tu dis que tu as peur de voir de la culpabilité dans leur yeux etc. C'est souvent le lot de question qui vienne dans la tête des parents quand ils apprennent ce genre de chose, il faut juste les rassurer, leur dire qu'ils n'y sont pour rien,qu'ils n'ont rien fait de travers et que tu es heureux comme tu es. C'est ce que j'ai fais pour mes parents, je leur ai dit une ou deux fois après le reste du travail ca été à eux de le faire. Mais bon si tu pense qu'ils le prendront plutôt bien déjà tu devrai partit un peu optimiste. Désolé de ne pas servir à grand chose.

PS: pour l'histoire d'âge, euh le nombre de couple qui ont un écart de 7-8 ans moi j'en vois souvent, dont mes parents et un autre couple amis de notre famille et mes grand parents...
Vivre dans l'espoir plutôt que la peur.

bnimajne
Messages : 25
Inscription : 11 janv. 2011 23:21
Localisation : Bourges

Message par bnimajne » 18 janv. 2011 23:34

Bonsoir,

bon au risque de te décevoir ... il n'y a pas de bon moment pour faire son coming out. Je crois que chacun saisit sa chance quand elle se présente (ce qui peut ne pas arriver pendant tes vacances) ou alors prend la ou les personnes entre 4 yeux mais je trouve ca difficile de réunir son courage à un moment t.
Si tu les sens plutot open, inutile de le dire juste avant de partir, ils aimeront sans doute en parler avec toi. Mais c'est pas nécessaire non plus de le dire au tout début. Le meilleur moment c'est surtout quand tu le sentiras.

deuxieme point, pas forcement réjouissant non plus, les gens ne voient que ce qu'ils ont envie ou sont prêts à voir. Mais cela dit, peut être que tes parents sont prêts à la voir :) . Si tu dis que tes amis le savaient avant toi et qu'en plus tu leur a laissé des indices, ils peuvent avoir envisagé cela ; donc inutile de partir trop défaitiste.

troisième point pas mieux, s'ils n'ont jamais envisagé que tu puisses etre homo, tu liras probablement de la peine (pour le futur qu'ils ont imaginé pour toi - femme, enfants - et que tu n'auras pas et eux non plus) et de la culpabilité aussi (mais pas forcement pour ce que tu es devenu mais pour les difficultés que tu vas rencontrer dans la vie du fait de ton homosexualité). Sans doute ils se demanderont ce qu'ils ont "fait de travers" aussi.
Face à tout ca, je pense qu'il y a quelques trucs que tu peux leur répondre. d'abord qu'il n'y sont pour rien, qu'ils ont été de bons parents et que tu les aimes (si c'est vrai et que tu le ressens bien sur). Ensuite et surtout, que tu es heureux (si c'est le cas bien sur), que tu es bien entouré, que tu le vis bien et que tu n'as pas eu de souci (si tu n'as jamais été confronté à une homophobie dure, et je te le souhaite). Finalement, tout ce que tu dis dans ton dernier paragraphe sur la confiance etc ... tu l'as très bien écrit tu ne le diras que de facon plus touchante.

je te conseillerais perso de garder ton copain pour quand ils te poseront la question ; s'il te le demande c'est qu'ils sont plus ou moins prêt à l'entendre (meme si ta réponse leur fait pas forcement plaisir). Si l'age t'inquiète et qu'il te pose la question, une technique qui vaut ce qu'elle vaut, prend une mine contrite et annonce qu'il est plus vieux que toi. Ils imagineront peut etre qu'il a leur age et tes 8 ans d'écart passeront comme une lettre à la poste. Cela dit en passant c'est pas énorme ; ils seront peut etre plus surpris par le coté relation à distance qui n'est pas forcement leur culture.

pour ton frere, dans un sens c'est malheureux à dire mais c'est son probleme de gérer la réaction de tes parents face à ca. Toi tu le dis maintenant, lui ... MAis c'est sur que ce sera pas simple. Il n'est pas prêt à faire son coming out ? les deux en meme temps c'est plus dur mais ca evite de mettre deux couches et ca peut etre évité si la réaction n'est pas bonne lorsque tu l'annonces. Il sera chez tes parents ton frere ?

sinon je vais t'expliquer un peu le mien pour illustrer.
Moi j'ai saisi une remarque de ma mere au vol et je lui ai balancé le morceau sans préparation sans nous poser trnaquillement ... bon je te le déconseille lol Mais au final j'ai rencontré plusieurs étapes de réactions :
1- le choc et une absence de réaction : elle était ko. Pour le contexte, j'ai toujours surpris les gens en leur disant que j'étais homo, ca n'a pas manqué avec ma mère, surtout que j'avais eu une ou deux copines avant
2- La culpabilité, la peine et les pleurs lors de la discussion quelque heures après. Ce qu'elle a raté. POURQUOI JE NE LUI EN AI PAS PARLE PLUS TOT ? bon ca c'est du à nos relations perso ce sentiment de "trahison" ou de manque de confiance.
3- l'inquietude pour moi et mon avenir
4- une relation sans ombre et ouverte ... mais j'ai attendu un an pour que ce soit naturel.
Mon père avec qui j'ai une relation conflictuelle l'a appris 2 ans plus tard, parce que ma mère ne pouvait plus tenir ce secret. Sa seule réaction a été l'inquietude par rapport aux épreuves liés à l'homosexualité. Je n'avais meme pas cru qu'il aurait pu réagir comme ca.

Bon je me rends compte que mon message peut paraitre assez décourageant mais aie bien conscience que ce n'est pas ce que je voulais te transmettre lol. Parce que tu vois tout ce que j'ai raté moi et au final tout va bien :)
Ne te met pas trop de pression c'est tout. tu feras sans doute pas le coming out parfait et je doute que ca fasse "plaisir" à tes parents ; mais il n'y a rien que le temps ne peut effacer. Si tu vas bien et que vous vous aimez, tes parents et toi, c'est l'essentiel.

Désolé ma réponse est indigeste mais c'est ta faute ! lol je ne peux pas ne pas répondre à tous les points mais je suis pas très organisé dans mes pensées quand c'est comme ca ^^
cherche personne(s) intéressée(s) pour une antenne dans le cher

schandmaul
Messages : 35
Inscription : 18 janv. 2011 01:35

Message par schandmaul » 19 janv. 2011 01:39

Merci à vous deux pour vos réponses.

Je sais qu'il n'y a ni coming out idéal, ni bon moment, mais je me disais qu'il y a en a peut-être de très mauvais (par exemple au milieu du repas) et des "juste mauvais".

Pour la différence d'âge, je sais que ce n'est pas énorme huit ans, et je pense que ça ne me ferait pas peur de le leur dire s'il s'agissait d'une fille, mais disons que là, il cumule deux "tares"... Mais c'est sûr que je ne viendrai à en parler que s'ils abordent le sujet, chaque chose en son temps.

Bnimajne : Tu dis que le "bon" moment n'arrivera peut-être pas pendant les vacances... Tu as raison, mais je vais tout faire pour le provoquer parce que si ce n'est pas là, ce ne sera pas avant l'été (et encore, c'est même pas sûr que je les voie plus d'un weekend de temps en temps cet été...) et je vais pas tenir comme ça bien longtemps, j'avais déjà décidé d'en parler avant la rentrée mais les événements ont joué contre moi, d'où une certaine frustration.

Par rapport à mon frère, il m'a avoué récemment qu'il était prêt à le faire quand je lui ai dit que j'étais gay, ce qui l'a fait changé d'avis (je sais pas pourquoi). Mais je ne pense pas qu'il se sente prêt à le faire maintenant, il dit préférer attendre d'avoir une relation un minimum stable pour ne pas inquiéter plus nos parents. De toute manière, il ne sera pas là et il m'a dit que je peux leur en parler en premier, puisque j'ai quelqu'un.

Merci d'avoir partagé ton expérience, c'est très intéressant. Ça m'aidera peut-être à anticiper un peu mieux leur réaction, ce que je n'arrivais jusqu'à maintenant pas du tout à faire. Ce qui m'inquiète peut-être le plus, c'est de ne pas réussir à trouver les mots dans l'urgence de la situation. Là par écrit, c'est facile, j'ai tout le temps d'y réfléchir et de revenir en arrière, alors qu'en vrai j'ai peur que les mots manquent... Mais j'ai aussi commandé la brochure de CONTACT au cas où ça les intéresse.

Ne t'en fais pas, ton message n'est ni indigeste, ni décourageant! Je suis très déterminé (si d'aucuns disent "pour vivre heureux, vivons cachés", moi je n'en peux plus de me cacher!). Par contre c'est vrai que je me mets pas mal de pression, d'autant plus que je suis d'un naturel assez timide et que je n'ai pas habitué mes parents à parler de ce genre de choses avec eux...

Si d'autres ont une expérience à partager, surtout côté parents pour essayer de comprendre ce qui se passera peut-être dans leur tête le moment venu, n'hésitez pas! Tout témoignage est bon à prendre, d'autant que pour l'instant, je n'ai eu que celui de mon copain, qui a été catastrophique (il ne s'assumait pas encore et avait, semble-t-il, une mère fort peu sympathique sur de nombreux aspects).

Merci encore, et merci par pour les futures réponses,

Schandmaul

bnimajne
Messages : 25
Inscription : 11 janv. 2011 23:21
Localisation : Bourges

Message par bnimajne » 19 janv. 2011 22:30

non mon message est nul mais c'est avec le recul que je l'ai compris lol
le truc c'est que tu pourras t'y prendre super bien ou comme une merde, l'appréciation de ton coming out, celle que tu retiendras au final va résider dans la facon dont tes parents vont le prendre ... et ca tu peux pas l'anticiper.
Je crois qu'il n'y a qu'une seule bonne facon de faire les choses, c'est de les faire comme tu le sens car c'est la seule facon de pas avoir de regret ; pour le reste advienne que pourra.

pour le moment, il faudrait faire en sorte que les uns et les autres aient la possibilité de réagir à leur facon. Se lever, partir, pleurer, te prendre dans leur bras etc ... ne pas être coincé dans l'espace, par le temps ... mais bon ca reste theorique

sinon je t'invite a interroger Pae dans la présentation des nouveaux, son fils a fait son coming out et son copain est plus agé.
cherche personne(s) intéressée(s) pour une antenne dans le cher

domi1315
Messages : 23
Inscription : 04 août 2009 14:35

Message par domi1315 » 21 janv. 2011 14:48

Cette histoire de coming out m'interroge vraiment, sans doute parce que mon fils ne l'a pas fait et a "choisi" (consciemment ou inconsciemment) de ne pas passer par cette étape .

Les choses se sont faites assez naturellement dans la mesure où nous avons d'abord entendu parler de son copain- et le terme copain est suffisamment large pour qu'on puisse y mettre ce qu'on veut au départ - puis nous avons rencontré ce copain, puis il est venu en vacances chez nous avec ce copain ...etc ...
Bien entendu, pendant tout ce temps, il n'y avait rien de vraiment équivoque dans leur relation, et ce copain aurait aussi bien pu être "un" copain parmi d'autres.C'est moi qui ai fini par poser la question "ne serait ce pas plutôt "ton" copain ?" ( au bout de deux ans ...)réponse souriante "çà se peut..." Point, il n'y a rien eu de plus. A partir de là, comme notre réaction n'a pas été négative, "le" copain est devenu ouvertement "son" copain.

J'ai fait pareil vis à vis de la famille, je ne dis rien si on ne pose pas la question. Dans les réunions de famille mon fils est toujours avec son copain, ils vivent ensemble et chacun comprend , accepte, ou fait semblant de ne pas voir ... (ce qui est quand même très difficile :)

Il a invité chez lui ses grands parents, ses cousins etc ...

Peut être que cela met certains mal à l'aise, mais c'est à eux de se poser la question pourquoi sont ils mal à l'aise ?? la situation , elle, n'a rien d'anormal . Elle est normale dans le contexte hétéro donc elle l'est aussi dans le contexte homo.

Donc voilà, avec le recul, je me dis qu'être obligé de faire son coming out, d'avouer comme si on était coupable de quelque chose , ou comme si on représentait un danger pour les gens qui vous entourent, ce n'est pas très normal.
Ce coming out n'est il pas marginalisant déjà au départ ???
Les hétéros n'ont pas à dire un jour à leurs parents "tu sais, je suis hétéro" . , ce n'est pas un conseil que je te donne. Si tu ressens le besoin de mettre cartes sur table, fais le . Mais tu peux aussi amener les autres à comprendre "naturellement " .

C'est mon avis aujourd'hui, un avis un peu militant peut être.

schandmaul
Messages : 35
Inscription : 18 janv. 2011 01:35

Message par schandmaul » 21 janv. 2011 15:39

Je comprends tout à fait cet avis et le partage, mais il y a parfois des personnes qui refusent de voir, et des personnes qui seraient capables de faire un scandale et donc de créer des situations gênantes.
C'est en tout cas cette "politique" que j'applique par rapport à mes amis, je parle de "mon copain" sans rien mettre au clair au départ (c'est d'ailleurs pour ça qu'à force, je ne sais plus qui est clairement au courant et qui ne l'est pas encore!). Par contre, pour mes parents, je préfère passer par l'étape de mise au point pour éviter les non-dits qui peuvent devenir très très pesants avec le temps.

bnimajne
Messages : 25
Inscription : 11 janv. 2011 23:21
Localisation : Bourges

Message par bnimajne » 22 janv. 2011 13:43

je suis assez d'accord avec Schandmaul, ca s'est bien passé avec vous mais ca aurait pu être une catastrophe aussi.

Ce qui me "gène" dans votre histoire c'est que pendant deux ans, il y a du y avoir des interrogations de part et d'autre, des non-dits voire des mensonges et une certaine retenue obligatoire malgré tout non ? Car je sais que, sans avoir une relation ostentatoire, nous avons quand meme un comportement différent selon que les gens sont au courant ou pas.

pour le reste je suis bien d'accord et aurai aimé ne pas avoir à le faire. Le problème reste dans le fait que ca continue de choquer un certain nombre de parents, famille, amis et que le rejet est encore un risque très présent ... et difficile à supporter
cherche personne(s) intéressée(s) pour une antenne dans le cher

domi1315
Messages : 23
Inscription : 04 août 2009 14:35

Message par domi1315 » 22 janv. 2011 22:15

bnimajne a écrit :je suis assez d'accord avec Schandmaul, ca s'est bien passé avec vous mais ca aurait pu être une catastrophe aussi.

Ce qui me "gène" dans votre histoire c'est que pendant deux ans, il y a du y avoir des interrogations de part et d'autre, des non-dits voire des mensonges et une certaine retenue obligatoire malgré tout non ? Car je sais que, sans avoir une relation ostentatoire, nous avons quand meme un comportement différent selon que les gens sont au courant ou pas.

pour le reste je suis bien d'accord et aurai aimé ne pas avoir à le faire. Le problème reste dans le fait que ca continue de choquer un certain nombre de parents, famille, amis et que le rejet est encore un risque très présent ... et difficile à supporter
Je dois dire aussi que pendant ces deux ans mon fils vivait à l'étranger et nous nous voyions deux à trois fois par an seulement. Cela a sans doute facilité les choses car effectivement, il n'avait pas à mentir ou se cacher .
C'est justement parce qu'il craignait terriblement notre réaction et avait peur d'être rejeté en particulier par son père et par son frère qu'il n'a pas réussi à faire son coming out directement , je pense.
C'est important de le préciser car, en fait, toutes ces craintes n'étaient pas justifiées et nous sommes même tombés des nues quand nous avons appris à quel point il avait souffert et s'était torturé intérieurement pendant des années . Nous sommes des gens très ouverts et luttant contre toutes formes de discrimination. Et pourtant çà n'était pas suffisant pour franchir le cap.
Aujourd'hui que je me suis un peu documentée , je comprends pourquoi c'était si dur, mais je me dis qu'on aurait pu éviter toute cette souffrance et une bonne dose de malheur (echec scolaire, fugues, tentative de suicide...)

En même temps, laisser planer une certaine incertitude c'est mettre l'entourage en position de faire du chemin, de se poser des questions et de tendre des perches qui pourront être saisies.
Bien sûr; les parents s'interrogent toujours et en particulier sur ce que sera la vie de leur enfant dans une société pas encore tout à fait prête, nous sommes soucieux et inquiets . Mais après tout ce que nous avons traversé avec cet enfant en plein désarroi , c'est formidable de le voir souriant et épanoui .

bnimajne
Messages : 25
Inscription : 11 janv. 2011 23:21
Localisation : Bourges

Message par bnimajne » 23 janv. 2011 12:59

j'aime les histoires qui finissent bien :)

pour ce qui est de laisser planer un doute ou de laisser des trainer des indices, il s'agit d'une technique assez largement employée et c'est un bon moyen d'amener les gens à se poser des questions.
Malheureusement, les gens ne voient en général que ce qu'ils sont prêts à voir ou ce qu'ils ont envie de voir (inconsciemment le plus souvent). Chacun interprète les signes à sa facon.
cherche personne(s) intéressée(s) pour une antenne dans le cher

bikounet38

Message par bikounet38 » 27 janv. 2011 00:51

Bonsoir schandmaul

Moi, j'ai attendu 33 ans pour en parler à ma mère.
3 ans et demi déjà, et pourtant çà me semble si proche...

J'en avais envie depuis des années, j'en avais besoin, mais au dernier moment, je reculais...

Je n'étais pas prêt avant ; et çà n'est pas grave.
Je n'ai pas attendu le fait d'être en couple, car sinon j'y serais encore : j'en avais besoin, alors j'ai fini par y arriver.

Je l'ai fait comme je le voulais : en face à face, avec ma mère, après une belle journée à faire du schoping.

Elle s'en doutait depuis longtemps, mais attendait que j'en parle...
On aurait pu en rester là encore longtemps lol !

Donc voilà, au bout d'un moment, çà arrive, peut être pas comme on l'avait rêvé, mais çà se fait.
Après, dis-toi que tu n'as pas à gérer les difficultés des autres : c'est eux qui doivent digérer tout çà.

Et ya des associations Contact partout en France, et des brochures : http://www.asso-contact.org/brochures.html

schandmaul
Messages : 35
Inscription : 18 janv. 2011 01:35

Message par schandmaul » 28 janv. 2011 23:46

Merci pour ta réponse Bikounet38. J'ai déjà commandé la brochure destinée aux parents il y a environ 10 jours mais je n'ai toujours rien reçu.

bikounet38

Message par bikounet38 » 31 janv. 2011 20:22

schandmaul a écrit :Merci pour ta réponse Bikounet38. J'ai déjà commandé la brochure destinée aux parents il y a environ 10 jours mais je n'ai toujours rien reçu.
Tu peux aussi la commander par téléphone auprès de la salariée de Contact :
CONTACT Paris-Ile-de-France (75)
84 rue Saint-Martin
75004 PARIS

01 44 54 04 35 (mardi 20h-22h, samedi 13h30-15h30)
www.asso-contact.org/75
75 @ asso-contact.org

schandmaul
Messages : 35
Inscription : 18 janv. 2011 01:35

Message par schandmaul » 27 févr. 2011 01:05

Je reviens après quelques temps. J'ai eu un appel de l'association qui devrait m'envoyer prochainement la brochure. Avec du retard, mais ce n'est pas si grave puisque je n'ai encore pas été capable de parler avec mes parents pendant ces vacances... Du coup, je sais pas quand je vais le faire, j'en ai marre... Je sais pas ce qui me bloque, j'arrive même pas à voir de "bon" moment, je me dis tout le temps "vas pas gâcher un bon moment avec ça", mais vu comme ça c'est sûr que je ne le dirai jamais... Il me reste bien encore quelques jours, mais je n'y crois plus...

J'en suis même venu à penser leur envoyer un mail en choisissant bien le moment et tous les mots, mais ça me semble loin d'être la meilleure solution (devrais-je plutôt dire la moins mauvaise?). Mais en même temps, attendre cet été et continuer de voir mon copain sans le leur dire, ça me pèse, chaque jour un peu plus...

Je me sens un peu con de ne pas y arriver alors qu'il y a 99,99% de chances pour qu'ils ne le prennent pas mal (une fois le choc de l'annonce passé bien sûr) mais malgré tout je n'y arrive pas. Je ne sais pas où ça cloche : je m'assume, je suis heureux et je leur fais confiance. Je suis juste d'une nature un peu peureuse et timide.

bikounet38

Message par bikounet38 » 27 févr. 2011 17:27

Se culpabiliser peut être douloureux à la longue.

Je vous assure qu'il n'y a pas de bon moment : quand vous pourrez le dire, çà viendra tout seul....

Si le plus important pour vous est que çà sorte, il n'y a pas de manière meilleure qu'une autre : si vous avez envie de le dire, laissez venir les choses comme elles viennent, même si les mots ne sont pas choisis, et que vous êtes émus.

Votre crainte, c'est un peu la peur de l'inconnu, le vertige face à un fossé à traverser, ou peut être simplement le fait de prendre un risque.
Rassurez-vous vous n'êtes pas le seul à avoir ressenti çà.

Essayez de vous détendre, et laissez venir les choses sans trop les préparer : en vous rapprochant de ce que vous ressentez en vous même, vous irez peut être plus vers l'action, que le réflexion...

Répondre