Mon chemin : brouillard, turbulences et anticyclone !

Exprimez vous ici, nos échanges d'expérience peuvent parfois faire avancer les choses...

Modérateur : Contact - Equipe de modération

Rémi
Bénévole écoutant
Bénévole écoutant
Messages : 84
Inscription : 07 nov. 2009 11:33
Contact :

Mon chemin : brouillard, turbulences et anticyclone !

Message par Rémi » 07 nov. 2009 17:17

Pas facile de raconter 49 ans en quelques lignes ! Je commence par le brouillard de 42 années, comme ça on gagne un peu de temps. Il en restera 7 pour raconter les turbulences et l'anticyclone.

Brouillard : Année 60, l'époque et ma famille ne montrent qu'un modèle unique mélangeant la religion catholique et l'hétérosexualité. Le reste est non-dit, tabou ou jugé malsain. Je grandis dans un monde de garçons (famille, écoles, scoutisme…) et en même temps l'autorité de mon enfance est portée par les femmes ! Quelques expériences de touche-pipi plus loin, quelques attirances tues ou connivences vers des garçons de mon âge et me voilà presque adulte. Les filles ne m'intéressent pas beaucoup. Je prends goût au travail quand je trouve mon chemin professionnel tourné vers les autres (l'animation) et lui laisse occuper la majorité de mon temps. La question sexuelle n'existe peu, pas. Sur le tard, à 29 ans, une rencontre avec une femme qui vient me chercher… je me laisse approcher, y trouve du sens et du projet. Trois enfants naissent, trois garçons ! Et puis nous achetons une maison. La vitrine sociale est nickel ! Une famille, une maison, un travail (je ne suis plus animateur, je suis accompagnateur formateur), des amis… la norme quoi !

Turbulences : oui, mais voilà, tout à coup vers 42 ans je sens au fond de moi une sorte de malaise, une déprime sur la vie, je ne me sens plus en projet, je trouve que les rails posés devant moi sont trop bien tracés, trop droits et que je connais déjà toutes les étapes suivantes… Bref début des turbulences et constat que je n'arrive pas tout seul à m'en sortir. Je vais chez une thérapeute et découvre après un certain temps que ma personnalité profonde n'a pas pu s'exprimer et voilà. Et puis (le hasard !) je rencontre un homme qui m'attire et me rends amoureux alors patatras ! Je suis peut être bien homo et en même temps je suis mari et père. Harg ! En même temps je découvre des richesses dans ma personnalité qui viennent de là. Je commence par dire que je suis bi. Et puis pendant 6 ans c'est Verdun ! La relation de couple est mise à mal. Ne pas faire mal et ne pas se renier. Pendant toutes ses turbulences quelques thérapeutes et quelques bons amis m'accompagnent, permettent à ma parole de s'exprimer. Je sais que je suis seul sur mon chemin, mais les soutiens me donnent l'espoir d'y arriver. En 2008 séparation. Je dis à mes fils la réalité de ma situation, les mets hors de cause dans cet évènement et reste leur père. Vente de la maison, déménagement, garde partagée… une nouvelle vie s'organise. Les turbulences s'amenuisent petit à petit, je me vois capable de rester père, d'assumer seul ma vie, de compter mes vrais amis (dans ma famille, chez certains de mes anciens amis et avec des nouveaux), de pleurer beaucoup pour évacuer ce champ de bataille et les regrets de n'avoir pas pu vivre cela plus tôt, de commencer à dire que je suis homo et de m'ouvrir à mes semblables parce que je ne suis pas tout seul !

Anticyclone : c'est le début d'une nouvelle étape, j'ai rencontré un homme avec qui je tricote un début d'histoire et me sens bien à cet endroit qui est naturel pour moi. Maintenant que je me sens à ma place, je suis content de pouvoir témoigner ici pour encourager les personnes qui sont dans des turbulences du même genre, qu'il soient concernés en direct ou bien proches de quelqu'un qui vit cela.

Prends soin de toi !

Rémi
Bénévole écoutant
Bénévole écoutant
Messages : 84
Inscription : 07 nov. 2009 11:33
Contact :

comment je l'ai annoncé aux proches au début

Message par Rémi » 07 nov. 2009 17:24

J'ai écris ce petit texte que je leur ai adressé :

"Bi comme paire de lunettes"

Histoire amusante pour dire d'une autre façon, plus claire peut être…

C'est l'histoire d'un petit garçon qu'a des lunettes de fille. Le marchand de lunettes s'est trompé, il l'a pas fait exprès. Il a mélangé les boites ou, il a tellement eu envie de vendre cette belle paire de lunettes qu'il les a sorti pour le premier venu !
Le petit garçon, drôlement content qu'on lui donne des lunettes, n'a rien dit parce qu'elles sont "de fille", il ne veut pas décevoir le marchand et surtout pas avoir du tout de lunettes !
Il prend les lunettes et regarde le monde. Ne pas décevoir, faire plaisir au marchand, un p'tit sourire, un p'tit merci, agréable, souriant, rigolo… pas contrariant.
Mais le petit garçon voit le monde comme une fille. Alors quand il regarde une fille avec ces lunettes de fille, y s'passe des fois des trucs ! Normal il a quand même des yeux de garçon. Et quand il regarde un garçon avec ces lunettes de fille, y s'passe aussi des choses !
Plus tard, il a d'autres lunettes, des lunettes de fils, de mari, de père, de… et de… mais ces yeux, ils restent les mêmes et c'est ça qu'est important.

Steve77
Messages : 29
Inscription : 28 sept. 2009 00:35

Message par Steve77 » 07 nov. 2009 19:36

Beau témoignage, plein d'espoir pour les suivants. LoL

J'espère que ton tricot va se transformer en un joli pull, ça pourrait servir avec le froid de canard du moment. :D

NIFLON
Messages : 16
Inscription : 17 sept. 2009 20:18

Message par NIFLON » 07 nov. 2009 20:32

Bonjour Rémi,

Nous avons en commun un parcours semblable avec quelques différences. C'est tout récent. Je suis plus âgé: j'ai des enfants et des petits enfants. Je n'ai pas encore franchi le pas de le dire à mes enfants sur les conseils de mon psychiatre, du médecin traitant et de mon épouse, puisque nous ne nous séparons pas. En revanche j'assume totalement mon homosexualité.
J'aimerais connaître la réaction de vos enfants lorsque ils ont appris la vôtre. Car je tiens absolument à ce que mes enfants sachent qui je suis réellement.

Rémi
Bénévole écoutant
Bénévole écoutant
Messages : 84
Inscription : 07 nov. 2009 11:33
Contact :

Message par Rémi » 07 nov. 2009 20:58

Salut Niflon, je viens juste de lire ton message sur le forum (sans savoir que tu venais de m'en envoyer un !).
Mes enfants avaient 16, 13 et 8 ans au moment de la séparation. Ils l'ont pris chacun avec leur personnalité. Le grand s'est mis un peu à distance, le second plus émotif a versé quelques larmes et le plus jeune n'a pas tout compris tout de suite, il lui a fallu un an pour encaisser la séparation, faire sortir sa colère et comprendre que quoi je parlais. Puis depuis un an nous n'en avons pas parlé spécialement et ils me considère comme leur père comme avant. Quand je suis entré en relation avec mon ami, c'est un peu par hasard que je leur ai annoncé que j'avais quelqu'un dans ma vie et leur ai montré la photo. Pareil, les réactions sont positives, porteuses de curiosité (un peu) et de quelques questions. Mes enfants, comme tous les enfants, sont pleins de ressources et capable de s'adapter je crois.

Tes enfants sont adultes visiblement. C'est normal qu'ils aient des émotions (les leurs), c'est pas banal un changement de décor comme celui là. Je crois aussi, pour l'avoir éprouver que d'être bien avec qui l'on est et ne pas demander l'avis mais d'affirmer ce que l'on est, fait que pour les autres - tes enfants en l'occurence - c'est plus facile de se sentir rassurer.

Enfin, je crois qu'il ne faut pas forcer les choses, qu'il faut se donner le temps nécessaire et d'être en éveil des opportunités qui facilitent la communication d'une belle nouvelle comme ça ! Papa vit sa vie !

Rémi

bikounet38

Message par bikounet38 » 07 nov. 2009 21:40

Papa vit sa vie !
Quelle jolie formule ;-)

Rémi
Bénévole écoutant
Bénévole écoutant
Messages : 84
Inscription : 07 nov. 2009 11:33
Contact :

Message par Rémi » 07 nov. 2009 22:00

Merci Seb !

c'estdur
Messages : 15
Inscription : 09 nov. 2009 07:23

Message par c'estdur » 27 nov. 2009 10:05

:D Salut Rémi, je viens de lire ton superbe témoignage et t'en remercie !
Vivement "l'anticyclone" !!!

Répondre