Vos opinions, vos conseils...

Exprimez vous ici, nos échanges d'expérience peuvent parfois faire avancer les choses...

Modérateur : Contact - Equipe de modération

Lolo
Messages : 22
Inscription : 27 oct. 2009 18:11
Localisation : Nemours

Message par Lolo » 08 juin 2011 23:25

Bonsoir,

Cela fait 7 mois que je ne suis pas venu ici, et je ne suis toujours pas aller à Paris pour diverses raisons, la première étant que j'ai complètement oublié l'existence de l'association (parce que je ne suis plus dans le mauvais état ou j'étais au début, je n'y pense plus, désolé), la seconde étant que je n'ose pas franchir ce cap (ce qui est ridicule).

La raison pour laquelle j'ai décidé de m'exprimer aujourd'hui, c'est mon homosexualité par rapport à ma mère. J'ai la très forte impression qu'elle le sait, par certains indices que j'ai laissé involontairement derrière moi (comme par exemple le coffret de la saison 1 de Queer as folk, au design évocateur...). Mais la chose qui me fait dire qu'elle le sait, c'est grâce à une discussion dans un repas de famille, ou mon seul frère disait qu'il ne voulait pas d'enfants. A ce moment, ma mère a répondu: "Donc, je n'aurais pas de petits-enfants ******(notre nom de famille) ?"

Ce qui m'embête, c'est le non-dit. Je n'arrive pas à lui en parler, parce que je me dit que peut être en fait elle ne s'en doutait pas et que ça va lui causer un grand choc. Et je pense que même si elle le sait, elle n'abordera jamais le sujet d'elle-même.
Et ce qui m'énerve encore plus, c'est que si j'arrive à lui dire mon homosexualité, c'est qu'il n'y aura pas de communication derrière. Tel que je connaît ma mère, elle dira "ah oui d'accord, c'est bien" et ne décochera plus un mot sur ce sujet. Et moi, complètement confus et honteux, je n'oserais pas engager la conversation, lui demander ce qu'elle en pense vraiment, la rassurer, que je suis toujours le même qu'avant et que je l'aime.

Voilà mon questionnement du moment. Merci d'avance de vos réponses.

bikounet38

Message par bikounet38 » 09 juin 2011 22:54

Bonsoir Lolo.
Ce qui m'embête, c'est le non-dit. Je n'arrive pas à lui en parler, parce que je me dit que peut être en fait elle ne s'en doutait pas et que ça va lui causer un grand choc. Et je pense que même si elle le sait, elle n'abordera jamais le sujet d'elle-même.
Et ce qui m'énerve encore plus, c'est que si j'arrive à lui dire mon homosexualité, c'est qu'il n'y aura pas de communication derrière. Tel que je connaît ma mère, elle dira "ah oui d'accord, c'est bien" et ne décochera plus un mot sur ce sujet. Et moi, complètement confus et honteux, je n'oserais pas engager la conversation, lui demander ce qu'elle en pense vraiment, la rassurer, que je suis toujours le même qu'avant et que je l'aime.
Le chemin n'a semble-t-il pas été facile pour vous ; je pense donc que vous pouvez comprendre qu'il ne sera peut être pas facile pour vos proches.
Mais en même temps, si vous ressentez le besoin de sortir de ce non-dit, je pense qu'il faut laisser cette envie qui est en vous.
Ne cherchez pas à surprotéger votre mère : quand elle saura, elle aura sa part du chemin à faire ; et ce n'est pas à vous de le faire à sa place...

Je me suis longtemps pris la tête sur l'idée du bon moment pour parler à mes parents, les bonnes paroles : c'est venu tout seul, le jour où je me fichais de quelles paroles j'allais dire, où tout ce qui comptait pour moi, c'était de lever le non dit.
Ma mère n'en parle guère spontanément depuis, mais au moins, elle sait ; et moi, je au moins mis cette souffrance de coté, à gérer ce non dit...

Peut être qu'il est encore trop tot pour vous pour lui parler, mais peut être que parler avec d'autres personnes vous feraient avancer : à Contact ou ailleurs...

Est-ce que vos soeurs, et vos amis en reparlent avec vous ?

Lolo
Messages : 22
Inscription : 27 oct. 2009 18:11
Localisation : Nemours

Message par Lolo » 10 juin 2011 00:01

Effectivement, je n'en ai pas reparlé avec quiconque depuis que je leur ai fait mon coming out. Avec votre question, je me demande bien pourquoi je n'en ai pas reparlé... Car maintenant que j'y pense, je ressens le besoin de m'exprimer. Je ne sais pas quoi dire, quoi exprimer comme choses, mais l'envie est là.
En ce qui concerne les autres, je suis un peu "décontenancé". Bon d'accord, il m'accepte comme je suis sans problèmes... mais ils n'ont jamais posé de questions, jamais dialogués avec moi !!! Je sais que je ne peux pas être dans leurs têtes, mais je sais qu'avec cette nouvelle ils n'ont pas été complètement indifférents, qu'ils ont eu d'autres réactions depuis que je leurs ai annoncé que j'étais gay !!! Mais je n'ai jamais eu de retour, pas même un "tu es sûr ?". Et en même temps, je ne veux pas les saouler avec ma vie de gay (car je suis beaucoup l'info gay et je suis accro aux films de culture gay, dont mon préféré est évidemment "Prayers for Bobby").

J'avais un pote gay avec qui je parlais souvent, mais plus trop maintenant, et je me suis rendu compte que nos conversations tournaient toujours dans ce genre de futilités : "Tu a vu le film Harvey Milk ? Ou Transamérica ?"... "Oh non, il est trop beau mais hétéro"... du superficiel, et il y a autres choses dans la vie. Bref, je m'égare.

En fait mon problème c'est que je réfléchis trop et ne me "laisse pas aller". J'ai réalisé il y a peu que depuis trop longtemps j'intellectualisais tout et intériorisais mes sentiments, jusqu'à ne plus rien ressentir du tout, jusqu'à l'indifférence complète (pour illustrer, je me ferais insulter, je dirais "tu penses ça de moi ? Ok" et je continuerais ma vie. Sans jamais avoir un soupçon de colère, ou de fierté qui pourrait me faire réagir et lui mettre un poing sur la gueule.".
Ce manque de réaction émotionnelle serait je pense, ce qui me manque pour vraiment m'assumer devant ma mère, et tout le reste du monde.

A quand est la prochaine réunion ouverte ?

bikounet38

Message par bikounet38 » 10 juin 2011 17:38

Prochaine Réunion ouverte
Samedi 18 juin 2011 à 16h00 à Paris (merci d'arriver un peu en avance pour ne pas perturber la réunion une fois qu'elle a commencé).
Le lieu : Au local de CONTACT Paris—Île-de-France, 84 rue Saint-Martin, 75004 Paris
Inscrivez-vous par mail à idf@asso-contact.org ou auprès du secrétariat au 01 44 54 04 70.
La réunion suivante sera le mercredi 6 juillet à 18h30 à Paris

bikounet38

Message par bikounet38 » 10 juin 2011 17:41

En fait mon problème c'est que je réfléchis trop et ne me "laisse pas aller". J'ai réalisé il y a peu que depuis trop longtemps j'intellectualisais tout et intériorisais mes sentiments, jusqu'à ne plus rien ressentir du tout, jusqu'à l'indifférence complète (pour illustrer, je me ferais insulter, je dirais "tu penses ça de moi ? Ok" et je continuerais ma vie. Sans jamais avoir un soupçon de colère, ou de fierté qui pourrait me faire réagir et lui mettre un poing sur la gueule.".
Ce manque de réaction émotionnelle serait je pense, ce qui me manque pour vraiment m'assumer devant ma mère, et tout le reste du monde.
Je ne sais pas si ce que vous décrivez est si négatif que cela : d'une certaine façon, çà vous aide à vous protéger...

Le plus important, semble-t-il, est de vous occuper de vous, de vous centrer sur vos besoins et désirs...

Le reste viendra par la suite !

Lolo
Messages : 22
Inscription : 27 oct. 2009 18:11
Localisation : Nemours

Message par Lolo » 27 juin 2012 23:17

Bonjour à tous !
Je vais finir mon témoignage ici, car j'ai finalement fait mon coming-out à ma mère il y a quelques mois.
Nous étions dans la voiture, sur un long trajet, seuls. J'avais préparé un CD de mes chansons préférés pour me détendre. J'avais choisi une musique spécifique ou je me suis dis "c'est sur celle là que tu lui diras, pas d'autres choix !". C'était elle qui conduisait. Je lui ai dit:
-Maman. Je suis gay.
Elle me jette un coup d'oeil.
-Quoi, tu es gai ?
-Non, je suis gay, gay. (A l'oreille, ça sonne mieux)
-Et tu me dis ça pendant que je conduis ?
-Oui.
Sur le coup, je me suis senti soulagé et je souriais comme un idiot sans pouvoir me contenir. Ensuite, nous avons un peu parlé, mais la conversation à vite dévié sur autre chose. Elle m'a dit au début qu'elle était surprise, mais que finalement, elle s'en doutait un peu.
Finalement, tout s'est bien passé. Mais je reste un peu "insatisfait" de la conversation que nous avons eu. J'ai l'impression que tout n'a pas été dit, qu'il reste des choses à expliquer, mais je ne sais pas quoi. Et je me vois mal recommencer à parler de mon homosexualité sans savoir de quoi parler.

Steph
Messages : 197
Inscription : 29 juil. 2007 12:00
Localisation : Grenoble (Isère)

Message par Steph » 30 juin 2012 10:32

Salut Lolo :)

J'ai parlé de mon homosexualité à ma mère à peu près au même âge que toi et sa réaction a été quasiment la même. Elle est allé voir le psy que je voyais à cette époque et ça l'a sans doute aidé.
J'ai 45 ans et nous n'avons jamais eu de grandes discussions depuis. Moi même, je n'en voyais pas trop l'utilité. Ces derniers temps, j'ai abordé des sujets de fond. Par exemple, le fait que, même si ma vie n'a pas été simple, pour rien au monde je ne regrette d'être gay (...).
J'ai commandé récemment des brochures de Contact dont j'avais juste consulté les versions PDF et je lui ai remis 2 brochures :

http://www.asso-contact.org/38/document/brochures.html

Je trouve qu'elles sont très bien ces brochures (en plus c'est un format pocket, donc assez discret). Faute de lui parler d'expériences que tu n'as pas encore eu, peut-être que ces brochures pourraient l'aider.

Voilà, c'était juste une petite idée au passage ^^.

Mine de rien, tu as fait un bon bout de chemin depuis ton inscription sur le forum ;).

Lolo
Messages : 22
Inscription : 27 oct. 2009 18:11
Localisation : Nemours

Message par Lolo » 30 juin 2012 15:46

Salut Steph !

Au jour d'aujourd'hui, à ce moment précis, je n'ai plus l'envie de reparler de mon homosexualité avec ma mère. C'est juste une envie qui me prend de temps en temps. Et si ça me revient, je prendrai une brochure.

Que veux-tu dire par "expériences que je n'ai pas encore eu" ? Pour tout dire, la seule expérience que je n'ai pas encore eu, c'est la relation sentimentale ^^ (Triste hein...)

Ca doit faire quoi, 3 ans que je suis sur le forum ? J'ai enfin accompli ce chemin qui me semblait impossible à l'époque. Finalement, je l'ai fait. A mon rythme, mais fait quand même. C'est pour ça que je dis à ceux qui liront mon témoignage jusqu'au bout: Ne désespérez pas, vous y arriverez avec du temps et du courage !
Maintenant, je dois me battre sur d'autres champs de bataille: la vie active et le futur. Souhaitez moi bonne chance...

Répondre