- Je viens de découvrir le secret de mon fils : il est homo

Exprimez vous ici, nos échanges d'expérience peuvent parfois faire avancer les choses...

Modérateur : Contact - Equipe de modération

niga
Messages : 13
Inscription : 13 oct. 2008 11:34
Localisation : saint nazaire

Message par niga » 07 mai 2009 10:31

bonjour Azalée,
je me suis reconnue complètement dans ton post . je ne regrette qu'une chose, que tu ne sois pas près de Caen.J'ai besoin de rencontrer physiquement une maman comme moi. Au téléphone je n'y arriverai pas à part pleurer. Moi aussi j'ai un seul fils, lui aussi a laissé traîner des choses mine de rien depui 10 mois. J'ai acheté des bouquins sur l'homosexualité, je fais mon chemin? C'est dur à dire. Mon mari m'interdit d'en parler à qui que ce soit. Pour mon fils ça a l'air tellement normal alors que pour nous à notre époque, on se serait bien évidemment interdit cela, la vie était déjà suffisamment dure pour nos parents. J'étouffe, je pleure partout, j'ai peur pour lui de la vie si compliquée qui l'attend. Et moi, je suis comme drainée de tout espoir de bonheur futur,il va falloir convaincre la famille de l'accepter, faire semblant pour qu'il ne soit pas triste et puisse vivre sa vie. Je lui parlerai quand je serai sortie de cette période noire si cela arrive un jour.

Azalée
Messages : 35
Inscription : 27 avr. 2009 10:41
Localisation : BREST

Re: un secret lourd à partager...

Message par Azalée » 07 mai 2009 10:39

Andrée a écrit :Bonsoir Azalée..
Je viens de lire votre message et toutes les réponses, j'y ajoute mon expérience personnelle.
Notre fils ainé à 31 ans, nous avons appris son homosexualité il y a maintenant presque 2 ans.
Et nous l'avons appris, nous ses parents, "accidentellement".
Ses deux oncles étaient au courant... (l'un deux est aussi homo")
Un jour de 1er Janvier, alors que nous étions absents, nous avons appris par téléphone que l'un de ses oncles avait eu la "visite de mon fils, qui était par hasard dans la région, mais pas seul...) Et voilà, le dialogue :
Oui il est venu avec "un copain"...
Et là je ne sais pas pourquoi... j'ai compris que toutes mes peurs, mes questions, mes angoissses, que j'avais refusées jusqu'à présent étaient bien réelles... que de surcroît le reste de la famille était au courant...
Et bien j'ai foncé dans le tas (pardonnez moi cette expression :?: )
Et le lendemain à notre retour, nous avons eu une discussion... Je pense que l'attitude de mon fils n'était pas anodine.. Il taisait sa vie depuis 6 ans..
et ne savait pas comment nous la révéler... Je ne peux bien évidemment pas affirmer que les "oublis" de votre fils sont prémédités, mais pourtant, lorsqu'on veut cacher... on cache bien... Alors...
Pas de conseils à donner, simplement celui de discuter avec d'autres parents, parler peut être de l'assoc, lui tendre des perches, pour qu'il puisse aller plus loin que cet "oubli"...

"bonjour Andrée, ce que vous me dites me bouleverse ; cela doit être absolument frustrant de savoir que d'autres personnes de la famille sont dèjà au courant.
Concernant les oublis de mon fils, je ne sais pas. Je reste persuadée que c'est involontaire, mais cela me fait penser à un autre secret que j'ai découvert il y a plus d'un an ; rien à voir me direz vous mais il demande réflexion quant à sa discrétion : mon fils suit un traitement d'entretien contre l'asthme, et il sait très bien qu'il ne doit pas fumer ; je lui ai assez répété et dit que j'étais contente qu'il ne fume pas ; et bien j'ai trouvé dans la première pochette de son sac de classe un paquet de cigarettes et des briquets dans son blouson ; il sait très bien que cela me ferait trop de peine de le savoir, alors il se cache mais pas vraiment non plus. Alors est-il vraiment étourdi ?"

courage...
Amitiés.
ANDREE.
Un lourd secret !

Azalée
Messages : 35
Inscription : 27 avr. 2009 10:41
Localisation : BREST

Message par Azalée » 07 mai 2009 10:45

bikounet38 a écrit :
"Oui, mais comment voulez-vous que je lui en parle ? Je ne peux pas".
Chacun va à son rythme, autant vous, que votre enfant.

Peut être en parler au téléphone avec les bénévoles d'une association Contact serait une aide pour vous : verbaliser ce que vous ressentez, sans être jugée...
"oui, j'ai tjs la liste sur moi avec les horaires, mais comme il est plus confortable d'appeler avec mon fixe de chez moi car j'ai un forfait illimité, j'attends d'être seule ; mon fils est tjs à la maison à ces heures"
Un lourd secret !

Azalée
Messages : 35
Inscription : 27 avr. 2009 10:41
Localisation : BREST

Message par Azalée » 07 mai 2009 10:50

joe a écrit :Bonjour,
Nous découvrons son coté "féminin" qui était bien caché, et au début c'est difficile...
"Pouvez-vous m'en dire plus sur les côtés féminins ? Parce que certains garçons ne laissent rien paraître. Je pense que, une fois l'homosexualité révélée, il n'y a plus de raison de le cacher ?"
Un lourd secret !

Azalée
Messages : 35
Inscription : 27 avr. 2009 10:41
Localisation : BREST

Message par Azalée » 07 mai 2009 11:12

niga a écrit :bonjour Azalée,
je me suis reconnue complètement dans ton post . je ne regrette qu'une chose, que tu ne sois pas près de Caen.J'ai besoin de rencontrer physiquement une maman comme moi. Au téléphone je n'y arriverai pas à part pleurer. Moi aussi j'ai un seul fils, lui aussi a laissé traîner des choses mine de rien depui 10 mois. J'ai acheté des bouquins sur l'homosexualité, je fais mon chemin? C'est dur à dire. Mon mari m'interdit d'en parler à qui que ce soit. Pour mon fils ça a l'air tellement normal alors que pour nous à notre époque, on se serait bien évidemment interdit cela, la vie était déjà suffisamment dure pour nos parents. J'étouffe, je pleure partout, j'ai peur pour lui de la vie si compliquée qui l'attend. Et moi, je suis comme drainée de tout espoir de bonheur futur,il va falloir convaincre la famille de l'accepter, faire semblant pour qu'il ne soit pas triste et puisse vivre sa vie. Je lui parlerai quand je serai sortie de cette période noire si cela arrive un jour.
"Apparemment, d'après ce que je comprends, ton fils ne sait pas que ce que vous avez découvert, avec ton mari ?

Je me sens assez forte, extraordinairement, malgré ce secret, car comme je le répète souvent, l'amour pour mon fils est + fort que tout, et que toutes les personnes.
Je ne suis pas d'accord avec toi qd tu dis qu'il va falloir faire semblant, mais faire semblant de quoi ? On ne fait pas semblant de vivre sa vie, on la vit le mieux possible. Je pense que ton chemin va être plus difficile que le mien, car tu es très sensible au 'quand dira t-on' ; en ce qui me concerne, je me concentre sur mon fils et notre vie commune, et les centres d'intérêts se déplaceront vers ceux qui sont les plus appropriés à nos vies ; je cherche à rencontrer aussi des mamans en face à face.:) "
Un lourd secret !

bikounet38

Message par bikounet38 » 07 mai 2009 12:38

Chaque vécu ou ressenti est différent : nous sommes tous des êtres uniques, donc chacun avance à son rythme, avec son passé, ses doutes et ses attentes.

J'ai souvent entendu des parents d'homos me dirent qu'en parler autour d'eux avait été une étape supplémentaire. Je pense qu'en avoir parler avec son conjoint, ou toute personne proche non jugeante, est un point d'appui.

Quand on a dépassé le moment de stupeur, je pense qu'on arrive à en parler avec d'autres personnes moins proches, sans en être affecté autant qu'avant.

Azalée
Messages : 35
Inscription : 27 avr. 2009 10:41
Localisation : BREST

Message par Azalée » 07 mai 2009 14:44

bikounet38 a écrit :Chaque vécu ou ressenti est différent : nous sommes tous des êtres uniques, donc chacun avance à son rythme, avec son passé, ses doutes et ses attentes.

J'ai souvent entendu des parents d'homos me dirent qu'en parler autour d'eux avait été une étape supplémentaire. Je pense qu'en avoir parler avec son conjoint, ou toute personne proche non jugeante, est un point d'appui.

Quand on a dépassé le moment de stupeur, je pense qu'on arrive à en parler avec d'autres personnes moins proches, sans en être affecté autant qu'avant.
"C'est tt à fait vrai Bikounet ! J'arrive depuis hier à répondre à certains parents sur ce site, alors que je n'arrive pas moi même à réaliser ce qui se passe chez moi ; c'est déjà un premier pas ; Je vais mieux que la semaine dernière car j'ai passé, comme vous le dites, le stade de la stupeur, et j'arrive à vaquer à mes occupations professionnelles et loisirs ; mais attention, il se passe une chose importante en moi ; actuellement mon fils reste à la maison, week end compris, il n'a, apparemment pas de relation, d'après ce que je sais, mais, dès qu'il va redormir ailleurs une nuit, je vais avoir peur, car je vais imaginer qu'il est avec un garçon, et je vais peut être commencer à réaliser."
Un lourd secret !

joe
Messages : 35
Inscription : 18 févr. 2008 19:13
Localisation : sarthe

Message par joe » 09 mai 2009 12:26

bonjour Azalée
Le côté féminin de mon fils:
Mon fils ressemble à tous les garçons de son age, et il n'est absolument pas éféminé.
Il fait de longues études et il est passionné par ce qu'il fait. De temps en temps il nous explique et maintenant je vois quelques petites "manies" que je ne voyais pas avant... (mais c'est peut-être que dans ma tête?).
Au début c'était difficile et maintenant celà fait parti de lui et je l'aime comme il est.
je ne pense pas qu'il a changé depuis que l'on sait. Je pense que c'est mon regard qui a changé.

bikounet38

Message par bikounet38 » 10 mai 2009 20:34

Je crois que les jeunes des années 2000 sont assez différents : en ce sens, qu'ils assument plus leur part de féminité, sans que çà implique forcément une orientation sexuelle et affective tournée vers les garçons...

Je pense que ce sont deux choses différents : il existe autant d'homos éfféminés, que d'hétéros éfféminés ; tout comme il existe des homos très virils ;-)

Chaque être humain est unique ; et des "manières" n'implique pas à chaque fois une homosexualité.

Elisa
Messages : 20
Inscription : 28 déc. 2007 15:13

Message par Elisa » 10 mai 2009 21:06

bonsoir,

Voila un moment que je n'etais pas venue sur le site. Je decouvre votre message et je trouve que nous nous sommes trouvées toutes les deux dans le même cas. je m'explique, j'ai fait une chose effroyable j'ai lu sur le portable de mon fils les messages qu'on lui avait envoyé? c'est là que j'ai appris.... Le sentiment de honte que j'ai eu car j'avais trahi la confiance que mon fils avait mis en moi, et d'apprendre en meme temps son homosexualité. j'ai pleuré, beaucoup pleuré et puis j'ai décidé que ma trahison devait s'arreter immédiatement J'avais peur de sa réaction mais je voulais savoir la vérité et la vie qu'"il menait.
Donc j'ai pu avec beaucoup de courage et d'aprehension lui poser les questions mais en faisant attention à la manière de le faire ( comme vous fils unique et je le pensai introverti). et bien curieusement il a eu une réaction de soulagement car enfin je savais.
Nos relations sont devenues encore meilleures qu'elles étaient auparavant.
J'ai fait la démarche de connaitre son ami, de l'aimer comme un deuxième fils.çà fait 18 mois maintenant que je le sais et je peux vous dire que j'ai vu mon fils changer, il est heureux, j'ose dire même épanoui, il vit partiellement avec son ami et je participe à leur vie. Bien sur je ne veux pas vous dire que c'était ce que je prévoyais pour l'avenir de mon fisl; je me voyais grand mère et bien tant pis je le serai jamais mais il arrive un moment dans sa vie de profiter des moments de bonheur que l'on peut avoir. De voir mon fils heureux n'est il le plus grand bonheur que je puisse avoir ?
j'espère que mon témoignage vous aidera; contact m'a apporté toute la sérénité et le confort moral que je n'avais pas. donc n'hesitez à les contacter et Si vous voulez en repartler volontiers, je suis à votre disposition
A bientôt

Elisa
e
c'est avant tout pour remercier les bénévoles qui m'ont aidé.....

Azalée
Messages : 35
Inscription : 27 avr. 2009 10:41
Localisation : BREST

Message par Azalée » 11 mai 2009 09:29

Elisa a écrit :bonsoir,

"Donc j'ai pu avec beaucoup de courage et d'aprehension lui poser les questions mais en faisant attention à la manière de le faire ( comme vous fils unique et je le pensai introverti). et bien curieusement il a eu une réaction de soulagement car enfin je savais"
"Bonjour Elisa et merci pour votre témoignage qui me dit que je ne suis pas la seule à avoir voulu en savoir plus sur son fils, par des moyens détournés"
"Je ne sais pas comment faire pour entrer dans le vif du sujet avec mon fils ; c'est vrai que même si cela fait environ 3 semaines que je l'ai appris, et que le moment d'abattement et de pleurs est passé, je ressens une grande tristesse en sa présence, et je l'observe, j'ai même l'impression de le regarder de travers, avec insistance ; et parfois il me dit 'mais arrête'"
Un lourd secret !

Elisa
Messages : 20
Inscription : 28 déc. 2007 15:13

Message par Elisa » 11 mai 2009 18:54

bonjour,
je n'ai pas de conseil à vous donner mais je peux parler de mon expérience. Cependant je peux vous affirmer que votre fils a le droit de savoir pourquoi vous êtes triste et la manière dont vous le regardez. votre fils sera soulagé que vous en parliez ensemble. Mon fils m'a dit plusieurs fois qu'il avait besoin de le dire mais ne trouvait jamais le bon moment, il voulait ne plus mentir et surtout d'avoir la compréhension déjà de sa propre famille. le secret est parfois dur à porter et ils ont assez de choses à gérer et notre rôle en tant que parent c'est de les aimer, de les aider et surtout de ne pas les juger.Et puis si vous arrivez à discuter avec votre fils, cela voudra dire qu'il a pu franchir un cap et vivre sans vie.
Le conseil que je je permets de vous donner allez dans un groupe de paroles ( je ne sais pas si vous avez une antenne dans votre région ) car vous serez en contact avec d'autres parents mais aussi avec des homos. Et là les choses se décanteront d'elles même ( çà était mon cas )
courage a vous, et peut-être à bientot
c'est avant tout pour remercier les bénévoles qui m'ont aidé.....

Azalée
Messages : 35
Inscription : 27 avr. 2009 10:41
Localisation : BREST

Message par Azalée » 12 mai 2009 09:22

Elisa a écrit :bonjour,
"Cependant je peux vous affirmer que votre fils a le droit de savoir pourquoi vous êtes triste et la manière dont vous le regardez.
"Je suis triste mais je ne lui montre pas"
le secret est parfois dur à porter et ils ont assez de choses à gérer et notre rôle en tant que parent c'est de les aimer, de les aider et surtout de ne pas les juger
"C'est vrai ; une chose est sûre est que si un jour il veut me le révéler, je serai déjà préparée et je ne vais pas m'effondrer. Mais je pense que tant qu'il n'aura pas quelqu'un de stable dans sa vie, il ne me dira rien ; il ne va pas me parler de ses recherches d'un mec actuellement"
Le conseil que je je permets de vous donner allez dans un groupe de paroles ( je ne sais pas si vous avez une antenne dans votre région ) car vous serez en contact avec d'autres parents mais aussi avec des homos. Et là les choses se décanteront d'elles même ( çà était mon cas)
courage a vous, et peut-être à bientot
"C'est actuellement ce que je recherche mais dans ma ville, il n'y pas de groupe de paroles (à ma connaissance). Merci"
Un lourd secret !

bikounet38

Message par bikounet38 » 12 mai 2009 17:53

Bonsoir.

Je peux juste vous dire que pouvoir en parler à ses parents, même si on n'est pas en couple, çà fait du bien : çà fait d'autant moins d'énergie monopolisé pour ne pas se trahir.

J'ai longtemps cru que je devais attendre d'être en couple stable pour en parler à mes parents ; j'ai même échaffaudé les meilleurs scenari possibles ; çà m'a bouffé pendant des années !

Pour vous, vous avez surement besoin d'en parler. Si l'association Contact la plus proche est trop loin, je vous conseille d'appeler n'importe laquelle des associations de France.
Certaines ont des permanents, comme Toulouse, et vous pourrez peut être même discuter avec quelqu'un en dehors des permanences. Au pire, vous pouvez laisser un message avec vos heures où on peut vous joindre.

D'autres ont vécu la même chose, alors n'hésitez pas à faire appel à Contact.
Même si vous n'arrivez pas à parler, ou que vous pleurez, personne ne vous jugera, et je vous assure que bon nombre de mamans m'ont dit que rien que çà, çà leur avait apporté quelque chose.

julien1904
Messages : 389
Inscription : 15 juil. 2008 15:29
Localisation : Lyon/Villeurbanne

Message par julien1904 » 12 mai 2009 21:37

bonsoir,

je suis tout à fait d'accord avec ce qu'a dit mon ami bikounet. Parfois on se prend vraiment trop la tête pour savoir quand il faut en parler à nos parents. Mais c'est vrai que lorsque j'étais ados, j'avais pas envie de leur dire, c'était mon secret à moi !
Mais avec le temps je suis passé du sentiment de "je vous cache quelque chose et c'est moi qui décide" à celui de ne plus vouloir se cacher pour partager ma vie avec eux !

Quand à ce que dit bikounet sur les appels que peuvent faire ou dire les mamans à un bénévole de l'association cela peut aller des sanglots qui peuvent être libérateurs car nous les accueillons et nous ne les jugeons pas, nous comprenons que ce qu'elles ont à nous dire peut les faire pleurer. parfois c'est tout simplement dire qu'on comprend la peine qui s'exprime en elles, ou la difficulté qu'elles auront à surmonter.
les réactions peuvent être de toutes sortes mais aucuns ou aucunes bénévoles de contact ne jugera la personne qui appelle.

n'hésitez pas à téléphoner, la semaine est quasiment couverte par des écoutes tous les jours du lundi au samedi de tôt le matin à tard le soir.

bon courage
Julien
Julien, Animateur socioculturel et en sciences de l'éducation

Répondre