- Gay besoin d'aide : situation familiale tendue

Exprimez vous ici, nos échanges d'expérience peuvent parfois faire avancer les choses...

Modérateur : Contact - Equipe de modération

greg
Messages : 6
Inscription : 23 mai 2008 15:58

- Gay besoin d'aide : situation familiale tendue

Message par greg » 23 mai 2008 16:39

Bonjour à tous,

Je me présente, je m'appelle Grégory j'habite Lyon et j'ai 23ans.


Comme le post l'indique, je suis Gay et ma vie est un véritable enfer :cry:

En effet, il y a environ 4 ans, les amis proches que j'avais ainsi que ma soeur et ma mère ont découvert (ou se sont mis à avoir de gros doutes sur) mon homosexualité.


Malheureusement, leurs réactions furent quelque peu décevantes.
Ils ne m'ont jamais dit ouvertement qu'ils savaient que j'étais homo mais les allusions et critiques homophobes ne se firent pas attendre :

_ en regardant une série américaine mettant en scène un Gay: " Ahhhhhh !! c'est dégueu!! Ca m'dégoute !! ..."

_ mes amis débarquant à la maison sans même prendre le temps de dire bonjour : " Qu'est ce que tu penses du mariage homo toi ?"
" C'est quand même pas naturel, les hommes et les
femmes sont faits pour ..." et blablabla

Au fur et à mesure des différentes critiques et allusions qui m'ont martelées pendant près de 6 mois j'ai finalement décidé de couper les ponts avec toutes ces personnes qui ne m'avaient à aucun moment soutenu par une quelconque parole réconfortante dont j'avais besoin à ce moment là.

Depuis ce jour là je vis reclus comme un hermite ne voyant plus personne et étant devenu complètement agoraphobe. Je souffre d'avoir perdu contact avec l'exterieur mais l'angoisse qui m'habite quotidiennement m'empêche de vivre librement.

Je n'ai encore jamais avoué mon homosexualité à quiconque, seuls les soupçons de la famille restent. Et les "alors quand est ce que tu vas te décider à sortir d'ici et aller niquer des gonzesses !!??" de ma mère ne m'aide pas vraiment à aller mieux.
Un peu comme un voile que tout mon entourage se met pour éviter d'admettre que "j'en suis".

Je souffre terriblement de ma solitude et de l'incompréhension et du manque de soutien que je reçois.

Au chômage depuis maintenant quelques mois j'ai décidé de commencer à voir un psychiatre (secrètement bien sûr :s).
J'aimerais également rencontrer des gens qui sont ou ont été dans une situation similaire et qui pourrais me redonner espoir.
C'est donc pour cela que je me tourne vers votre association.

Dans l'attente de réponses, je garde un peu espoir.


Greg

ps : dsl pas posté dans la bonne section :?

bikounet38

Message par bikounet38 » 23 mai 2008 19:21

Bonsoir Greg.

N'hésites pas à contacter l'association Contact de Lyon :
CONTACT Lyon (future CONTACT Rhône)
69c avenue René Cassin
69009 LYON
www.asso-contact.org/69
Tél:04 72 20 08 01
Tu n'es pas le seul à ressentir des difficultés ; n'hésites pas, Contact est là pour çà.

Aucun ami, ou membre de ta famille, ne te parait apte à simplement t'écouter ? Ca aide parfois, un appui dans sa famille...

greg
Messages : 6
Inscription : 23 mai 2008 15:58

Message par greg » 23 mai 2008 20:17

Bonsoir Bikounet38,

tout d'abord merci pour les liens, ayant vraiment envie de m'en sortir je ne manquerais pas de contacter l'assoce.

Ensuite, pour répondre à ta question, je n'ai malheureusement personne à qui en parler, ce qui rend les choses de plus en plus lourdes à porter.
En effet, les seuls amis que j'avais m'ont tout bonnement rejeté et les membres de ma famille, avec lesquels je ne suis pas très proche, ont un avis plutôt négatif sur l'homosexualité en plus de faire comme si tout était normal en ne manquant jamais de me reprocher mon enfermement.

J'espère donc rencontrer une/des personnes ayant eu une expérience similaire pour m'apporter leurs conseils.


Cordialement, Greg

Nico
Messages : 28
Inscription : 11 mai 2008 14:06
Localisation : Nice

Message par Nico » 23 mai 2008 23:08

bonsoir greg.
En ce qui me concerne pour ma famille il n'y a pas eu de veritable problèmes. Cependant ma soeur aussi tenait des propos assez dur concernant les homosexuel(le)s et était désireuse de me "caser" avec une fille! Hé ben pourtant quand je lui ai dit elle l'a très bien pris et elle a avouer critiquer les gays sans savoir. Je te dis ça parce que les opinions des gens changent en fonction de comment ils sont concernés.
En tout cas je te souhaite bonne chance ;)
Nico

angie
Messages : 9
Inscription : 13 mars 2008 23:38

Message par angie » 24 mai 2008 11:37

Bonjour Greg,

Est ce que tu es vraiment sûr que tes proches "savent" ton homosexualité et que leurs remarques sur la question gay sont des attaques masquées envers toi ?

Je te dis ca parce qu'à te lire, j'ai de vieux souvenirs qui remontent en moi et que j'ai envie de partager avec toi...

Pendant longtemps, alors que je ne parlais jamais de mon homosexualité, j'étais sure que mes proches se doutaient "forcément" de quelque chose et du coup j'étais rentrée dans une espece de paranoia ou je surinterprétais tout ce qu'ils pouvaient dire sur l'homosexualité : à chaque fois je me demandais si c'était une allusion envers moi. J'essayais aussi toujours d'extrapoler leurs opinions générales sur la question pour en déduire la réaction qu'ils auraient si je leur faisais mon coming out.

Apres coup, j'ai découvert :
- que, parmi mes proches, personne ne se doutait de mon homosexualité
- que je les avais vraiment sous estimés en imaginant des attaques sournoises de leur part : s'ils avaient eu des doutes, ils ne se seraient pas "amusés" à me faire du mal gratuitement.
- que les gens peuvent avoir des opinions générales "dures" sur la question homosexuelle et être extrêmement ouverts et doux dans une relation de personne à personne
-que , meme si ca me gene parfois, les gens ont bien le droit de parler de l'homosexualité... Nous parlons tous (plus ou moins bien) d'un tas de sujets qui ne nous concernent pas directement, avec des intentions diverses et parfois floues.

Tant que j'étais dans la violence d'un tabou intérieur, que je refusais absolument de parler à qui que ce soit, je vivais avec l'angoisse que ca se voit, que ca se sache. Je ne supportais physiquement pas qu'on parle d'homosexualité devant moi, quel que soit le ton. J'avais l'impression que le moindre de mes faits et gestes pouvait me trahir. Mais à partir du moment où j'ai commencé à lâcher du lest à l'intérieur, puis à en parler à l'extérieur, tout cela s'est dénoué, je me suis rendue compte que je n'étais pas "estampillée" et que les autres nous laissent bien plus libre que ce qu'on peut croire quand on est mal.

En tout cas, je te souhaite bonne chance sur ta route.

Mirica
Messages : 368
Inscription : 01 nov. 2006 22:46
Localisation : ESSONNE

Message par Mirica » 27 mai 2008 18:07

Bonsoir greg,

peut être qu'ils font ces remarques pour te pousser à leur dire, pour voir ta reaction ?
Mais tu sais, moi et mon mari, avons déjà eu des propos pas très cool envers les homos, mais c'était à cause de notre ignorance ..
Je croyais que c'était un choix de vie de leur part, donc je disais toujours "ils font ce qu'ils veulent mais bon je trouve cela "bizarre"
et puis, quand mon fils me l'a dit, je me suis remise en question ... pour comprendre que je me faisais vraiment de fausses idées.

bonne soirée;
Christine, Écoutante Bénévole Contact Paris IDF

greg
Messages : 6
Inscription : 23 mai 2008 15:58

Message par greg » 05 juin 2008 18:31

Bonsoir et merci à tous d'avoir répondu (en partie) à mes questionnements.

Pour être franc je dirais que je suis presque sûr à 100% que mon entourage est au courant/se doute fortement de mon homosexualité.

En effet, à l'adolescence j'étais un jeune très souriant toujours à sortir à droite à gauche avec les copains. Et puis depuis le jour où mes "amis" se sont mis à me faire toutes sortes de réflexions sur l'homosexualité (et ce peut être dans le but que je leur avoue la mienne) mais d'une manière assez négative : cf les insinuations à répétition et les attaques masquées;
je me suis tout simplement renfermé sur moi et j'ai depuis beaucoup de mal à faire confiance aux autres .

Franchement, un renfermemt tel que je ne sors plus de chez moi, le visage qui pâlit à chaque allusion homo, à chaque coup d'oeil qu'on me lance dès qu'un sujet gay s'annonce,... bref tous ces signes qui ne mentent pas et qui leur ont sans doute fait comprendre. Peut être que ma famille attend simplement que je me révèle, et agit comme si de rien n'était ? En tout cas ça ne m'aide pas, et je ne me sens pas la force tout seul, sans des amis pour m'épauler, de leur annoncer :(


Je ne pense pas m'être fait des idées sur l'attitude générale de mes amis et de ma famille. J'ai été très déçu et je garde aujourd'hui un goût amer.

J'aurais tellement voulu entendre : "écoutes, tu n'as pas besoin de dire quoique soit, on sait que tu es homo/gay/pd (rayer la mention inutile) et même si ce sera pas évident à gérer on t'aime comme tu es" ou un truc dans le genre.

Et même si je souffre à en vouloir n'être jamais venu au monde, je garde un petit peu espoir en lisant vos témoignages.

Merci à tous ;)

Chuflay
Messages : 35
Inscription : 12 janv. 2008 09:57
Localisation : Marseille

Message par Chuflay » 05 juin 2008 21:18

Bonsoir Greg,

Je suis attristée de lire ton témoignage :( Le soutien des proches est tellement important.

Je n'ai peut être pas bien compris. Comment tes proches ont -ils su que tu étais gay ? Qu'est ce qui te fait penser cela ?

Je trouve très bien que tu participes à ce forum, que tu veuilles contacter l'association et que tu consultes un médecin. Tout ça ne peut être que positif et t'aider à sortir de cette solitude. Nous avons tous besoin des uns et des autres.

Greg ne m'en veut pas et ne prend pas mal ce que je vais écrire. C'est une réflexion que je me suis souvent faite : "Comment les proches (famille et amis) peuvent -ils nous donner des paroles réconfortantes, tant attendues, si ils ne savent pas pourquoi on est mal ? ".

J'ai, également, eu l'impression que mes proches le savaient et secrètement, j'attendais de leurs parts qu'ils fassent le premier pas. Je pensais que si ils me posaient directement la question, je leur aurais répondu : "effectivement, j'ai une attirance pour les femmes" ou peut être que je me serais dégonflée en le niant.

Tout ça n'est pas simple. Je te souhaite plein de courage et garde espoir. ;)
Chuflay

greg
Messages : 6
Inscription : 23 mai 2008 15:58

Message par greg » 06 juin 2008 13:44

Chuflay a écrit :Comment tes proches ont -ils su que tu étais gay ? Qu'est ce qui te fait penser cela ?

Bonsoir Chuflay, je ne sais pas vraiment comment ils l'ont su, peut être un site gay ou un chat gay dont j'aurais oublié d'effacer l'adresse/numéro et qu'ils soient tombé dessus par hasard, mais ça n'a pas de réelle importance à mes yeux de savoir comment ils l'ont su.

Le truc c'est que je le ressens. Je me suis posé 1000 fois la question de savoir si c'est pas moi qui délire, qui angoisse de trop à force de porter un secret aussi lourd pour au final être persuadé qu'ils sont au courant.
C'est viscéral et en même temps tellement évident dans les regards et les allusions.

Comment les proches (famille et amis) peuvent -ils nous donner des paroles réconfortantes, tant attendues, si ils ne savent pas pourquoi on est mal ?

Comme dit plus haut, m'avoir vu changer si radicalement, me voir abandonner mes études, mon travail, avoir coupé les ponts avec tous mes "amis", m'être renfermé sur moi même au point de ne plus pouvoir sortir de chez moi, et dégager en permanence une espèce d'aura de rage et de souffrance, ça ne peut que leur mettre la puce à l'oreille.
Je me dis qu'avec tous ces signes révélateurs ils ne peuvent que savoir que j'ai mal à l'âme, et en même temps je comprends leur impuissance.


P*tain de cercle vicieux !

bikounet38

Message par bikounet38 » 06 juin 2008 17:24

Comme dit plus haut, m'avoir vu changer si radicalement, me voir abandonner mes études, mon travail, avoir coupé les ponts avec tous mes "amis", m'être renfermé sur moi même au point de ne plus pouvoir sortir de chez moi, et dégager en permanence une espèce d'aura de rage et de souffrance, ça ne peut que leur mettre la puce à l'oreille.
Je me dis qu'avec tous ces signes révélateurs ils ne peuvent que savoir que j'ai mal à l'âme, et en même temps je comprends leur impuissance.
Peut être qu'ils ne savent pas comment t'en parler...
Ils peuvent avoir peur de te faire plus mal...

Tu n'as jamais dit, "çà va pas" ?
Même les choses les plus évidentes, on a besoin parfois qu'elles soient dites...

Chuflay
Messages : 35
Inscription : 12 janv. 2008 09:57
Localisation : Marseille

Message par Chuflay » 06 juin 2008 21:06

Greg,

Es tu prêt à leur dire pourquoi tu vas mal, ce que tu ressens ? D'après toi, sont-ils prêts à écouter, à recevoir ton malaise ?

Steph
Messages : 197
Inscription : 29 juil. 2007 12:00
Localisation : Grenoble (Isère)

Message par Steph » 14 juin 2008 13:50

Salut greg,

Je ne sais pas si tu as déserté ce forum où si tu y reviens de temps en temps ...
Personnellement, je n'ai pas envie de t'inviter à essayer de comprendre tes amis(es) homophobes mais plutôt d'aller à la rencontre de personnes qui ne le sont pas. C'est déjà assez dur de s'en prendre plein les dents, si en plus il faut aller comprendre les raisons qui poussent d'autres à être homophobes (ou racistes ... ).
Je crois personnellement qu'il y a dans la vie des personnes profondément ouvertes aux autres et d'autres qui ne le sont pas (ou "pas encore" pour faire plaisir aux bénévoles de CONTACT ... :mrgreen: ).

Je mets un peu à part à "la famille". Lorsque des parents aiment leurs enfants, ils les aiment tels qu'ils sont.
Je pense que c'est bien de pouvoir discuter de son homosexualité avec quelques personnes mais pour les autres, je ne vois pas vraiment l'intérêt.
Personnellement, les personnes hétéros que je fréquente, ça ne m'interesse pas beaucoup de savoir ce qu'ils font de leur vie privée et ça ne m'interesse pas non plus de parler de la mienne.
J'appartiens à la catégorie des "ours au fond de leur grotte" ...

Dans le cadre de mon boulot, dans la rue, je croise des gens supers sympas de tous âges, de toutes origines (...) et ceux là seuls m'intéressent ...

Au plaisir de te lire ...

"Steph"

greg
Messages : 6
Inscription : 23 mai 2008 15:58

Message par greg » 16 juin 2008 05:14

Sincèrement, merci à tous pour vos témoignages et/ou conseils.
Cela m'aide beaucoup à reprendre confiance en l'Homme et à avancer (sur le chemin du bonheur hein ;) )


J'ai d'ailleurs décidé de voir un psy pour démêler un peu les lianes de ma vie ( oO je me découvre même une âme de poète ^^) et aussitôt que le courage me porte je prendrais contact avec l'association, car j'ai l'impression que rencontrer des gens qui me ressemblent est une étape nécessaire à ma reconstruction.


Au plaisr de vous lire :-)

cam
Messages : 12
Inscription : 15 juin 2008 17:29

Message par cam » 16 juin 2008 11:47

Greg,
Je suis assez d'accord avec le message de Angie posté le 24 mai dernier. Pour l'avoir vécu, il est vrai que, quand le seul désir que l'on a, est de faire son coming out pour se libérer, et devenir libre de vivre et d'être ce que l'on est, cette obsession vire à la paranoïa.
Je me souviens parfaitement de cette phase plus que pénible à vivre. Moi aussi je vivais l'enfer des réflexions homophobes et encore aujourd'hui, alors que ça fait 7 ans que mon entourage est au courant, je dois de temps en temps remettre les choses au clair.
Un jour j'ai décidé de dire à ma meilleure amie que je suis homo, en me disant d'une part qu'elle ne pourrait pas me rejeter du fait de son statut d'amie et d'autre part que si ma famille devait me rejeter, elle serait là. J'avais à l'esprit, quand même, que je pouvais être complètement rejetée par les deux partis. Et au final, s'il avait fallu que ça se passe comme ça, je préférais courir ce risque, pour moi, et pour mon bien être.
Je lui ai écrit une lettre en lui déballant tout mon désespoir et cet enfer qui m'habitait. Pour en avoir discutée avec elle il n'y a pas longtemps, je sais que cette lettre l'a bouleversée, et qu'elle était à 10 000 lieues d'imaginer que je pouvais me sentir aussi mal "juste" parce que je suis homo.
Tout ça pour te dire que des fois les gens nous surprennent et surtout la famille. De toute façon, dis toi que, surtout pour ta famille proche, il leur faudra du temps pour qu'ils l'acceptent complètement. Mais je t'assure que ce dernier effort qui paraît insurmontable en vaut le coup et que rien n'est plus appréciable que la légèreté et la liberté qui en découlent.
L'idée d'aller vider ton sac chez un psy est une bonne idée je pense. Cela te permettra de te reconstruire et de retrouver la force d'affronter tout ça.
Surtout ne pas se décourager, et toujours penser que tu es loin d'être seul.
Bon courage, Greg

greg
Messages : 6
Inscription : 23 mai 2008 15:58

Message par greg » 16 juin 2008 15:54

@Cam : Merci de m'apporter (toi et d'autres plus haut dans leurs posts) une vision des choses différente de la mienne.

Peut être suis-je trop parano quant aux réactions de ma famille, mais le fait est que je suis gay sans le vivre et que je ne trouve pas la force de le leur annoncer.

En effet, si leurs réactions n'étaient au final pas celles que j'attendais (comme le fûrent celles de mes "amis" il y a de ça 4 ans) j'avoue que j'aurais sans doute beaucoup de mal à l'encaisser.


C'est pourquoi je vais en parler avec un psy qui m'aidera peut être, grâce à sa vision objective, à m'orienter vers le chemin à suivre. D'ailleurs mon 1er RDV a lieu dans 1/2 heure je ferais bien de me dépêcher :D


Je vous tiens au courant et vous remercie tous de m'avoir donné la force de faire ces démarches Ô combien pas évidentes.

Répondre