- Coming out - petit espoir ? l'envie de le dire enfin !

Exprimez vous ici, nos échanges d'expérience peuvent parfois faire avancer les choses...

Modérateur : Contact - Equipe de modération

Répondre
angie
Messages : 9
Inscription : 13 mars 2008 23:38

- Coming out - petit espoir ? l'envie de le dire enfin !

Message par angie »

BOnjour tout le monde

Tout à coup, plein de choses se bousculent en moi pour me pousser à dire mon homosexualité à mes parents :

- une souffrance aiguë, aussi forte que la vieille souffrance des premiers mois où j'ai découvert mon homosexualité il y a dix ans, celle qui me donnait l'impression d'étouffer, de mourir, et que je pensais avoir remisée dans un placard
- un accident il y a quinze jours, dont je sors presque indemne alors que le choc a été violent. J'en reviens avec l'idée que la vie me veut encore et plus vivante qu'avant. Et aussi l'impression très nette que seul l'amour compte... c'est en tout cas la dernière chose à gâcher...
- la réaction de mes parents à l'accident : ils ont été attristés, doux et aimants alors que je craignais un type de réaction angoissé, colérique, affolant qui leur est familier. Nos coups de fils ont eu lieu sur un terrain de dialogue plus libre et affectueux que d'habitude.
- le fait d'avoir encore un peu de vacances devant moi (j'ai besoin d'un énergie et d'une disponibilité incroyables pour affronter mon homosexualité...)
- une rencontre il y a quelques semaines. Il ne s'est absolument rien passé et je ne suis pas du tout convaincue qu'il se passe quelque chose un jour mais c'est la première fois que j'ai envisagé en un éclair la possibilité de construire un couple avec une femme
- les témoignages sur ce forum de julien et d'estelle qui racontent des coming out qui me font envie d'une certaine facon...

Bref, je sens qu'il faut que je batte le fer pendant qu'il est chaud. J'ai peur de ne pas être très habile, de blesser mes parents et de me blesser moi-même par contrecoup. Il faut dire que mes parents sont, à mon sens, faibles psychologiquement : très angoissés, rigides dans leurs principes, incapables de se faire aider dans leur dépression (meme si je ne désespère pas que ca change...). Je sais que le silence terrible dans lequel je baigne est un silence qui est aussi consciemment ou inconsciemment voulu par eux donc d'autant plus dur à briser.J'ai presque peur de les tuer en leur disant ce qu'ils ne veulent pas voir... Et en même temps, seul le silence tue, non ?

J'essaye d'adopter en l'adaptant la méthode de Julien : envoyer un courrier et susciter la rencontre. Mais j'hésite encore... Faire une annonce "en live", c'est risquer d'affronter une réaction qui me dépassera surement, peut etre me traumatisera. En plus il faudrait le dire aux deux parents en même temps pour ne pas faire peser sur l'un la responsabilité de le dire à l'autre... A l'inverse, envoyer une lettre, c'est aussi un peu se défausser et risquer qu'aucune parole ne soit posée par la suite. Bref, le mieux c'est peut etre la lettre + l'annonce que je débarque par tel train la semaine suivante...

En parallèle, il y a d'autres nouvelles familiales qui ne me concernent pas directement mais qui sont plus ou moins facile à accepter pour les parents. Moi ca m'aide et m'encourage d'avoir l'impression de m'insérer dans un mouvement plus vaste mais j'ai peur en meme temps que ca fasse beaucoup d'un coup pour mes parents...

En tout cas, je sais que ce forum m'aide : ca m'aide d'écrire, ca m'aide de vous lire et peut être aurez vous de bons conseils pour que j'avance encore... vite mais sans précipitation non plus...

julienp
Messages : 53
Inscription : 22 avr. 2008 23:23
Localisation : Paris XVII

Message par julienp »

Hello,

D'abord, on est tous avec toi ;)

Je comprends parfaitement ton envie de ne pas leur annoncer "de front" ; et je pense qu'eux aussi comprendront.

Tu as vu ces derniers temps à quel point tes parents t'aimaient ; peut-être peux-tu en parler dans ta lettre, les en remercier, leur dire à quel point ça t'a aidée à traverser des étapes difficiles, et à quel point tu les aimes ?
Insistes bien sur le fait que tu es comme ça, que tu n'es pas malheureuse, mais que tu étais malheureuse de ne pas pouvoir leur en parler.
Dis leur que ce n'est pas grave si ils n'ont rien vu, que tu ne correspond sans doute pas aux clichés de la lesbienne type, et que du coup, bah c'est pas évident à voir. Que tu ne leur en veux pas.
Qu'ils ne sont pour rien si tu es comme ça, toi non plus, et que finalement c'est bien comme ça aussi ;-)

Moi en plus de la lettre, j'ai essayé de les aider à faire tomber les clichés, et renouveler un dialogue qui n'était pas très développé.

Plein de gros bisous, bon courage, dis nous quoi ;)
"Ich bin schwul, und das ist auch gut so"
("je suis homosexuel, et c'est bien comme ça aussi")
Klaus Wowereit, Maire de Berlin

angie
Messages : 9
Inscription : 13 mars 2008 23:38

merci julien !

Message par angie »

c'est précieux de se sentir soutenue... surtout que ton témoignage respire la joie (enfin, je trouve ! ;-)

Tu dis que tu as mis des semaines pour constituer ton classeur. Ca veut donc dire que tu as pris ton temps pour murir ton annonce et la facon de la faire. Moi j'ai l'impression d'avoir besoin de foncer dans le tas, que si je ne profite pas de la crise, je vais encore baisser les bras pour longtemps. Et en même temps, agir en urgence, c'est pas forcément le meilleur moyen de ménager des parents fragiles...

Mais grace à toi, j'ai fait un gros pas en avant. Ton témoignage a généré une sorte de déclic... Merci.

angie
Messages : 9
Inscription : 13 mars 2008 23:38

ca y est !

Message par angie »

Beaucoup plus rapide que prévu en fait : je l'ai dit à ma mère au téléphone tout à l'heure. Ca n'a pas eu l'air de l'abasourdir plus que ca. Elle m'a dit qu'elle m'aimait, qu'elle le dirait à mon père et qu'elle pensait qu'il réagirait comme elle.
L'essentiel est là donc ! Et c'est assez inespéré !
Mais bizarrement, je ne me sens pas si soulagée que ca. Déjà parce que ma mère accepte bien les choses "dans la mesure où je ne pratique pas" (je la cite...) ie tant que je reste dans les bornes tracées par la morale catholique...
Et aussi parce que je ne me vois pas en rester là : tout à coup j'ai l'impression que je vais et dois le dire à plus de gens mais ca me fait peur le concept du coming out géant, j'ai l'impression que je risque d'etre prisonnière apres d'une certaine image qu'on me collera. Bref, je suis renvoyée à cette réalité profonde qu'est mon homosexualité et qui me trouble encore beaucoup plus que je ne pensais...
Est ce que certains d'entre vous ont des témoignages "post coming-out aux parents" ?

bikounet38

Message par bikounet38 »

L'essentiel, je crois, c'est d'esayer de se sentir à l'aise dans ses moments là : la souffrance de l'autre, on peut la prendre en compte, mais ce n'est pas non plus à soi de la porter.

Le coming out, il arrive, je crois à un moment où on se sent pret, où on se sent à l'aise avec soi-même.

Les moyens pour annoncer, sont divers et variés : lettre, sms, mail, par un tiers, en face à face, ...
Il n'y a pas de méthide plus bonne qu'un autre : l'essentiel est d'arriver à dire ce qu'on ressent.

Et on a le droit de ne pas être parfait non plus dans la façon dont on va le dire : l'important, c'est le fond, par forcément la forme selon moi.


Concernant, le post coming out (jolie expression lol ), je te dirais que pour ma part, çà n'a pas changé grand chose.
J'ai du faire face à une certaine déception, car je m'attendais à poser une sorte de valise, et aussi naivement que çà transforme la relation avec ma famille.
Mais aujourd'hui, çà a été dit. Ils s'en doutaient, mais moi j'avais besoin que çà soit verbalisé.
Ma mère est encore assez téténisé quand on en parle en tête à tête, mais elle vient d'en parler à une amie de la famille il y a quelques semaines ; elle va donc à son rythme. Pour ma part, quand je ressent le besoin de leur parler, et bien je le fais, même si je sais qu'ils ne savent pas toujours quoi dire ; mais au moins, je ne garde pas çà pour moi.

angie
Messages : 9
Inscription : 13 mars 2008 23:38

Message par angie »

quand tu dis "je m'attendais à poser une sorte de valise", tu veux dire que la vie n'était pas spécialement plus légère après qu'avant ?
Moi c'est un peu l'effet que ca me fait en tout cas, ca me renvoie à d'autres questionnements dans lesquels je suis perdue comme je ne l'avais pas été depuis longtemps. mais il y a aussi le fait que je n'ai pas encore vraiment digéré l'événement, il faut attendre un peu je pense avant de mesurer l'avancée...

bikounet38

Message par bikounet38 »

Certaines personnes ressentent vraiment cette liberté trouvée, une fois le coming out fait ; mais pour moi, çà n'a pas été le cas.

Mais, c'est vrai qu'avec le temps, je suis content de l'avoir fait : ce qui est fait n'est plus à faire ; je peux me concentrer sur autre chose, je peux vivre ma vie, et leur en parler naturellement !
C'est assez précieux finalement !

Mirica
Bénévole écoutant
Bénévole écoutant
Messages : 368
Inscription : 01 nov. 2006 22:46
Localisation : ESSONNE

Message par Mirica »

bonjour angie et bienvenue.

Je suis une mère, j'ai un fils de 18 ans qui le l'a dit il y a deux ans.

Déjà, je trouve la reaction de ta mère très bien.
laisse lui du temps et à toi aussi, car tout cela est tout nouveau.

Déjà, comme le dit bilounet, ce qui est fait n'est plus à faire.

Si tu as des questions, n'hésite pas...

Par contre bikounet, je voudrais te poser une question concernant :
Ma mère est encore assez téténisé quand on en parle en tête à tête, mais elle vient d'en parler à une amie de la famille il y a quelques semaines ; elle va donc à son rythme.
d'après toi, le fait de le dire à des amis, à des proches fait partie du chemin de l'acceptation ?
Parce que voilà, moi, je l'ai dit à personne et pourant je pense avoir bien accepté l'homosexualité de mon fils.

des fois, j'aimerai bien partager avec d'autres amis, mais ce qui me fait un peu peur c'est que leur regard envers mon fils et moi change.

bonne journée.
Christine, Écoutante Bénévole Contact Paris IDF

Sha
Messages : 46
Inscription : 07 oct. 2007 14:27

Message par Sha »

salut

tout dabord un gro courage à toi.
il est vrais que le scilence ronge, mais malheureusement on vivra avec toute notre vie, car il y a des personne qui ne le serons jamais quand il posent des questions on baisse simplement la tete et on change de sujet.

mais de le dire à des gens proche, les parents tout ça, c'est un grand pas, un pas déja de l'assumer.
et je peut te dire qu'on ce sent soulagée.
au début on ce sent bizard et petit à petit on ce sent libre !!!!

c'est dur de l'annoncer mais c'est un mal pour un bien crois moi.
meme sil on des réaction pas toujours plaisante, tu te montre sous ta vrais face, et ce n'est pas leur vie après tout.

bon courage !
tu vas y arriver !
Qui arrête les colombes en plein vol ?...

angie
Messages : 9
Inscription : 13 mars 2008 23:38

la suite...

Message par angie »

Mes parents sont venus hier me voir. C'était une rencontre très émouvante pour eux et pour moi. Pour eux de prendre conscience que j'avais encaissé beaucoup de souffrances qui leur étaient restées méconnues et pour moi de voir qu'ils étaient capables de partager ca avec moi avec beaucoup de simplicité. Ils m'ont meme étonnée : je pensais qu'ils auraient beaucoup plus de préjugés sur l'homosexualité, une beaucoup plus grande incompréhension des réalités et puis j'avais peur qu'ils aient une réaction très violente. Mais non ! Même si je vois bien que c'est dur pour eux et qu'il faudra poursuivre le dialogue...

Et puis y'a encore du boulot ! Après mes parents, un ami très proche qui est homosexuel est venu me voir. Je n'ai pas réussi à lui raconter et il ne sait toujours pas que je suis homosexuelle (peut etre s'en doute t il au fond, je n'en sais rien, mais je n'ai jamais réussi à lui en parler). Ca me ferait presque sourire tellement cette situation est un comble ! Mais bizarrement, le fait que lui s'assume bien et alors que moi non, cela me complexe presque plus que si je devais le dire à un ami hétéro.

bikounet38

Message par bikounet38 »

Mirica a écrit :Par contre bikounet, je voudrais te poser une question concernant :
Ma mère est encore assez téténisé quand on en parle en tête à tête, mais elle vient d'en parler à une amie de la famille il y a quelques semaines ; elle va donc à son rythme.
d'après toi, le fait de le dire à des amis, à des proches fait partie du chemin de l'acceptation ?
Parce que voilà, moi, je l'ai dit à personne et pourant je pense avoir bien accepté l'homosexualité de mon fils.

des fois, j'aimerai bien partager avec d'autres amis, mais ce qui me fait un peu peur c'est que leur regard envers mon fils et moi change.
bonne journée.
Je dis çà parce que ma maman, a du mal à en parler tout court avec moi ; même si quand j'en parle elle n'évite pas le sujet.
Et dans son cas, je savais qu'à cette amie, elle pourra dire des choses qu'elle ne me dira jamais à moi. Je suis donc content qu'elle l'ait fait.

D'un certaine façon, quand les parents savent, ils ressentent la même chose que leurs enfants : à qui le dire, et comment.

Pour moi, il n'y a aucune obligation de tout dire ; le plus important c'est que tu sois à l'aise dans ta vie, même sans en avoir parlé à tes amis;-)

Chuflay
Messages : 35
Inscription : 12 janv. 2008 09:57
Localisation : Marseille

coming out : petit espoir ?

Message par Chuflay »

Oui, je veux croire que le coming out soit synonyme d'espoir.

Récemment, je l'ai annoncé à ma soeur. Le silence que je m'imposais était trop lourd et la douleur que je ressentais devenait de plus en plus forte. Je ne pouvais plus continuer ainsi.

Donc, au cours d'un déjeuner à l'extérieur, j'ai remis à ma soeur un bout de papier sur lequel j'ai griffoné ces quelques mots : Je suis homo, je t'aime. Elle m'a répondu qu'elle s'en doutait.

J'ai ressenti de l'apaisement. Je sais que je suis sur le chemin de l'acceptation. Il est encore long. Pour moi, je devais en passer par là pour me libérer et pour me permettre d'aller de l'avant.

Voilà, les quelques reflexions de Chufly en ce début de matinée. Je vous souhaite à tous et à toutes une bonne journée.

Chufly

Mirica
Bénévole écoutant
Bénévole écoutant
Messages : 368
Inscription : 01 nov. 2006 22:46
Localisation : ESSONNE

Message par Mirica »

Merci bikounet pour ta reponse

mais tu dis
Je dis çà parce que ma maman, a du mal à en parler tout court avec moi ; même si quand j'en parle elle n'évite pas le sujet.
Déjà le fait qu'elle n'évite pas le sujet est signe que cela ne la gêne pas ....
peut être n'ose t'elle pas en parler avec toi, et attends donc que toi, tu lances le sujet.
Je crois que finalement très souvent que ce soit, les parents ou les enfants, on a quelque fois envie d'en parler, mais on a peur que l'autre pense que c'est encore "un problème".

Perso, je suis contente quand mon fils lance le sujet.
Christine, Écoutante Bénévole Contact Paris IDF

bikounet38

Message par bikounet38 »

Mirica a écrit :Déjà le fait qu'elle n'évite pas le sujet est signe que cela ne la gêne pas ....
Dans mon cas, elle a toujours attendu que moi j'en parle.
Elle ne me demande jamais rien sur ma vie : si je vais bien, et si j'ai quelqu'un dans ma vie ou pas.
Quand je dis qu'elle n'évite aps le sujet, c'est que si j'en parle, elle ne va pas me demander de me taire, mais je sent bien que çà la gène, et qu'elle est assez démunie, ne sachant pas quoi dire...

Alors que moi, je n'attends juste que savoir ce qu'elle ressent ; même si c'est difficile pour elle.
Elle fuit un peu le sujet malgré tout ; car moi j'ai besoin d'en parler de temps en temps.

Répondre