Journée mondiale de prévention du suicide

Abordez ici les sujets liés aux "questions LGBT" (actualité, politique, médias... etc), ou tout autre sujet.

Modérateur : Contact - Equipe de modération

Répondre
Cyril
Bénévole écoutant
Bénévole écoutant
Messages : 1099
Inscription : 06 déc. 2005 13:28
Localisation : Grenoble
Contact :

Journée mondiale de prévention du suicide

Message par Cyril » 10 sept. 2007 18:19

Aujourd'hui 10 septembre 2007, c'est la journée mondiale de prévention du suicide... et je crois que personne n'en parle, ou presque. :roll:

Voici une vidéo, transmise par CONTACT Rhône :
Clip sur les conséquences du comportement homophobe

Et voici quelques infos de l'OMS :
Comment peut-on prévenir le suicide ?
Cyril.

JeanChristophe
Messages : 322
Inscription : 12 juin 2007 06:45
Localisation : maubeuge

une autre campagne

Message par JeanChristophe » 11 sept. 2007 11:36

voici le lien d'une vidéo concernant l'homophobie :

http://www.dailymotion.com/video/x23caa ... e_politics

Jean Christophe pour Contact Lyon
Jean Christophe.

Ephaïstion
Messages : 47
Inscription : 18 sept. 2007 23:12
Localisation : Marseille

Message par Ephaïstion » 19 sept. 2007 00:10

J'ai été choqué aujourd'hui d'apprendre que chez les hommes de 40 ans et plus la première cause de mortalité est le suicide ainsi que chez les jeunes avec les accidents.

Là, je suis stupéfait et perplexe sur ce qui peut pousser tant de gens à passer à l'acte.

:(
La volonté ne peut rien sans l'espoir. L'amour sans l'espoir devient une chose morte.

bikounet38

Message par bikounet38 » 19 sept. 2007 18:37

Là, je suis stupéfait et perplexe sur ce qui peut pousser tant de gens à passer à l'acte.
La société actuelle est très stressante je trouve : il y a une notion de rentabilité, de paraitre beau, riche, et de réussir dans sa vie professionnelle.
On en demande beaucoup aux gens, qui parfois craquent, ya qu'à voir les suicides chez Renault par exemple.
Nos parents voulaient juste être heureux, et se satisfesaient surement plus avec moins de moyens...

Mon dieu, on dirait un "vieux" qui parle lol (vous allez finir par croire que je fais une fixette là dessus, alors que pour moins on est vieu quand on arrête de vouloir évoluer ;-))

Mais malgré tout, même à mon jeune âge (33 ans ;-)) je constate une différence de rythme de la vie entre ma jeunesse et aujourd'hui. Surement parce que j'ai vécu à la campagne, mais quand même...

Vis à vis de l'homosexualité, là aussi le stress de la société agit : il faut être comme tout le monde, trouver un bon job et avoir des enfants, etc...

Prendre conscience qu'on peut être heureux, en étant seulement soi, çà demande parfois un travail ; çà n'est pas inné pour certains...
Mais, on peut y arriver ! :-)

Ephaïstion
Messages : 47
Inscription : 18 sept. 2007 23:12
Localisation : Marseille

Message par Ephaïstion » 19 sept. 2007 22:05

Bikounet (j'adore ce nom :P )

Je suis d'accord avec toi sur les pressions de la société et l'enfermement intellectuel dans lequel on peut se trouver.

mais comme je dis toujours le suicide, c'est :
"un acte de courage face à la mort et un acte de lâcheté face à la vie"

En gros, quelque soit les raisons d'un suicide, cela demande un énorme effort de sa part pour surmonter cet acte car tout en nous lutte contre une telle action. Je suis stupéfait et perplexe que tant de gens pour fuir une situation face preuve d'une telle force de caractère. D'où, ma question : n'est ton pas dans un constat générationnel ou pire de mode ?

Je ne vais pas développer plus, je ne suis pas sur de bien exprimer ma pensée. Et ce n'est pas la première fois. :?

:D
La volonté ne peut rien sans l'espoir. L'amour sans l'espoir devient une chose morte.

bikounet38

Message par bikounet38 » 20 sept. 2007 00:07

La tentative de suicide survient quand le "sujet" est dans une phase de dépression. Dépression tellement profonde qu'il lui semble ne plus trouver de solutions. Il a le sentiment d'être isolé, seul au monde, sans ressources.
Une déprime çà peut arriver à n'importe qui, n'importe quand : perte d'un êptre cher, perte d'un emploi, déception amoureuse, etc...

Il y a c'est vrai des tentatives de suicide qu'on peut appelés des "appels au secours".
D'autres, sont progressives ; et enfin certaines sont radicales.

Se retrouver au fond du trou, çà peut arriver à n'importe qui. Comme je dis souvent, on peut facilement se retrouver SDF...

Le passage à l'acte survient quand la douleur est plus forte, que toute la raison et ce qui nous pousse à la vie.
La société actuelle nous pousse vers la rentabilité, sans avoir le temps de prendre le temps, le temps de prendre du recul, etc...

Ce n'est donc pas si étonnant que le suicide soit aussi présent dans notre société.

JeanChristophe
Messages : 322
Inscription : 12 juin 2007 06:45
Localisation : maubeuge

Le suicide chez les gays et lesbiennes

Message par JeanChristophe » 22 oct. 2007 22:13

Enquête
Péril suicidaire chez les jeunes homos

Une enquête indépendante révèle qu'un homo ou bisexuel homme a treize fois plus de risques de faire une tentative de suicide qu'un hétérosexuel.

Par Blandine GROSJEAN


vendredi 04 mars 2005 (Liberation - 06:00)


Chaque jour en France, trente personnes se suicident, environ quatre cent tentent de le faire. Combien d'homosexuels ? Question incongrue, sinon taboue en France. "Il y a une omerta de la part des pouvoirs publics", dénonce David Auerbach, porte-parole de la fédération française des CGL (centres gays et lesbiens) : "Ce n'est pas :"Qu'ils crèvent tant mieux !", c'est un aveuglement et cela revient au même."

Lors des journées nationales pour la prévention du suicide, début février, les mouvements homosexuels ont une nouvelle fois demandé à l'Etat de lancer une enquête épidémiologique sur cette question, à l'instar de ce qui s'est fait aux Etats-Unis et au Canada, et "en concertation avec les acteurs concernés". Leurs voeux sont à moitié exaucés puisqu'une une enquête épidémiologique, dont Libération publie les résultats préliminaires, a été menée en France entre 1998 et 2003, mais sans intégrer les associations ni les chercheurs LGBT (lesbiens, gays, bi et trans).

Fourchette. Marc Shelly, médecin en santé publique à l'hôpital parisien Fernand-Widal, et David Moreau, ingénieur de recherche à l'association de prévention Aremedia, ont mis en évidence parmi les homos et les bisexuels vivant en France un taux de "suicidabilité" 13 fois supérieur aux hétérosexuels du même âge et de même condition sociale. Autrement dit, un homo ou bisexuel a treize fois plus de risque de faire une tentative de suicide qu'un hétérosexuel. Menée auprès de 933 hommes, âgés de 16 à 39 ans, l'étude a été préparée et validée par Pascale Tubert-Bitter, directrice de recherche à l'Institut national de la santé et de la recherche médicale (Inserm) à l'unité biostatistique et épidémiologie. Elle montre aussi qu'un homme sur trois faisant une tentative de suicide est homo ou bisexuel. Les résultats se situent dans la fourchette haute des estimations anglo-saxonne, et confirment l'enquête exploratoire de la même équipe, dont le compte rendu a été publié fin 2003 dans la revue de référence britannique, le British Medical Journal.

L'autre volet de l'étude montre ce qu'avait déjà mis en lumière Philippe Adam (Institut de veille sanitaire) dans une enquête, en 2000, auprès des lecteurs de la presse gay : les homos et les bisexuels à antécédent suicidaires se protègent rarement lors de rapports de pénétration avec un partenaire inconnu, contrairement à leurs pairs non-"suicidants". Contrairement à la population générale, la "sursuicidalité" chez les gays n'est pas liée à des facteurs géographiques, à la catégorie socio-professionnelle, au fait de vivre seul, en couple ou en famille (pour les plus jeunes), ni à des maladies psychiatriques. Cela accrédite pour Marc Shelly l'hypothèse que le suicide chez les gays serait d'abord lié à des facteurs psychosociaux, "l'homophobie qui provoque une mauvaise estime de soi".

Urgence. Ce travail échappera aux critiques qui avaient accompagné une précédente enquête conduite en 2001-2002 à l'initiative du centre gay et lesbien de Paris, en lien avec le CNRS et grâce au soutien financier de la direction générale au ministère de la Santé. Ses résultats n'avaient pas été publiés en raison de biais statistiques trop importants. Désormais, les pouvoirs publics disposent de données fiables qui devraient les pousser à transformer la prévention et la prise en charge du suicide, deuxième cause de mortalité masculine dans notre pays (après les accidents) entre 15 et 34 ans.

Pour le docteur Shelly, il faut que les psychiatres actualisent leurs pratiques. "Ce sont eux qui reçoivent en urgence les suicidants. Et le plus souvent ils ne prennent pas en compte cette dimension, et passent à côté de l'appel au secours." Seuls les résultats sur les homos et les bisexuels masculins sont actuellement totalement traités. Le volet féminin ferait apparaître une sursuicidalité importante chez les bisexuelles. Les liens avec les abus sexuels donneront lieu à des articles spécifiques ultérieurs.

Enquête
A savoir

vendredi 04 mars 2005 (Liberation - 06:00)



12.000 décès par an

Le suicide est en France la deuxième cause de décès chez les 15-24 ans, après les accidents de la route. Chez les 25-34 ans, elle est la première cause de mortalité. 12.000 personnes se suicident chaque année en France, 160.000 personnes font une tentative.

Homos plus exposés

Selon les études nord-américaines sur les tentatives de suicide, les jeunes hommes homosexuels, bisexuels ou identifiés comme tels présentent des risques de 6 à 16 fois plus grands que leurs homologues hétérosexuels.

Tentative à 17 ans

Chez les homosexuels, la première des deux ou trois tentatives de suicide est commise à 17 ans en moyenne. Dans les deux tiers des cas, il s'agit d'un empoisonnement, selon les travaux de Michel Dorais, chercheur canadien, professeur de sciences sociales à l'université de Laval.

25 % des Flamandes

Selon une étude flamande de John Vincke, datant de 1998, une jeune fille lesbienne ou bisexuelle sur quatre a tenté de se suicider au moins une fois.

Tel. : 0810 20 30 40

C'est le numéro de la ligne Azur, un dispositif d'écoute téléphonique pour les personnes qui se posent des questions sur leur identité, leur orientation sexuelle, leur sexualité, le sida. La ligne est anonyme et confidentielle. Le prix est celui d'une communication locale.

A lire Homosexualités et suicide d'Eric Verdier et Jean-Marie Firdion. Cet essai, qui regroupe de nombreux témoignages et passe en revue les études réalisées à l'étranger, analyse le lien entre violence sociale et suicide et le rôle de l'homophobie intériorisée par les suicidants dans le passage à l'acte (éditions H & O, 224 pp., 17 €).



Enquête
Une enquête et trois sources

vendredi 04 mars 2005 (Liberation - 06:00)



L'enquête a été réalisée grâce à un outil informatique, organisée autour de bornes interactives sur lesquelles les personnes répondent anonymement à des questionnaires permettant de restituer leur histoire, ensuite recueillie par des médiateurs. Les données d'intérêt épidémiologiques élaborées avec l'Inserm sont simultanément exploitées. Les réponses proviennent de trois sources : la borne installée du Centre d'information et de documentation de la jeunesse de Paris, sur laquelle 366 hommes correspondaient aux critères exigés (moins de 40 ans, vivant en France, orientation sexuelle connue) ; celle d'un centre de sélection de l'armée à Blois (342 réponses) ; et enfin celle du festival Solidays de 2001 à 2003 (225 cas).



Enquête : David Auerbach, porte-parole des centres gays et lesbiens :
"Le suicide pas lié à l'homosexualité mais à l'homophobie"

Par Blandine GROSJEAN

vendredi 04 mars 2005 (Liberation - 06:00)

David Auerbach est l'un des porte-parole de la fédération des centres gays et lesbiens, à l'initiative d'un appel interassociatif pour que l'Etat "mette un terme à son apathie face à l'ampleur du suicide des personnes lesbiennes, gays, bi et transsexuelles (LGBT)".

Comment réagissez-vous à l'enquête de Marc Shelly ?

Cette enquête nous permet de sortir de ce débat stérile : "Le suicide des homos n'est pas un problème puisqu'il n'y a pas d'étude." Elle ne vient pas de nos rangs, on ne peut donc plus nous accuser d'inventer ce fléau par prosélytisme ou pour récupérer des financements. Cette enquête confirme ce que nous vivons, entendons tous les jours. Si on extrapole ses résultats, on peut considérer que la moitié des jeunes suicidés sont homosexuels ou en questionnement sur leur orientation sexuelle. Désormais on ne peut plus dire : "On ne savait pas." Maintenant, il faut réagir. Dire que le suicide n'est pas lié à l'homosexualité mais plutôt à l'homophobie et faire de vraies campagnes de prévention. Je rêve d'un spot à la télévision qui proclamerait: "Tu es pédé, c'est pas grave et c'est pas la peine de te foutre en l'air pour ça."

On parle beaucoup plus des gays que des lesbiennes, une fois de plus...

L'invisibilité des lesbiennes est le trait marquant de la lesbophobie. Mais il est vrai que si les filles font beaucoup plus de tentatives, elles se suicident moins. Et les lesbiennes sont sans doute moins en butte aux pressions et insultes que les gays, d'une façon moins violente en tout cas.



Enquête
Une identité en souffrance

Des groupes de parole aident les jeunes à se libérer des pressions.

Par Matthieu ECOIFFIER

vendredi 04 mars 2005 (Liberation - 06:00)

Ils ou elles ont vu une petite annonce sur le mur du collège ou de l'université. Elle s'adressait à eux. "Si tu te sens rejeté-e ou pointé-e du doigt, souffre-douleur ou bouc émissaire, ou si, tout simplement, tu n'acceptes pas tes différences, des espaces de parole sont mis en place pour t'aider à t'accepter et à te faire accepter. En tout anonymat, ces réunions se font deux heures par mois", disait l'invitation siglée de la Ligue des droits de l'homme (LDH) "pour les 15-29 ans". Avec, en bas, une adresse e-mail (1). Celle d'Eric Verdier, psychologue à la LDH, qui coanime ces groupes de parole "avec une femme, infirmière scolaire, éducatrice. On ne s'adresse pas seulement aux homos. Cela se passe dans des lieux neutres comme les centres d'information et de documentation pour la jeunesse. Car, en province, les jeunes sont souvent effrayés à l'idée de franchir la porte d'une association gay", explique-t-il.

Tous parlent du trouble de soi

Depuis un an, une trentaine se retrouve régulièrement, et le bouche à oreille commence à fonctionner. Ils témoignent de leurs parcours, à la fois personnels et proches. Ils ont vécu la mise à l'écart, le rejet des autres. "J'avais 12 ans et trop de manières efféminées. A la maison ils ne disaient rien, mais à l'école ils ne supportaient pas. Je ne pouvais pas aller en récréation sinon je me faisais tabasser par un petit groupe. Ils criaient : "Renato" [personnage de la Cage aux folles, ndlr] "sale pédale", des trucs banals. Si je m'arrêtais à ça aujourd'hui j'aurais du mal à vivre", raconte Justin, 22 ans.

A l'internat, Olivier est son seul ami, mais en privé "il savait que je savais qu'il avait des tendances gays, on se parlait dans la serre. Mais quand ses potes étaient là, il me donnait des claques. Je me suis fait virer à trois mois du CAP espaces verts. "Ici, les rapports homosexuels sont interdits", m'a-t-on dit."

Tous parlent du trouble de soi. De l'homophobie intériorisée sous la pression familiale ou sociale. "Je viens d'une famille tunisienne très réglementée, mon père était maçon à La Courneuve. J'ai été victime d'abus sexuels pendant l'enfance. A l'adolescence, cela m'a posé des questions sur mon identité. Alors, j'ai totalement détruit cette sincérité en moi-même. J'ai refusé d'avoir des relations, côté fille ou côté garçon", raconte Djamel, étudiant en DESS d'économie qui vit aujourd'hui avec une copine. Mais il ne sait toujours pas qui il est. "Quand mon père a pris sa retraite, on est repartis en Tunisie, c'était encore plus dur là-bas. J'avais 17 ans. J'étais toujours questionné : pourquoi tu marches comme ça, pourquoi tu parles comme ça ? Il faut pas, il faut pas, il faut pas ! Ils m'ont forcé à avoir une masculinité plus forte."

Les premières interrogations sur son orientation sexuelle perturbent Sonia, lycéenne à Nancy : "Mon frère me tirait le tarot. Et moi, à 12 ans, je lui demandais : "Est-ce que je vais trouver une petite copine ?" La nuit, je cauchemardais et me répétais : "Je ne deviendrai pas lesbienne !" Pourtant, j'étais prof de catéchisme, y avait pas de soupçon à avoir." A l'adolescence, Sonia souffre de boulimie. A 13 ans, elle subit des attouchements sexuels de la part d'un ami de 15 ans et refoule cet épisode. La plupart de ces jeunes ont fait une tentative de suicide, voire plusieurs. Au groupe ils réfléchissent sur l'acte. "Avant de se suicider, on pleure, on a envie de tout brûler, les photos, les lettres. Mais au moment de le faire, tu n'es pas là, tu ne donnes plus aucune valeur à la vie. C'est pas toi. Mourir, c'est comme d'aller au sommeil", raconte Djamel.

"Il faut voir un médecin pour régler ça"

"ça faisait un an que j'étais sous antidépresseurs, j'ai explosé et pris tous les cachets, c'était le jour de la fête des pères", raconte Sonia. Le sien "s'affole" quand des animateurs de colonie l'avertissent d'une rumeur sur l'homosexualité de sa fille. "Ce qui m'a fait mal c'est qu'il dise : "Il faut voir un médecin pour régler ça."" La plupart témoignent de la gêne des psychologues et psychiatres à écouter leur trouble identitaire. Voire de leur rejet. Ce qui annule toute chance que la tentative de suicide soit aussi comprise comme un coming-out. Djamel a subi une hospitalisation volontaire puis forcée, et le refus du psychiatre de l'écouter. Sonia : "Quand j'ai annoncé à ma psy que j'avais rencontré une amie et que je me sentais bien comme ça, elle m'a dit : "ça va te passer, tu trouveras un homme doux et gentil." Je ne l'ai plus revue." Ses parents acceptent son couple. Après son coming-out, Justin, a dû quitter les siens et vivre "de foyer en foyer". Il attend une place depuis deux ans dans un centre d'aide au travail. "Maintenant, je me débrouille, je suis toujours homo, handicapé et toujours tout seul." Mais il peut en parler.

(1) verdier.ldh@wanadoo.fr. Les groupes de paroles ont lieu à Arras, Bordeaux, Cherbourg, Evreux, Le Mans, Les Lilas-Paris, Lyon, Marseille, Nancy et Poitiers.



Enquête : Editorial
Blessures

Par Gérard DUPUY

vendredi 04 mars 2005 (Liberation - 06:00)

Les vies en pink ont aussi le blues, parfois jusqu'au noir final. Les militants des droits homosexuels pourront désormais mettre des chiffres sur leurs intuitions. Les homos, hommes ou femmes, se suicident plus que les autres et la bisexualité est également touchée par cette propension à la mort volontaire. La chose est tout spécialement vraie à l'adolescence. Cette période de précarité existentielle repérée depuis longtemps par les "suicidologues" se révèle particulièrement difficile pour celles et ceux qui ont alors à assumer une orientation sexuelle qu'ils perçoivent comme réprouvée par leur entourage familial ou scolaire et par la société en général.

Ces jeunes et moins jeunes désespérés montrent les limites de l'ouverture des sociétés modernes aux homosexuels. On doit constater une légitimisation de ces choix sexuels dans l'espace public, ce que symbolisent une scène gay dynamique et le rôle politique important joué par les homosexuels assumés. Malgré cela, un tel choix reste encore problématique et le chiffrage des suicides, dans sa froideur, le prouve. Cela devrait donner à mieux saisir ce que les associations gays désignent par "homophobie". Les conduites que ce mot recouvre ne consistent pas seulement en agressions violentes ou en discriminations délibérées que punit la loi, mais aussi dans tout un résidu d'attitudes négatives. Le silence ou l'éloignement affectif peuvent aussi infliger de graves blessures.

Puisque des politiques de prévention du suicide essayent de se mettre en place, elles ne peuvent ignorer les spécificités de ceux à l'aide desquels elles veulent se porter. Elles devront donc prendre en compte le profil distinct des suicidants homosexuels
Le débat est ouvert !

Jean Christophe pour Contact Rhône.

Sylave
Messages : 75
Inscription : 30 juil. 2006 21:50
Localisation : La Rochelle (Charente-Maritime)

Message par Sylave » 23 oct. 2007 00:22

Salut Jean Christophe,

Notre association ADHEOS à organisé en Octobre 2006, un colloque régional Poitou- Charentes intitulé :
L'URGENCE D'AGIR, Prevention des risques suicidaires chez les personnes homosexuelles.

Parmi les intervenants :
Marc Shelly
Eric Verdier
SOS Homophobie
Ligne Azur
Contact (Christianne de Paris et J.M Pugnière Toulouse)
La FSU
.....

Et le soir Conférence avec le professeur Xavier Pommereau, medecin psychiatre au CHU de Bordeaux

Un DVD résumant les principales interventions a été édité et l'association CONTACT Isère en possède un, que j'ai personnellement envoyé à Cyril.

Pour apporter des élements à ta reflexion sur le suicide des jeunes, ce serait pas mal si tu pouvais te le faire prêter.

A bientôt
Sylvie

JeanChristophe
Messages : 322
Inscription : 12 juin 2007 06:45
Localisation : maubeuge

Merci Sylvie

Message par JeanChristophe » 23 oct. 2007 10:40

Merci Sylvie pour ce message.

Nous à Contact Lyon Rhône nous participons chaque année à une action de prévention suicide avec le centre Bergeret.


Merci je demanderais à Cyril une copie de CD.



Cordialement Jean Christophe pour Contact Lyon Rhône

JeanChristophe
Messages : 322
Inscription : 12 juin 2007 06:45
Localisation : maubeuge

Homosexualité et suicide

Message par JeanChristophe » 01 nov. 2007 09:52

« Homosexualité & suicide » par Eric Verdier et Jean-Marie Fridion
Le suicide qui n’ose pas dire son nom

Le livre Homosexualité & suicide, au travers d’études et de 13 témoignages, propose une explication du taux de suicide apparemment plus élevé chez les gays et lesbiennes et particulièrement les jeunes. (4 à 7 fois plus de risques selon une étude américaine de 1989). Le suspense n’est pas très long, la principale piste de recherche est sur la couverture du livre : « Les jeunes face à l’homophobie ». Les auteurs s’interrogent sur « le lien qui existe entre l’homophobie présente dans la société et les souffrances vécues par les personnes qu’elle vise. ».

De nombreux facteurs sont abordés dans le livre. Un des premiers est l’absence de modèles valorisants qui ne permettent pas au jeune qui se découvre homosexuel se construire une image positive de lui-même. Que ce soit dans les manuels scolaires, l’entourage proche souvent peu réceptif à la question, dans les relations amicales, le jeune gay se retrouve en général très seul face à son désir souvent perçu comme déviant et objet de honte. La plupart du temps, « la découverte de son orientation homosexuelle chez un jeune est d’abord une souffrance [...] puis s’affirme le besoin de reconnaissance familiale pour effacer la honte ressentie ». En s’appuyant sur une étude « Baromètre santé jeunes » de 1997, les auteurs montrent que « le fait de se sentir peu valorisé par ses parents double la probabilité de penser au suicide ».

Face à un modèle social plutôt homophobe ou au minimum homo ignorant, le jeune a peu de recours. Car contrairement au racisme il ne peut se tourner vers un soutien familial ou communautaire. Il est aussi intéressant de noter que l’homophobie s’exprime différemment selon qu’on est un garçon ou une fille. Pour les garçons, l’agression est plus directe car se définir en tant qu’homme est principalement ‘je ne suis pas une fille et encore moins PD ...’ et cette revendication est exprimée haut et fort chez les ados. La lesbophobie peut elle aussi se manifester de façon assez directe (notamment envers les filles très masculines), mais elle a en général un côté très insidieux car elle a une forme très passive : « la négation de la lesbienne dans l’imaginaire collectif ». Même si pour les homosexuels masculins les images véhiculées sont en majorité très péjoratives, les gays masculins ont une présence sociale bien plus importante que les lesbiennes. Ainsi, là ou un garçon devra construire son identité face à des modèles péjoratifs et une agressivité marquée de ses pairs, une fille aura aussi à affronter sa quasi inexistence sociale en tant que lesbienne.

Ajoutons à ce tableau peu encourageant un milieu gay très déstabilisant pour le néophyte et lui aussi homophobe à sa façon envers les garçons efféminés et les filles masculines, une expérience de la sexualité qui bien souvent saute la plupart des étapes adolescentes du flirt pour arriver directement au sexe, l’intériorisation de l’homophobie par le sujet et nous pouvons obtenons un jeune très fragilisé avec « la conviction d’être différent et fondamentalement inadéquat ».

Je cite un paragraphe du livre qui résume les principaux facteurs à risque pour le jeune gay : « on s’aperçoit que les risques suicidaires les plus élevés sont, soit associés à un vécu persécutif de la part de membres de la famille, de pairs, ou de professionnels référents ; soit à une difficulté extrême à traverser la prise de conscience et / ou la révélation de l’homosexualité ; soit enfin à une incapacité à vivre l’un de ses premiers amours, à un rejet de sa part ou à une rupture amoureuse [...]
Jean Christophe.

bikounet38

Message par bikounet38 » 01 nov. 2007 10:43

Très intéressante analyse de ce bouquin...

Faudra que je le lise ;-)

JeanChristophe
Messages : 322
Inscription : 12 juin 2007 06:45
Localisation : maubeuge

un gay se suicide apres sa garde a vue !

Message par JeanChristophe » 19 déc. 2007 23:02

France (Fait divers)
Nantes: un gay se suicide après sa garde à vue

Le Collectif contre l'homophobie et le Centre lesbien et gay Nantes-Atlantique (Clgna), «en accord avec les proches de la victime», entendent saisir les ministères de la Justice et de l'Intérieur afin d'établir toute la lumière sur le suicide d'un homosexuel de l'agglomération nantaise, survenu le 26 septembre, à la suite de sa garde à vue.

Le 21 septembre, l'homme avait été interpellé dans le parc de La Gournerie, un lieu de drague de Saint-Herblain (dans la périphérie de Nantes), et conduit en garde à vue à l'hôtel de police de Nantes. Relâché au bout de dix-huit heures, il était convoqué devant le tribunal correctionnel pour le 20 novembre. «Profondément choqué et humilié par le traitement qui lui avait été réservé lors de son interpellation et de sa garde à vue», indiquent ses proches auxquels il s'était confié, l'homme s'est donné la mort en laissant aux policiers qui l'avaient arrêté une longue lettre, saisie pour les besoins de l'enquête.

Contacté le 4 novembre par la famille de la victime sur les suites de l'enquête judiciaire et sur sa demande d'une copie de la lettre, le procureur de la République de Nantes n'aurait toujours pas répondu.

par Nicolas Héry
source : têtu.com
Jean Christophe.

Répondre