Homosexualité et religion

Abordez ici les sujets liés aux "questions LGBT" (actualité, politique, médias... etc), ou tout autre sujet.

Modérateur : Contact - Equipe de modération

Sylave
Messages : 75
Inscription : 30 juil. 2006 21:50
Localisation : La Rochelle (Charente-Maritime)

Message par Sylave » 20 mai 2007 23:36

Effectivement un peu confus , surtout pour moi , si je m'en réfère à ton message initial.

D'un coté tu espères que la religion catholique soit majoritaire en France, et de l'autre, tu dis qu'il n'est pas question d'accepter en France une religion qui chercherait à imposer des dogmes arbitraires d'un autre age.

Et pourtant c'est bien ce qui se passe......

Sylvie

Cyril
Bénévole écoutant
Bénévole écoutant
Messages : 1099
Inscription : 06 déc. 2005 13:28
Localisation : Grenoble
Contact :

Message par Cyril » 22 mai 2007 13:56

Andrée a écrit :Il est à remarquer toutefois que la France est à majorité (enfin j'espère) un pays de religion catholique.
En effet, une courte majorité des françaises et françaises (51%) se déclarent chrétiens en 2007. Voir ici :
Nombre de baptêmes en 1975 : 578.212 (sur un total de 724.000 naissances), en 2004 : 357.262 (sur 767.816 naissances).

Nombre de mariages en 1975 : 281.786 (sur 387.400 mariages civils), en 2004 : 96.863 (sur 271.600 mariages civils)

Nombre de premières communions en 1994 : 241.601, en 2003 : 85.722

Nombre de confirmations en 1994 : 164.613, en 2003 : 52.663

(Source : Annuaire statistique de l’Eglise et INSEE)

Nombre de prêtres en 1970 : 45.059, en 1980 : 38.876, en 1990 : 32.267, en 2000 : 25.353, en 2004 : 22.185. (Source : Annuaire statistique de l’Eglise).

Nombre de séminaristes en 1990 : 1219, en 2005 : 784.

Nombre de religieuses en 1980 : 77.994, en 1990 : 60.202, en 2000 : 44.985, en 2005 : 36.995 (Source : Conférence des Supérieures majeures)

Un sondage CSA/ Le Monde des Religions annonce :
51 % des Français se déclarent catholiques, sur ces 51 % seuls 8 % assistent à la messe le dimanche. Sur ces 51 % de catholiques déclarés, 52 % seulement croient que Dieu existe (26% le croient sûrement et 26 % le croient probablement). Ces 52 % voient Dieu comme « une force, une énergie, un esprit », contre 18 % qui le voient comme « un Dieu avec qui je peux être en relation personnelle ». Pour ces catholiques de 2007, après la mort « il n’y a rien », 26 % ; « il y a quelque chose, mais je ne sais pas quoi », 53 % ; « il y a la réincarnation », 8 % ; « il y a la résurrection des morts », 10 %.

Cette enquête révèle que 81 % des catholiques français seraient favorables au mariage des prêtres (69 % pour les pratiquants réguliers), et que 79 % ne seraient pas opposés à l’ordination de femmes (63 % pour les pratiquants réguliers).

Pour 57 % le dialogue avec les religions est « quelque chose d’important », et pour 23 % c’est même « une priorité ». Car pour 39 % « toutes les religions se valent », pour 50 % « on trouve des vérités dans toutes les religions, même si elles ne se valent pas » ; 7 % seulement pensent que « le catholicisme est la seule religion qui soit vraie ».
Source : "Le Monde des Religions", janvier 2007, dossier consacré aux catholiques en France

Autre article intéréssant :
Lors du sondage CSA 2006-2007, les Français se déclaraient :

* 51 % catholiques (contre 67 % en 1994), mais seulement la moitié d’entre eux croient fermement en l’existence de Dieu ;
* 31 % sans religion (contre 23 % en 1994) ;
* 9 % musulmans (contre 4 % en 1994) ;
* 3 % protestants ;
* 1 % juifs ;
* 6 % autres ou ne se prononcent pas.

Précisons que la majorité des croyants (toutes religions confondues) ne sont pas pratiquants.

Dans un autre sondage, réalisé par l'IFOP en 2007 pour La Vie [magazine catholique] comprenant pour seul question « De quelle religion vous sentez-vous le plus proche ? », 64 % des Français se disaient proche du catholicisme, 7 % de l'Islam, 2,1 % du Protestantisme et 0,6 % du Judaïsme. 26 % des Français se disaient proches de l'athéisme.

Depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale, on assiste en France à une très nette diminution des croyances, en particulier du catholicisme. La pratique religieuse est quand à elle pratiquement insignifiante, et ce dans presque toutes les religions, à l'exception, semble-t-il, de l'islam. Il y aurait seulement 4 % de catholiques pratiquants en France, tandis que les estimations annoncent que 10 à 15 % minimum des musulmans seraient régulièrement pratiquants (sans prendre en compte le rite ethno-religieux du jeûne pendant le mois de ramadan).

Il reste que la religion catholique demeure la religion dominante en France et a grandement influencé sa culture (les philosophies individualistes, par exemple), ce qui lui a valu le surnom de "Fille aînée de l’Église". Même aujourd’hui, alors que l’État est laïc, le catholicisme reste particulièrement présent : on peut citer ainsi les jours fériés qui sont, pour la plupart, des fêtes religieuses chrétiennes ou encore les écoles privées dont 9 sur 10 sont catholiques.
source : http://fr.wikipedia.org/wiki/Religion_en_France
Cyril.

Administration
Messages : 50
Inscription : 26 déc. 2005 17:03
Localisation : Espace francophone
Contact :

Message par Administration » 22 mai 2007 13:58

En tout cas, une chose est sûre, les associations CONTACT ne sont liée à aucun groupe religieux, philosophique ou politique.
Parmi nos adhérent-e-s et sympathisant-e-s, on trouve des personnes athées, agnostiques, ou proche d'une religion quelqu'elle soit.

L'important, c'est de pouvoir respecter l'autre dans ses idées et croyances, sans le juger. (On peut être individuellement en désaccord avec une personne, sans pour autant la juger).

JeanChristophe
Messages : 322
Inscription : 12 juin 2007 06:45
Localisation : maubeuge

Foi et Homosexualité ?

Message par JeanChristophe » 05 déc. 2007 17:37

Je soulève ce débat et sans y faire mention de quelque chose ...

religion et homosexualité ?

Une question est ce comptatible ?

Qu'est ce que les religions ont apportés si cela existe à l'identité homosexuel ?

La religion permet elle de vivre ? ou vivons nous en fonction des doctrine religieux ?

L'esprit humain est il fondé que sur la religion ?
Est il indépendant de cela ?


Je vous laisse et j'ouvre ce long débat.
Image
Jean Christophe.

Sha
Messages : 46
Inscription : 07 oct. 2007 14:27

Message par Sha » 06 déc. 2007 10:19

bonjour

très bon sujet
je me demandais également, si on est croyan et que on est homo, la religion est contre ça, alors est ce que "dieu" nous aimes plus ?
je veut dire est ce que les deux sont compatibles tout ça ?je me le demandais aussi
Qui arrête les colombes en plein vol ?...

Zag
Messages : 120
Inscription : 27 sept. 2007 11:22
Localisation : Rhône Alpes
Contact :

Message par Zag » 06 déc. 2007 14:08

Waouh!!!

Très bon sujet, je pense que nos croyances sont une des clés de nos choix de direction de vie.C'est surtout de la manière dont nous l'associons à notre vision de nous et du monde, des individus que nous cotoyons.Elle est souvent agréméntée de limites et d'interdits, mais aussi d'ouverture vers notre nature et celle des autres, tolérance ou intolérance à nous de choisir dans la même religion ce qui nous parle le plus, en fonction de notre personnalité et nos capacités de discernement.....A+ Zag
_________________
"si nous demeurons aux deux extrémités, comment pouvons nous en comprendre une ?"
" La moindre chose contient un peu d'inconnu. Trouvons-le."G.M.

Mirica
Messages : 368
Inscription : 01 nov. 2006 22:46
Localisation : ESSONNE

Message par Mirica » 07 déc. 2007 22:39

oui, je pense aussi que c'est un bon sujet

car je lis souvent que le rejet des parents est des fois du à la religion car pas mal de religion condamne l'homosexualité

merci

JeanChristophe
Messages : 322
Inscription : 12 juin 2007 06:45
Localisation : maubeuge

homosexualité et religion

Message par JeanChristophe » 08 déc. 2007 15:23

Homosexualité dans les religions
Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : Navigation, Rechercher
Cet article est une ébauche à compléter concernant la religion, vous pouvez partager vos connaissances en le modifiant.
Cet article, bien que respectant dans une certaine mesure la neutralité de point de vue, est jugé trop incomplet dans son développement ou dans l'expression des concepts et des idées. Son contenu est donc à considérer avec précaution. Pour toute information complémentaire, veuillez consulter sa page de discussion et la liste des articles incomplets.


De nombreuses religions considèrent que l'homosexualité est un péché. C'est ainsi que les homosexuels ont longtemps été persécutés par les autorités religieuses en place ou le sont encore.

Une certaine tolérance est plus ou moins de mise partout ailleurs, notamment du côté de l'Orient dès lors que les homosexuels s'abstiennent de troubler l'ordre public. On rencontre également une tolérance au sein des traditions indiennes occidentales. Il s'agit bien de tolérance car il importe de souligner qu'on ne doit s'attendre nulle part à des encouragements ou à des justifications à caractère officiel.

Lorsqu'une certaine forme d'homosexualité apparaît quelque part et fait l'objet d'une ritualisation et se trouve ainsi mise en valeur, c'est avant tout sous la forme de la pédérastie qu'elle apparaît. Ce phénomène se rencontre uniquement, semble-t-il, dans les groupements humains à caractère guerrier (Grèce archaïque, Japon, Papous etc.).

Au sein des trois religions monothéistes, on observe selon les temps et les lieux, de très singulières variations en matière de tolérance. D'après l'historien John Boswell, le christianisme aurait pratiqué des unions de même sexe jusqu'au XIIe siècle côté latin et plus tard encore (au moins jusqu'au XVIIIe siècle) côté oriental et il aurait cité un cas romain remontant à un siècle et demi[1]. L'Église orthodoxe s'est toujours abstenue de légiférer de manière systématique et surtout publique. Toutefois, scier en deux en commençant par le coccyx ou empaler les homosexuels était la manière choisie par l'Église pour châtier les homosexuels, avant de les brûler vifs[2]. Édouard II d'Angleterre mourut empalé par une barre de cuivre[3]. Excepté dans les communautés à tendance « intégriste », on ne réclame pas des homosexuels l'abstinence mais seulement un minimum de mesure et de discrétion[4].

De nos jours, même si la tolérance est de mise dans la plupart des religions occidentales (monothéismes), de par la perte de vitesse des valeurs religieuses, l'homosexualité reste souvent très mal acceptée. Certains groupes s'opposent à l'octroi de droits concernant les homosexuels car ils considèrent que mettre en place une législation reviendrait à approuver l'homosexualité elle-même.
http://fr.wikipedia.org/wiki/Homosexual ... _religions
Jean Christophe.

JeanChristophe
Messages : 322
Inscription : 12 juin 2007 06:45
Localisation : maubeuge

une question surréaliste

Message par JeanChristophe » 10 déc. 2007 15:55

Bonjour je ne suis pas croyant mais j'ai une ques tion :

si Dieu et son fils étaient gay ou bi alors que seraient les textes ?

Je laise votre imagination le dire !

pour moi même Jean Christophe
:twisted:
Jean Christophe.

Sha
Messages : 46
Inscription : 07 oct. 2007 14:27

Message par Sha » 10 déc. 2007 21:07

et peut etre que la vierge marie est lesbienne, et quelle c'est fait inséminer :o
Qui arrête les colombes en plein vol ?...

JeanChristophe
Messages : 322
Inscription : 12 juin 2007 06:45
Localisation : maubeuge

oui qui sait

Message par JeanChristophe » 10 déc. 2007 22:01

on dit meme aussi que dieuw et marie auraient d'autres enfants de Marie

jc :twisted:
Jean Christophe.

Zag
Messages : 120
Inscription : 27 sept. 2007 11:22
Localisation : Rhône Alpes
Contact :

Message par Zag » 11 déc. 2007 01:18

Tiens j'ai eu la même info, sur d'éventuels autres enfants de Marie.

Dieu ou son fils Gay, je crois qu'ils sont au delà de toutes représentations humaine pour un chrétien.Je pense que pourtant celà n'aurait pas de conséquences sur les écritures, car Jésus a proné l'amour et la tolérance pour tous , qu'il c'est offert en rédemption pour tous les êtres sans exceptions.Par contre c'est toute l'interprêtation qui c'est faite par la suite qui n'a pas été cool pour les gays, lesbiennes etc...Alors si les apotres, les dirigeants, les héritiers avaient été gays, que serait devenue la religion?...

Je pense que les lois du peuple les auraient mis sur une croix aussi et qu'il n'y aurait eu aucune religion issu d'eux.Pour moi ce sont les hommes à changer et non leurs religions, car toutes parlent d'amour, mais la touche d'intolérance est celle de l'humain....Zag
"si nous demeurons aux deux extrémités, comment pouvons nous en comprendre une ?"
" La moindre chose contient un peu d'inconnu. Trouvons-le."G.M.

SebDeRennes
Messages : 9
Inscription : 16 déc. 2007 07:24

Message par SebDeRennes » 16 déc. 2007 08:18

Le but d'une religion est de maintenir un ordre social dans une société. Une religion pronant l'homosexualité ne pourra JAMAIS voir le jour.

Maintenant, les hommes sont les hommes et tout les caractères se trouvent dans l'église à des places plus ou moins élevées. On peut être prêtre et homosexuel et cela ne posera aucun problème tant que ce prêtre ne fera pas l'apologie de l'homosexualité dans ses sermons ou en public. C'est peut être hypocrite mais ce fut la seule solution pour maintenir l'ordre de l'Eglise catholique sur les petites gens.
Sous le Pape Alexandre VI, les partouzes et les saouleries avaient cours de manière recurrentes aux Vatican et cela n'empêchait pas ce pape de prôner la dogme, la piété et la foi auprès des individus.

Les condamnations pour homosexualité qu'il y eut par le passé par la Sainte Inquisition (aujourd'hui c'est la prefecture pour la congrégation et la foi) n'étaient qu'un pretexte pour évincer du pouvoir des personnalités politiques génantes qui remettaient en cause le pouvoir de l'église, pour s'emparer de certaines fortunes ou pour faire taire certains esprits subversifs. Le but étant toujours de garder la main sur les institutions et sur les individus afin de conforter le pouvoir.
Les condamnations à mort des petites gens pour ce délit étaient une manière de maintenir la pression sur la population et de tuer dans l'oeuf toute rebellion.
Et puis, si les individus comdamnés n'avaient pas été homosexuels, la Sainte Inquisition les auraient accusé de sorcellerie, de commercer avec le diable et c...
Qaund on veut tuer son chien, on l'accuse d'avoir la rage

Cyril
Bénévole écoutant
Bénévole écoutant
Messages : 1099
Inscription : 06 déc. 2005 13:28
Localisation : Grenoble
Contact :

Message par Cyril » 16 déc. 2007 13:13

Salut SebDerRennes, n'hésites pas à te présenter en allant sur ce sujet, ou en mettant les infos qui te plairont sur ta présentation.
Le but d'une religion est de maintenir un ordre social dans une société. Une religion pronant l'homosexualité ne pourra JAMAIS voir le jour.

Ca veut dire que tu penses qu'il est possible d'être "pour" ou "contre" l'homosexualité ?
et par extension, ca veut dire que tu penses qu'accepter le fait qu'il existe des personnes "homos", "bi", "hétéro" etc, engendrerai un "désordre social" ?
On peut être prêtre et homosexuel et cela ne posera aucun problème tant que ce prêtre ne fera pas l'apologie de l'homosexualité dans ses sermons ou en public.
Que signifie "faire l'apologie de l'homosexualité" pour toi ?
De la même façon, peut-on "faire l'apologie du fait d'être noir" (par exemple) ?
Sous le Pape Alexandre VI, les partouzes et les saouleries avaient cours de manière recurrentes aux Vatican et cela n'empêchait pas ce pape de prôner la dogme, la piété et la foi auprès des individus.
Partouzes et saouleries sont ils pour toi plutot associés aux "homos", aux "bisexuels", aux "hétérosexuels", à tous les gens indistinctement ?
Cyril.

SebDeRennes
Messages : 9
Inscription : 16 déc. 2007 07:24

Message par SebDeRennes » 16 déc. 2007 19:17

Quel procès ?!?

Je n'ai jamais pensé qu'il était possible d'être pour ou contre l'homosexualité ! J'ai simplement dit qu'une religion ne pourra jamais prôner l'homosexualité car son but est de maintenir un ordre social qui est celui d'un couple hétérosexuel uni pour procréer. Ce n'est pas moi qui a écrit le Talmud, la Bible et le Coran. Il me semble être dans le bon sens en écrivant cela !
Il est évident que si tous les individus deviennent homos, cela créerait un désordre d'ordre social car il n'y aurait plus de reproduction et donc cela voudrait dire la fin de la civilisation faute de nouvelles générations.

Faire l'apologie de l'homosexualité, c'est l'encourager. Et je persiste en affirmant qu'aucune société n'a aucun intérêt à faire l'apologie de l'homosexualité du moins dans la configuration actuelle. Nos sociétés occidentales sont basées sur la croissance materielle et il est évident que si les individus deviennent tous homosexuels, les perspectives économiques d'avenir seraient nulles car il n'y aurait plus de consommateurs pour assurer la pérénité du marché. Avant la seconde guerre mondiale, les Institutions encourageaient les gens à faire des gamins pour nourir les canons et aujourd'hui, c'est pour nourir le marché. C'est pour ça que les hétéros ont plus d'avantages que les homos en s'unissant. C'est comme ça, que ça te plaise ou non !

Quant au Pape Alexandre VI, c'était un pur hétéro mais loin de moi l'idée de faire le rapprochement entre hétérosexualité, saoulerie et partouze. Je m'appuyais sur cet exemple car voilà un pape qui a prôné des mesures aux petites gens qu'il ne s'est jamais appliqué à lui même durant son pontificat

Bien à toi,

Seb de Rennes

Répondre